Tag Archives: préparation

Rocker la cuisine de Noël sans stress

15 Nov

On dira ce qu’on voudra, Noël, que t’aimes ou que t’aimes pas ça, peut devenir étourdissant. Soit parce qu’on s’en demande trop ou qu’on s’y prend trop tard.

En date d’aujourd’hui, il reste encore un bon mois pour se préparer culinairement parlant, mais il y a pas de miracle qui se fait, il faut se préparer un peu d’avance. Le mieux est de choisir une fin de semaine au mois de novembre pour faire sa popote du temps des fêtes tranquillement en écoutant Petit Papa Noël. Lire la suite

Publicités

Le plaisir en camping part d’une bonne préparation

19 Juil

La grosse période de vacances d’été arrive à grand pas et si comme moi, vous paquetez vos p’tits pour aller en camping, je vous partage mes meilleurs trucs!

Comme je le répète toujours, pour avoir du fun dans une activité, c’est hyper important d’être bien équipé! Lorsque je jase avec des gens qui me disent qu’ils détestent le camping, je réalise rapidement que toutes les mésaventures qui leur sont arrivées étaient dues à une mauvaise préparation ou à un mauvais équipement.

3 petits trucs pour être mieux préparé

 

La Liste : INDISPENSABLE! Il existe une tonne d’applications aussi bonnes les unes que les autres. Petit conseil, jetez un coup d’œil à votre liste une semaine ou deux avant le départ afin de ne pas être pris pour faire des achats de dernière minute.

Ce qui est en camping reste en camping : Un des trucs les plus infaillibles que je peux donner afin de ne rien oublier, c’est de ne pas mélanger équipement de camping et accessoires à la maison. Un couteau de cuisine pour le camping est un couteau pour le camping. Si à chaque année vous devez dépecer votre cuisine pour remplir vos bacs à camping, vous allez oublier des trucs, c’est certain.

Avant de partir: Allez dans les magasins spécialisés et faites le tour des allées pour le camping. Vous allez y trouver une foule de trucs qui vont vous donner des idées. Chaque année, mon chum et moi on y retourne et on prend bien le temps d’évaluer nos besoins (ou de s’en créer…mais ça!).

Moins ressentir les effets des conditions désagréables (intempéries, moustiques et humidité)

Les vêtements : Quand vous faites vos valises, pensez comme si vous alliez affronter tous les éléments de la terre! Survêtement d’hiver, manteau chaud, bas de ski, imperméable pour le haut ET le bas. Souliers imperméables et deuxième paire de chaussures ( et même troisième si vous êtes capables). Vêtements performants (produits qui respirent). Pensez en «double», surtout pour le linge chaud. Quand il fait beau, on peut porter la même camisole 2-3 fois pendant les vacances. Mais quand il pleut ou qu’il fait froid, c’est pratique d’avoir du linge de rechange.

Le sleeping bag : Pour moi, même si j’ai une journée de m***, si je peux dormir au sec et en paix, je vais être heureuse. Bien magasiner votre sleeping (momie ou non, le degré de température). Pour combattre l’humidité au dodo :

  1. Apporter des couvertures supplémentaires en matériaux résistants à l’humidité.
  2. Une micro chaufferette peut fonctionner pour les premières minutes le temps de vous endormir pour chasser l’humidité.
  3. Dormir tout nu! Plus efficace, sinon l’humidité de votre corps restera entre vos vêtements et vous, eurk!
  4. N’oubliez pas le dessous : mettre une couverte de plus entre le matelas et vous coupe l’humidité du sol.
  5. Le meilleur truc pour ne pas se sentir humide avant de se coucher, prendre une douche juste avant le dodo! Ça régularise la température, vous pouvez vous coucher sans devoir remettre du stuff à mouche et ça chasse l’humidité (tsé les cuisses qui collent).

Les bâches : Les bâches sont vraiment important car elles sont votre meilleur atout quand il ne fait pas beau dehors. Si vous vous procurez les bâches bleues pas chères achetées chez Canadian Tire, vous pouvez être certain que si l’orage pogne vous allez ramasser votre équipement sur le terrain voisin! Elles ne sont pas élastiques, donc elles supportent mal les accumulations d’eau et vous ne pouvez pas les tendre au maximum pour une meilleure résistance au vent. En, plus elles prennent de la place. Oui, les bâches spécialisées sont plus chères, mais au final vous serez gagnants!

Le chasse-moustique : Nous on ne prend pas de chance et on met le paquet car chaque région est différente et chaque situation est différente. Un chasse-moustique en crème pour les régions extrêmes, un chasse-moustique en spray pour les régions moins extrêmes. Des tortillons et des bâtons pour les soirées car après la douche on va rarement se remettre du stuff à mouche. Des vêtements longs et légers. Une section avec un moustiquaire! Ma devise : Toujours plus de trucs contre les moustiques!

Ne pas sacrifier le confort

Si vous n’aimez pas le camping, c’est peut-être parce que vous sacrifier trop de confort au profit du rustique! Ce n’est pas nécessaire, l’objectif ce n’est pas de se mettre dans la misère! Voici quelques trucs pour améliorer votre confort, qui feront la différence dans votre expérience :

Chaise de luxe : une belle façon de se payer un peu de confort, c’est d’investir dans une bonne chaise de camping au lieu de prendre les modèles pliants de base! La mienne a même un repose-pied! Mon chum, lui, il s’est gâté un hamac (sieste d’après-midi garantie)!

