Tag Archives: Sports

5 choses à faire pour se calmer les nerfs

11 Jan

À une époque où tout va très vite, il faut parfois prendre le temps d’arrêter. Ça vous arrive souvent de poser votre téléphone intelligent, d’éteindre votre télé et de vous déconnecter de votre compte Netflix? Croyez-moi, se déconnecter fait souvent le plus grand bien à notre corps et à notre esprit. Je partage ici mes quelques petits trucs pour décrocher et se concentrer sur le moment présent.

Lire la suite

Publicités

Ma rencontre avec le Nicaragua

30 Mai

Fidèle à ma bucket list de janvier dernier, au début du mois de mai, je me suis envolée pour 16 jours de chaleur (35 à 42 degrés !), de découvertes et d’épanouissement. C’est en Amérique centrale, dans un pays où la population t’accueille comme si tu étais de la famille, que mon choix s’est arrêté. Le Nicaragua, je n’en connaissais que le nom et pourtant, je m’y sentais appelée. En quelques lignes, mon récit ainsi que mes must see de ce fabuleux pays.

FreeSpirit

Free Spirit Hostel – El Transito | Crédit : Pascale Marquis

Surf & Yoga

J’ai débuté mon parcours à El Transito, un petit village situé dans la ville de León. J’y suis resté six jours pour prendre part à un camp de surf et de yoga. Depuis longtemps l’envie d’essayer le surf me titillait. The Free Spirit Hostel est un endroit parfait pour les débutants. En plus d’avoir l’océan Pacifique comme voisin immédiat, la plage est très peu achalandée et la mer exempte de coraux. Les vagues sont belles et constantes et juste assez grosses pour les greens comme moi. Qu’on se le dise, ce n’est pas si facile ! Mais j’ai vraiment aimé mon expérience. Et que dire des séances de yoga au soleil couchant, tout simplement magique !

Ce que je retiens de mon passage au Free Spirit, c’est l’esprit de famille. Les propriétaires sont des Québécois, ce qui a une influence directe sur le type de clientèle. Bénévoles et personnel sont chaleureux et la nourriture y est très bonne. Chaque soir nous avons droit à un grand souper en famille, ce qui a beaucoup de charme !

Les couchers de soleils sont sublimes, surtout lorsque l’on marche jusqu’aux piscines naturelles. Il y a également possibilité de visiter la ville de León et sa superbe cathédrale, ainsi que de faire du volcano boarding sur le Cerro Negro, le plus jeune volcan d’Amérique centrale. C’est d’ailleurs le seul endroit au monde où cette activité est possible sur un volcan toujours actif. Petit conseil, eau et crème solaire en quantité plus qu’abondante !

Volcano boarding – Cerro Negro | Crédit : S – Travel & Tours (eh oui, c’est moi!)

Viva la playa!

Deuxième arrêt, San Juan Del Sur, une ville à proximité de plusieurs plages, prédestinée à la fête. Important de garder cet aspect en tête surtout si, comme moi, tu préfères de loin te lever au rythme du soleil et non t’y coucher. En plus du célèbre Sunday Funday, la ville grouille de bars et d’occasions pour se déhancher sur les notes de Despacito (prépare-toi à l’entendre 72 fois par jour !).

Heureusement pour moi, le Casa Oro Eco Hostel où je résidais était un peu plus calme. Comme les dortoirs sont grands (on y dort 10 par chambre) on y rencontre des gens du monde entier. C’est fabuleux de pouvoir échanger et apprendre sur tant de différentes cultures à la fois !

Avec l’aide du personnel, je me suis prélassée sur le sable chaud de trois différentes plages de la région : Playa San Juan Del Sur, à quelques minutes de marche de l’hostel, Playa Hermosa et finalement, ma préférée, Playa Maderas, très bien pour les surfeurs.

Une île, deux mondes

Je dois avouer que j’avais énormément d’attentes envers ma troisième destination. La petite Isla de Ometepe m’a charmée dès mon arrivée. Une île érigée par deux volcans et qui offre deux atmosphères complètement différentes.

