Tag Archives: plage

Fouta et tralala

6 Juil

Ce n’est un secret pour personne, je suis fan de l’entrepreneuriat québécois, des produits d’ici, des jeunes gens d’affaires qui souhaitent faire une différence dans leur milieu ou dans un domaine précis. Je vous ai parlé, ici sur le blogue, de plusieurs entreprises inspirantes à travers mes billets. Or, l’an dernier, par je-sais-pas-trop-où, je découvrais justement la compagnie québécoise Famille Nomade.

(Psssst! Lisez jusqu’à la fin, une surprise pour vous!)

Crédit : Famille Nomade

Crédit : Famille Nomade – Maryse Cléro-Nobrega

Famille Nomade, c’est bel et bien né d’une famille qui voyage et qui ouvre ses yeux sur le monde. La maman globetrotteuse, Véronique Laveau, importe et commercialise depuis 2014 les foutas tunisiennes, tissus utilisés traditionnellement dans les spas et hammams, tissés finement en coton. La différence de n’importe quels autres tissu ou serviette? Sa douceur, de même que sa capacité à sécher ultra rapidement en réduisant les odeurs d’humidité! Plusieurs types disponibles, pour différentes utilisations. Une vraie merveille!

Crédit : Famille Nomade - Maryse Cléro-Nobrega

Crédit : Famille Nomade – Maryse Cléro-Nobrega

J’ai reçu la mienne la semaine dernière et honnêtement, je trippe dessus. Elle est d’un beau bleu, comme l’image ci-haut. Même la description fait voyager! «Des larges bandes, comme une invitation au voyage. En bleu, elle sent la Méditerranée, les rires d’enfants au bord de la piscine. Choisissez votre couleur et elle fera partie de vos souvenirs pour de nombreuses années ». Ça donne le goût, non? Étant en plein déménagement, qui s’adonne à être aussi pendant ma semaine de vacances, je l’ai trainé avec moi partout! Que vous partiez à la mer tout l’été ou que vous restiez dans votre 2 1/2 dans Hochelaga, je suis certaine que vous trouverez en la fouta de Famille Nomade un allié de feu. Voici les utilisations (entre autres!) que je compte faire de ma fouta :

  • Aller m’étendre sur la plage de la Baie de Beauport, un soir de semaine
  • L’amener en kayak pour m’assurer d’être au sec!
  • La traîner dans mes piqueniques hebdomadaires sur les Plaines d’Abraham pendant tout l’été
  • Dans mes weekends de vacances, dans les Maritimes, au Saguenay, dans mon St-Fabien-de-Panet, alouette!
En croisière sur le fjord du Saguenay avec mon beau copain. Un bon moment pour traîner sa fouta, au cas où!

En croisière sur le fjord du Saguenay avec mon beau copain. Un bon moment pour traîner sa fouta, au cas où!

*CONCOURS * CONCOURS * CONCOURS* 

Comme vous êtes mes lecteurs préférés, avec la collaboration de Famille Nomade, j’ai décidé de vous donner un petit cadeau estival. Parmi tous les gens qui commenteront sous ce billet, je ferai tiré une fouta comme la mienne!

Mais comment faire, Laurie, pour gagner ma superbe fouta? 

Hyper simple, vous n’avez qu’à m’écrire où et comment vous utiliserez votre fouta cet été! Tirage le 24 juillet! 

 

Bon été et plein d’eau saline et de soleil chaud à vous!

Laurie

 

Publicités

Été 2015 : ma to do!

20 Juin

C’est moi ou l’été met du temps à s’installer? On a eu droit à peu de soleil, ça été assez difficile d’en profiter. Que dire de l’hiver qui ne finissait plus… On dirait qu’on retient notre souffle depuis des mois!

J’espère que Mère Nature nous donnera un petit coup de pouce, parce que mon agenda est déjà hyper chargé pour les mois à venir! Voici ma to do de l’été, qui ne fini plus de s’allonger…

Festivals estivaux : rock et route 

(Aucun lien avec l’émission Rock and Road. Fiou!)