Matelas de qualité : Je connais trop de monde qui dort sur des mauvais matelas, des foams ou pire pas de matelas du tout! C’est l’horreur! N’hésitez pas à mettre un bon montant dans votre matelas (100$ et plus)! Si votre chum est 2 fois votre poids, allez-y pour des matelas individuels… de toute façon pour l’aspect «chéri on se colle-tu?» vous aurez déjà le sleeping bag comme frontière, alors même si vous n’êtes pas sur le même matelas…

Linge de qualité : Une fin de semaine en camping avec votre petit linge de ville, oubliez ça, vous allez détester. En camping, ça prend des vêtements élastiques, munis de poches, en tissu qui respire et qui sèche vite, mince de préférence (pour les couches). C’est le festival de la jupe pantalon (genre que j’en ai trois). Mon secret: je les achète hors saison dans les magasins spécialisés qui vont souvent avoir des mégas rabais de fin de saison. Même s’il reste juste la couleur brune on s’en balance… dans le bois, le brun, c’est ben beau!

La cuisine : Saviez-vous que Lagostina avait fait un ensemble pour le camping? Et oui, et pour vrai ça peut faire la différence. À la place de vous acheter un brûleur qui prendra 30 minutes faire chauffer de l’eau, essayez un BBQ portable. En camping, on ne mange juste des hot-dogs et des hamburgers. J’ai déjà cuisiné du saumon en croûte d’épices, des pâtes fraîches au pesto et de la salade pour 10 personnes avec mon kit et c’était comme à la maison! J’ai mangé mon meilleur steak à VIE au Bic en 2012 avec mon chum (on va s’en souvenir toute notre vie). On peut très bien manger en camping, suffit de faire…. comme à la maison!

J’espère vous croiser cet été dans un des nombreux spots de camping au Québec!

Marianne

7 façons de se mettre en mode demi-marathon

8 Avr

Des articles sur le bien-être il y en a trop.  Ici, mon TROP est particulièrement positif, car je ne me tanne jamais de connaître le nouvel aliment vivifiant ou le parfait exercice qui me donnera la cuisse performante. Tout ça, alimente mon bonheur. Voilà, c’est dit!

La course. Été 2011.  J’essaie de penser que je pourrais aimer devenir une coureuse.  Je  me revois encore avec mes joggings gris et mon t-shirt de coton courir 2 min. de course et 2 min. de marche pendant 32 minutes. L’objectif ultime de ces 10 semaines était le fameux 10 km. Avec un ongle d’orteil en moins à la fin de l’été, j’ai réussi.

La course. Été 2014. Je suis en mode demi-marathon. Le 25 mai, je participerai à ma deuxième course officielle de 21,1 km.  Un mode demi-marathon? J’ai simplement envie de partager mes outils qui font en sortent que je suis heureuse en maudit quand je cours.

 1: Parce qu’il faut bien manger

Image

Les mois avant une course, je mange bien. Définissons-le bien : des protéines, des glucides pis des légumes et des fruits et pas de malbouffes. Il suffit d’un peu de volonté.

Toutefois (comme il y a toujours un toutefois) avec l’entrainement, je suis devenue dépendante au beurre d’arachide comme aliment pré-efforts physique. Je parle ici de toasts avec beaucoup de beurre d’arachide. Et il y a eu ce soir de février, où j’ai découvert les galettes de Mme Labriski. Du gros bonheur pré-entraînement.

2: Non merci, je ne bois pas

Image

Mes achats lors de l‘Expo Manger Santé et Vivre Vert.

C’est tout simple, je préfère boire de l’eau. Beaucoup d’eau. J’y ajoute de la menthe, du citron et des concombres pour un goût différent.J’adore également le Kombucha et le thé. Je traîne ma tasse partout.

Honnêtement, je remarque une différence sur mes temps de course et mon humeur au quotidien.

3 : S’inspirer pour inspirer

Image

J’ai ajouté TUMBLR à ma liste de réseaux sociaux juste pour ça. On peut suivre des gars et des filles qui nous donnent le goût de bouger et de bien manger. Tsé quand j’ai un petit creux de vague, c’est ben inspirant. Et pour la mode, la déco, les voyages je laisse ça à Pinterest et Instagram.

4 : La motivation : le mot qui tue

Image

C’est peut-être fou de croire que Runkeeper me motive beaucoup. Fou, mais vrai.  Je me donne des défis, j’essaye d’améliorer mes temps, j’encourage mes amis. Juste le fait d’avoir une application me rend bien heureuse. Mais ne laissez pas votre téléphone contrôler votre vie de coureur.

Posez-vous la question : si mon téléphone arrête en pleine course, je continue où j’arrête?

Je sais, c’est un peu con. Croyez-moi, la situation m’est arrivée et je me suis rendu compte que ma musique et mon temps me motivaient plus que je pensais.

5 : Encore de la lecture

Image

Le guide d’entraînement et de nutrition de KMAG.

Il m’a suivi avant mon premier demi-marathon, je l’aime tout simplement. Une lecture simple et efficace.

6: Je me trouve belle quand je cours

Image

Je ne pensais pas écrire ça un jour, mais j’ai maintenant plus de plaisir à acheter des vêtements de sport. Il y a tellement choix et pour tous les budgets. Se sentir cute tout en sueur c’est possible.

En mode demi-marathon, je me gâte!

7 : La course, mais encore…

Image

Bonheur, mon gym propose de tout pour compléter mes sorties de course.  En mode demi-marathon, je privilégie le yoga, le Pilates, les cours de musculation.

J’ai un faible pour mes cours de TABATA : l’entraînement à haute intensité, avec intervalles.

Bon, il n’y a possiblement rien de scientifique dans mes écrits, mais j’ose croire qu’il n’y a rien de mauvais. Prends ce que tu veux, laisse le reste aux autres…ou pour un autre tantôt. 

Bonne course la gang!

Sarah

%d blogueurs aiment cette page :