Le Concepción est le plus haut des deux volcans, avec ses quelque 1600 mètres. Il est situé du côté quelque peu plus développé de l’île. On y mange comme des rois. GROS coup de cœur pour les déjeuners du Cornerhouse Coffee et les crêpes repas du Mar Dulce.

En tuk tuk, je me suis rendue à la Punta Jesús Maria, l’un des rares points de vue permettant d’observer les deux volcans au même moment. Note aux amoureux, c’est un endroit hyper romantique.

Il est facile et abordable de se procurer un scooter pour visiter différents attraits de l’île. Je me suis arrêtée à Ojo de agua, une sublime piscine naturelle formée d’eau volcanique. J’ai également exploré la réserve naturelle de Charco Verde où j’aurais aimé passer une journée entière. C’est d’ailleurs à cet endroit que j’ai rencontré mon nouvel ami Benoît (nommé par moi-même), le singe hurleur.

Le Maderas est un volcan un peu plus petit (près de 1400 mètres). Faune et flore dépaysantes en tout point, c’est la jungle qui nous attend. Pour une raison qui m’échappe encore aujourd’hui, je me sentais éprise de nouveautés. J’ai donc décidé de pousser l’expérience plus loin et de loger au El Zopilote Organic Farm. Un hostel situé au beau milieu de la jungle nicaraguayenne. Il faut marcher (escalader serait plus juste) 1,5 km seulement pour arriver à la réception. Le site est sublime. Attendez-vous à y faire des rencontres exotiques. Se réveiller et avoir à nos pieds une araignée aussi grosse que notre main est un exemple que je peux désormais qualifier de vécu (OMG !).

Volcan Concepción + Punta Jesús Maria + Ojo de agua – Isla de Ometepe | Crédit : Pascale Marquis

Architecture & couleurs

Dernière ville, Granada la sublime. Aux premiers instants où mes pieds ont frôlé les rues, je m’y suis sentie bien, chez moi et en toute quiétude. J’avais l’impression de revenir à la maison après un long voyage. Probablement que l’effet post-jungle y est pour quelque chose.

Tellement de beautés à voir. Tes deux pieds seront ton meilleur guide. J’ai visité entre autres la Iglesia La Merced ainsi que la Cathedral of Granada, toutes deux offrant des points de vue en hauteur sur la ville, le ChocoMuseo et toutes les saveurs qui l’accompagnent, la rue piétonnière La Calzada qui regorge de restaurants et de boutiques d’artisans. J’ai même fait un arrêt dans une école pour écouter des enfants répéter leurs chants de chorale.

Si tu es une lève-tôt, prends-toi un café au Nicafe Hotel Real la Merced (j’y suis allée trois fois !), puis marches à travers les rues. Tu verras la ville s’activer et prendre forme. C’est réellement impressionnant.

À quelques pas du Nicafe se trouve l’Hostel De Boca En Boca. J’ai tout simplement adoré y séjourner. Le propriétaire, un français aux lunettes en bambou rouges, est vraiment charmant. Conseil d’amie, réserve avant de t’y rendre.

J’ai profité de mon séjour à Granada pour relaxer au Laguna de Apoyo, un lac d’origine volcanique. J’ai également assisté à l’impressionnant spectacle de nuit qu’offre le volcan Masaya. Comme il est toujours actif, on peut voir la lave bouillonner. Mon séjour s’est terminé par une randonnée en kayak à travers les Isletas de Granada situées dans le lac Nicaragua. Le guide était fantastique et nous a appris énormément sur la culture et l’histoire de ces îles.

Nicaragua, je t’aime et tu me reverras assurément.

Pascale

IMG_1510

Granada | Crédit : Pascale Marquis

Parcourir l’eau… pour la musique

31 Mai

Je vous ai déjà parlé de mon désir de réaliser des rêves, chaque année. Des petits, des gros, des vieux, des nouveaux. Un de ceux-là est d’apprendre à naviguer, de vivre un grand voyage sur la mer. Non, je ne vous annonce pas que je pars seule sur un voilier pour une durée indéterminée !