ROCK : Au moment où vous lisez ces lignes, je suis au milieu d’un pit à la 10e édition du Amnesia Rockfest! Hello Serj, salut Dustin, coucou Jack et tous les autres!  ❤
Un peu plus de rock en août, le temps d’une journée, à Heavy Montréal, où j’assisterai principalement aux prestations de Korn et Alexisonfire. Pas d’Osheaga, pour moi cette année!

ROUTE : J’aime vraiment découvrir des festivals en dehors de Montréal. Ça permet de découvrir les beautés de notre province et de différentes ambiances de festivals. L’an dernier, j’ai cumulé les kilomètres pour enjoyer le FOÉ en Outatouais, le Festival Musique du Bout du Monde à Gaspé et le feu Fabuleux Festival International du Folk Sale à Sainte-Rose-du-Nord. Cette année, je passerai quelques jours à Baie Saint-Paul en juillet. Je profiterai de la programmation de feu du Festif, dans ce décor incroyable (gros gros crush sur cette région!).

Montréal avec ma BFF 

Maxou n’est pas encore emménagée dans la grand’ ville que je suis déjà trop excitée! Découvrir avec elle son nouveau quartier, acheter sa premier carte opus, avoir le luxe de perdre notre temps ensemble au parc au lieu de se voir presser entre deux évènements et 2 h 30 de route… BONHEUR!

bff

Souligner la nouvelle propriété d’une ex-coloc

Maudit que la vie va vite! Hier encore, nous étions 4 dans ce bel appart dans Villeray, avec nos incertitudes face à nos nouvelles vies d’adultes… Et nous voilà déjà à essayer de trouver LA bonne date pour inaugurer le nouveau nid d’amour (et les belles tablettes!) de Caro. #PlusQueDesColocs #TaginesGoneWild

baies

Roadtrip + camping avec mon homme

Il a beau toujours me dire que je suis une princesse, la vérité c’est que le bois, j’adore ça! C’est pourquoi on quittera la ville quelques jours en juillet avec la tente de belle-maman et nos vélos, destination : lacs Ontario! Ce sera aussi l’occasion parfaite pour souligner ses 30 ans tout neufs, autour d’une bonne bouffe de feu de camp, après une grosse journée à avoir rien fait (ou presque) sur la plage. Soupir…

Processed with VSCOcam with f2 preset

« Fin de semaine de boys » avec mes girls

Oui, de boys. Parce que plus c’est simple, plus ça nous plait. Surtout, rien de fifille! La destination n’est pas encore choisie, mais juste de savoir qu’on prendra un break de nos vies trop occupées toutes ensemble me fait dire : MERCI LA VIE!

Shack au lac, avec les copines moms 

Je suis chanceuse d’être toujours aussi proche de mes amies d’enfance. Même si la vie nous fait vivre des étapes importantes à des moments différents, on est toujours là les unes pour les autres et à chaque fois qu’on se retrouve, c’est comme si rien n’avait changé! Avec elles aussi, rien de compliqué! Cet été, on prévoit prendre du bon temps, ensemble, dans un petit shack rustique au Lac Drolet!

mom

Bon été, je nous souhaite de pouvoir en profiter!
Suzie xox

L’été se donne en spectacle/l’éloge des artistes macroscopiques

22 Juil

Je suis une saison qui se suffit à elle-même. J’ai chaud, je transpire. Je sue parfois, mais pas trop. Il le faut pour rester belle. Belle et splendide avec mes lunettes de soleil et ma rayonnante estivalité. Un mot qui existe quand vous êtes en maillot sur une plage de sable dru des eaux douces d’ici, à  vélo dans un champ qui sert de palace à une famille quadri-générationnelle de criquets et de sauterelles, en jupe courte, en gougounes, torse nu et démoustachu. Une goutte qui glisse le long d’un pichet de sangria, une étincelle qui s’envole loin de sa maison Le Feu, ta guimauve au bout du bâton, une guitare, un ukulélé, un potager qui donne des tomates et ta langue dans une crème glacée. Tremper dans le chocolat, si tu veux.