À la fin de mes études universitaires, ma famille m’a offert un kayak de rivière, pour que je puisse m’amuser là où je me sens le mieux : dans l’eau. J’en ai fait plusieurs fois, j’adore ça! Or, comme je vous l’indiquais plutôt, je recherchais un nouveau défi, une nouvelle façon de me dépasser. Je surveillais depuis l’an dernier le Défi Kayak Desgagnés, qui en était à sa première édition en 2015. L’objectif est simple (mais grand), soit traverser le fleuve entre Montréal et Québec en kayak, tout en ramassant des sous pour Jeunes Musiciens du Monde. Facile? Pas vraiment non!

Ma dernière sortie sur la rivière St-Charles!

Ma dernière sortie sur la rivière St-Charles!


Un organisme qui a de l’oreille

J’ai découvert Jeunes Musiciens du Monde par des amis qui y sont impliqués, à Québec. L’organisme est aussi implanté à Montréal et en Inde ! C’est dire que le projet est parti d’un voyage fait là-bas. Ayant moi-même été initiée jeune à la musique (au violon !) Je vous fais part de la mission dont ils se sont dotés, que je trouve trop parfaite pour résumer.«Jeunes musiciens du monde vise à permettre aux jeunes issus de milieux à risques de développer leurs capacités et leurs aspirations en offrant gratuitement des cours de musique, des activités d’expression musicale et un accompagnement personnalisé. Jeunes musiciens du monde accompagne les jeunes de la petite enfance à l’âge adulte. Chacune des écoles est implantée dans un milieu où les problèmes socioéconomiques sont nombreux et dont l’offre en activités culturelles est largement insuffisante». Pour moi, ce sont des intervenants qui offre un modèle d’accomplissement à des jeunes de familles moins nantis, une chance de se découvrir un talent, de découvrir un monde de possibilités. Mathieu Fortier, fondateur de Jeunes musiciens du monde, étant un kayakiste aguerri, a décidé de créer un événement bénéfice qui allierait ses deux passions. Le Défi Kayak est né d’une ambitieuse idée qui poussera tous les participants à se dépasser. 

Saluuut!

Saluuut! J’ai mal aux bras!

Le périple

Alors, vous vous doutez bien de la suite, je suis embarquée pieds joints dans l’aventure, depuis avril dernier. En 3 semaines, j’ai amassé les 2000$ nécessaires au Défi, des sous qui iront à cet organisme que j’admire et qui me permettront de participer à cette traversée unique. J’ai commencé mon entraînement puis les sorties en kayak se multiplient. Je me suis alliée d’un partenaire de choix, Jean-François Vachon, qui sera avec moi dans un kayak double. Pour m’endurer et qu’on travaille en équipe, l’essence même de ce défi! Vous pouvez d’ailleurs contribuer à sa levée de fonds ici! Un petit 5-10$ va loin 😉

J’ai peur, j’ai hâte, je suis anxieuse et stressée mais surtout plus qu’énervée à l’idée de franchir le Pont de Québec, pagaie à la main. Se dire qu’on doit sortir de sa zone de confort est une chose, le faire en est une toute autre. Il me semble que ce sera un beau projet pour cet été, mais capoté ben raide, j’en conviens!

J’avais envie de vous parler de ce magnifique défi qui m’habite depuis quelques temps, et vous invitez à me suivre sur Instagram pendant les trois prochains mois, où je vous partagerai mes entraînements et sorties jusqu’au jour P (P pour Peur).

On se reparle le 22 août, si je survis? 😉

J’utilise aussi ma tribune ici pour remercier chacune des personnes qui ont donné très (trop) généreusement pour me permettre d’accomplir ce défi!