Je suis l’estival de votre année et ça me plait parce qu’ils ne sont pas très chauds vos trois-cent-soixante-cinq jours. Puis, vous ne manquez pas d’eau pour vous rafraîchir, ni d’électricité pour l’air climatisé.

Vous ne manquez pas d’occasion de profiter de mon flamboyant. Tout ce qu’il faut, ici. Baleines, feux d’artifices, festivals de nourriture et d’alcool, gaspésie, jazz, terrasse, une piscine, vente trottoirs, chalets, camping, rivières fraîches, guacamole, salsa, nachos, bronzer, pêcher, des fleurs, des pissenlits et un peu de limonade aussi.

De la petite limonade de petits enfants sur le petit trottoir dans la petite ruelle. Et, sur les grands boulevards, entre deux intersections, trois ou quatre bidons de plastique, deux baguettes et un solo de batterie-pas-batterie qui te fait t’arrêter sur ma route. Ma route des vacances et du temps bien perdu, du temps rentable qui te mène nulle part dans ton avenir, mais te fait respirer dans ton bonheur.

Un violon sur un banc entre des mains expertes qui te chantent la pomme vers trois heures du matin quand tu rentres de quelques pourcentages d’alcool, des rires et des histoires-souvenirs. Ces soirs-là où on est tellement de bonne humeur que tu te postes à côté du violoniste pour danser un peu avec une amie  ou un autre quelqu’un un peu plus qu’ami.

Le bonhomme à qui tu empruntes une chaise dans un bar, que tu reconnais un peu et à qui tu prends le temps de dire qu’il jouait bien de la flûte traversière l’autre fois sur la scène où il improvisait avec trois-quatre amis. Lui qui sourit, content. La conversation s’engage.

Un chanteur connu qui atterrit sur la terrasse où tu finis toujours tes soirées anonymes. Le chanteur que tu remercies de sa musique parce que tes cheveux sentent l’été et que le soleil a fait rougir tes joues bien avant qu’il te dise cool de façon extrêmement cool. Avoir quatorze ans parce qu’en juillet, on n’a pas d’âge.

Des tours de magie ou de jonglage sur un monocycle, une guitare, un dessin fait en craie, une œuvre plus grosse en peinture fraîche sur un mur de béton, un vieux barbu qui te raconte sa vie, un cracheur de feu parfois, encore une guitare, la gang de Greenpeace qui ont des propos vraiment intelligents à te faire réfléchir à, un garçon en équilibre sur un ballon, une vieille dame qui te vend le meilleur de tous les melons, les touristes, les touristes avec des caméras, les garçons qui se font beaux, toi qui te fais belle.

Je suis la saison de toutes les parades. Le moment où l’on ralentit le pas pour s’afficher au soleil, s’afficher en vacances. Je vous en prie, humanité, utilisez la chaleur comme meilleure raison pour ne pas s’essouffler et rendre chaque instant plus intemporel qu’il ne l’est habituellement.

Fais tout au ralenti. À l’opposé de ton attitude printanière, au lieu de sourire en coin quand tu vois le musicien dans la rue que tu longes, arrête-toi ou vous, écoute-le ou la et jasez. Tu trouveras l’argent que tu déposeras dans son étui amplement mérité parce que ces gens-là ont une histoire aussi plaisante que leurs partitions.

Et si tu es plus timide, moins porté à la musicalité, essaie de connaître le parcours de la dame qui te vend un bracelet en cuir, le garçon qui propose six sortes de tomate au marché, adopte le guide pour supporter le commerce local et discute indépendance avec des couturières de chez toi, demande du feu à ton voisin de palier et invite-le à se joindre à ton groupe, fais un château de sable avec un enfant mystère qui trouve que ton maillot de bain est coloré, fais un barbecue avec tes voisins qui ont douze décennies de plus que tes colocs, dessine une carte d’anniversaire pour ton collègue de travail à qui tu n’adresses jamais la parole.

Parle aux gens pendant que je te fusille d’ultra-violet.

Bon été.
Marie-Phi

%d blogueurs aiment cette page :