Merci à Julien, Monique, Mariève, Jocelyn (papa), Jocelyn (beau-papa), J-F, Marie-Andrée, Elise, Ariel, Roxane, Jacques, Marielle, Ginette, Sylvie, Catherine, Estelle, Guylaine, Annie, Raymond, Chloé, Jessica, Marie-Ève, Olivier, Gabrielle, Pascale, David, Michou, Dallie, Anouk, Bernard, Mathieu, Laura, Cassy, Droue-Anne, Maude, Jean-Charles, Mélissa, Yanick, Kim, David, Catherine, Lauréanne, Audrey, Patricia, Tommy, Simon et Josée ❤

Laurie-Louve xxx

Je suis Génération Plein Air

21 Mai

Dans la vie, j’ai plusieurs passions parce qu’évidemment, je suis une fille passionnée à la base. Mais dans les deux dernières années, j’en ai découvert une nouvelle qui prend plus d’importance que les autres, pour le mieux : l’activité physique.

Depuis que je bouge plus, que je fais attention à ma santé et que je prends conscience des bienfaits de l’activité physique sur mon corps et mon esprit, je dois dire que c’est devenu capital dans ma vie. J’ai mon kayak, je cours en forêt quand je le peux et j’adore la randonnée ! Je suis donc devenue une adepte du Mountain Equipment Coop, le marque/magasin de plein air avec une philosophie des plus engagées (et canadienne en plus). Si vous ne connaissez pas l’entreprise, ça vaut la peine d’y jeter un coup d’œil.

Génération Plein Air

J’ai reçu l’invitation à m’inscrire, en avril, à un weekend de Génération Plein Air par MEC, qui a pour objectif de rassembler sur deux jours des jeunes canadiens et de propulser des projets pour amener davantage leur génération vers le plein air. Pour s’inscrire, les participants potentiels devaient présenter une idée de projet qui pourrait accomplir cette mission. 150 chanceux ont été retenus et invités, dont moi ! J’ai donc eu la chance de passer le weekend du 16-17 mai dernier dans le Vieux-Port de Montréal avec plus d’une centaine de jeunes leaders avec un seul désir : trouver des solutions pour bouger plus et partager sa passion.

Notre fabuleux campement privé, dans le Vieux-Port de Montréal

Notre fabuleux campement privé, dans le Vieux-Port de Montréal

Mon expérience

On savait qu’on allait faire des activités, qu’on aurait des ateliers et conférences, qu’on mangerait et qu’on dormirait dans des tentes (toujours près du fleuve à Montréal, du camping civilisé !). Mais nous n’en savions pas plus. C’est donc exactement ce que nous avons eu, mais en y ajoutant une énergie et une ambiance qui ont donné une teinte surréel au weekend. Paddle board, slackline, yoga, escalades, course, vélo, frisbee, des sports que nous avons eu la chance d’essayer en compagnie d’experts de ces domaines.

Myself en paddle board. Je suis HEUREUSE sur l'eau!

Myself en paddle board. Je suis HEUREUSE sur l’eau!

En plus d’avoir l’opportunité de rencontrer Claudine Labelle de FillActive et la patineuse olympique Marianne St-Gelais, être en contact les uns avec les autres nous a permis à tous de partager nos réalités et nos contraintes par rapport au plein air. Jean-Olivier Paquin, du comité organisateur, fut une des personnes qui ont marqué mon expérience, par la passion qu’il a souhaité nous transmettre. Agent de mobilisation pour Oxfam Québec, J-O (je me sens presqu’intime!) a donné un atelier sur le développement du leadership qui m’a particulièrement rejoint. Une seule chose à retenir : tombez 10 fois, relevez vous 11. Ne jamais abandonner un projet qui nous tient à cœur et dans lequel on croit parce que quelqu’un, quelque part saura reconnaître toute la passion que vous y mettez. Merci pour ce rappel-là, toujours d’actualité pour tout le monde.

En préparation et montage de nos projets... en plein air!

En préparation et montage de nos projets… en plein air!

Crédit photo : Hélène Sarah (participante et co-tenteuse, désolée je n'ai pas son nom de famille!)

Crédit photo : Hélène Sarah (participante et co-tenteuse, désolée je n’ai pas son nom de famille!)

Entre le BBQ le plus délicieux que j’ai jamais mangé de ma vie et le confort de notre tente a aussi eu lieu un show privé de Clay and Friends sur la plage du Vieux-Port, réservée pour l’occasion à notre groupe de jeunes fous. Allez écouter ce qu’ils font, la découverte de l’été je vous le garantis ! Puis, de ces deux jours remplis par les rires et le bonheur sont ressortis des idées de projets et de partenaires pour accomplir la mission que s’est donné Mountain Equipement Coop en créant l’événement. Vous pourrez suivre leur évolution ici. Je souhaite un grand avenir à la MEC Nation pour que la maladie du plein air se propage à grande échelle !

Laurie-Plein-Air-Couture

Un Noël en santé

17 Déc

Ça y est, on est à 8 jours de Noël ! Excitant n’est-ce pas ? Moi en tout cas, je suis une vraie fan des fêtes de fin d’année, avec tout ce qui vient avec (chez les Couture!) : café Bailey’s, amour, feu de foyer, glissades, cadeaux et trop de nourriture.

Comme j’en ai parlé à mes débuts sur le blogue des Rockalouves, dans la dernière année, j’ai fait un virage à 180 degrés sur ma santé et ma condition physique. L’entraînement, la nutrition et l’importance d’une bonne santé tant physique que mentale sont au centre des mes préoccupations. L’an dernier, mon premier temps des Fêtes après ce virage a été plutôt difficile pour garder le cap. Voici donc mes petits conseils pour un Noël en santé.

d1e176f88df73357df5824f3ebe1119e

On bouge autrement

L’idée est de bouger le plus possible, quotidiennement, tout en passant du temps de qualité avec nos proches et les gens qu’on a l’occasion de voir qu’une seule fois par année. Évidemment, on a tendance à planifier des brunchs et des soupers en quantité incroyable, mais il y a d’autres options ! Bouger ensemble, c’est une idée malade :

  • Une séance de surfset avec vos belles-sœurs
  • Un trip de gang au Quartier Dix-30 pour surfer au Oasis surf 
  • Du patinage à l’anneau de glace des plaines d’Abraham
  • Un périple en famille pour une randonnée en raquette dans le Parc des Appalaches
  • Une longue marche avec l’être aimée (ou votre BFF pour les #ForeverAlone)
  • Faire la glissade de la Terrasse Dufferin
  • Et beaucoup beaucoup plus !

 On cuisine plus

Alors qu’on le sait que les festins n’en finiront plus, pourquoi ne pas profiter des fêtes et des journées entre les festivités pour cuisiner de longs repas, de bonnes soupes aux légumes et d’essayer de nouvelles recettes ? On garde alors un peu de contrôle sur notre alimentation, en limitant les dommages des autres grosses journées de fête.

Voici quelques sites ou livres que j’adore pour des nouvelles recettes santé et délicieuses :

 On danse toute la nuit

Une soirée du 31 décembre de prévu ? Profitez-en pour danser toute la soirée ! Et le lendemain, chez vos grands-parents, lâchez vous lousse dans les 7 carrés et autres danses en ligne festives ! Ça fait brûler des calories pis en plus, c’est vraiment trop drôle (et ça fait d’excellents vidéos Youtube).

 On dort tout le matin

L’année au complet est déjà assez épuisante comme ça. Profitez-donc du temps des fêtes pour dormir, dormir, relaxer et encore dormir. Envie d’une sieste ? GO. La grasse matinée jusqu’à midi ? GO ENCORE. Votre corps mérite ce repos et si vous avez le temps et la chance de ne pas travailler, par pitié, utilisez-le pour être chill. Rien de mieux, après avoir fait une activité physique comme mentionné plus haut, qu’un petit dodo dans une couverture chaude avec un bon thé chaï pas trop loin.

Peu importe comment vous organisez votre temps des Fêtes, je vous souhaite qu’il se passe sans souci, dans le bonheur, l’amour et les pures traditions de Noël. On se reparle en 2015, alors que vous vous remettrez tranquillement de cette période intense de l’année! Si vous lisez cette dernière ligne, c’est que vous avez pris le temps, à travers votre horaire surchargé, de me lire et ça, ça vaut beaucoup pour moi!

Mille mercis à vous pour cela ❤ xxxxx

Louvement vôtre,

Laurie

%d blogueurs aiment cette page :