Tag Archives: famille

Le mois de la citrouille!

17 Oct

Qui dit mois d’octobre, dit Halloween, qui dit Halloween dit costumes, dit bonbons, mais dit aussi CITROUILLES!  On  achète souvent cette grosse cucurbitacée pour décorer nos maisons à l’automne, mais il ne faut pas oublier qu’elle est très bonne à manger.  

Lire la suite

Publicités

Faire du camping autrement

6 Juil

Envie d’un petit séjour sauvage? Orphelin de tente? Pourquoi ne pas essayer un hébergement insolite? Ça sort un peu de l’ordinaire. Ça fait changer d’air. Le Québec nous offre une nature riche et des sites bucoliques pour en profiter. Les petits villages n’attendent que ça, de nous voir arriver un peu endimanchés, le sourire aux lèvres, prêts à changer de décor. Cet été, partez sur les routes du Québec pour du camping qui sort des sentiers battus!

 

Aux Tipis de la Rivière Sauvage, St-Romain

Quand s’évader rime avec simplicité! Les tipis de la Rivière Sauvage, c’est un peu le tout-inclus du camping. Dès notre arrivée, on nous a enveloppés. C’était doux, chaleureux et pas compliqué. Petite visite des sentiers, du poulailler avant de nous diriger vers notre terrain. Spacieux, intime et accessible, on ne peut pas demander mieux. Le soleil levant, c’est le p’tit nom de notre tipi. On sait déjà qu’on va être bien ici. Un lit suspendu, un petit futon, une table de bois sculptée des mains du papa de la propriétaire, un petit coin pour faire sa toilette et c’est tout. Tout propre. Parsemé de petits objets porteurs d’histoire, plumes, capteurs de rêve, fourrures, encens, ça réchauffe le coeur. Hiver comme été, Les Tipis de la Rivière Sauvage nous accueillent dans un lieu de ressourcement et nous chouchoutent pour nomadiser sans tracas. Tout est à portée de main pour cuisiner, ils ont même pensé à l’eau pour s’hydrater. Un gazebo pour s’installer loin des bestioles, un coin feu pour prolonger la soirée, puis un accès à la rivière qui coule doucement et qui n’attend que l’envie folle de s’immerger.

Vous pouvez les suivre sur Facebook ici!

 

Yourte Domaine Ô naturel, St-Léon-de-Standon

Du camping en plein hiver, oui, à la condition que ce soit chaud, douillet et facile d’accès. Les Yourtes du Domaine Ô naturel répondent en tout point aux conditions essentielles pour passer un séjour loin des fracas de la ville. En mettant les pieds dans la yourte, c’est comme si on s’était tissé un cocon. On s’est enveloppés, on a mis du bois dans le foyer, puis on a fait l’éloge encore une fois de la simplicité qui nous permet de nous évader. On s’est patenté une fondu qu’on a mangé presque tout nu tellement la combustion se faisait aller. Entouré de sentiers, on a enfilé nos raquettes pour une promenade entre pins et sapins. En gros, c’est la recette parfaite pour passer du bon temps en amoureux ou en famille sans se casser le bolo et renouer avec l’hiver. Il faut simplement aimer vivre avec proximité dans 150 pieds carrés (ou plutôt ronds)!

 

Quelques idées d’hébergements insolites qui vous feront oublier la monotonie de votre lit:

  • Une maison de hobbit aux Écogites en forêt de Entre Cîmes et Racine, Laurie vous en avait parlé ici !

  • Une cabane dans un arbre chez Kabania, pour les grands enfants et les plus petits!

  • Une bulle vitrée dans un arbre, chez Canopée-Lit!

  • Un camion romanichel, au Rond Coin de St-Élie-de-Caxton…le village de Fred Pellerin!

 

Et vous, avez-vous déjà essayé ce genre d’hébergement?

Bon camping!

Laura

Les chaleurs du Nord

27 Jan

Alors qu’il tombait l’équivalent de deux hivers en neige et en verglas sur le Québec, l’amoureux, Minie et moi étions partis nous geler dans le Grand Nord canadien. Je sais qu’habituellement les Québécois prisent davantage les destinations soleil pendant les vacances de Noël, mais pourquoi faire comme tout le monde?

Et qui a dit que le Yukon n’est pas une destination soleil? Bon ok il a fait froid… je dirais plus frette! Avec une moyenne de -30, les combines sont indispensables à ta garde-robe, les « hotpads » deviennent tes meilleurs alliés et les grosses Sorel prennent la place de la petite botte cute de chez Aldo! Au lieu d’apporter six maillots de bain, j’ai plutôt mis une dizaine de paires de bas de laine dans ma valise! Oui, il a fait froid, même les arbres ont revêtu leur plus beau manteau de givre, mais le soleil ne m’a jamais fait autant d’effet, pas pour sa chaleur mais pour sa lumière. Au Yukon, au mois de janvier, il y a environ cinq heures d’ensoleillement, c’est très peu mais ô combien satisfaisant. Le soleil du nord, c’est un soleil de 16h, un soleil bleu, puis jaune, puis orange, puis rose, un soleil bas qui se pointe le bout du nez à travers les montagnes, comme une cerise sur le sundae, un soleil qui réchauffe les joues rouges et fait fumer la Yukon River, un soleil qui fait briller la neige et les yeux de ses habitants pour en faire du monde fier.

16251145_10154776638920575_9527833_o

Aux abords de la Yukon River, Whitehorse. Crédit: Eric Robitaille

Je n’ai jamais autant respiré l’hiver que pendant ces deux semaines. Ce qu’il y a de mieux à faire à Whitehorse à ce temps-là de l’année, c’est bien de profiter de monsieur soleil. Une journée sans aller dehors, c’est un peu comme s’asseoir dos à l’écran de cinéma. Pourquoi tu ferais ça? Pourquoi tu dirais non aux montagnes grandioses qui t’entourent et à la rivière qui s’y fraie un chemin?

Un roadtrip vers Skagway en Alaska dévoile une route enneigée entre les Rocheuses qui laissent passer une douce lumière pastel. Skagway est un petit village portuaire complètement désert pendant la saison froide. Un vrai Far West du nord avec des trottoirs en bois, une locomotive arrêtée sur la track derrière le magasin général, des boutiques qui vendent de l’or (du vrai) et le son du vent qui s’infiltre entre les bâtiments.

skagway

Port de Skagway, Alaska Crédit: Eric Robitaille

Une randonnée sur la Upper Canyon Trail avec l’amoureux et la Minie en portage m’a fait réaliser qu’il n’y a pas que le sable, la plage et les pina colada qui relaxent. Après 4 km de bonheur, les pieds au chaud avec mes semelles d’alpaga, mon sandwich gelé et la vue sur mon chum et ma fille devant le reflet brillant et fumant du soleil dans la Yukon river, le voilà qu’il me demande : « T’es heureuse combien sur cent ? ». Mon cœur a fondu à -20. J’étais heureuse.

16196658_10154776631090575_379787304_o

Le ciel bleu de Chadburn Lake, Whitehorse. Crédit: Eric Robitaille

 

La famille. C’est la famille de l’amoureux qu’on est venus voir ici. Cet après-midi qu’on a passé à la cabine, petit chalet rudimentaire. Deux heures de route bleue pour s’y rendre. Stationnés sur le bord de la route, on sort nos sacs qui contiennent notre lunch, on se monte le foulard jusqu’en-dessous des yeux puis on part. Une demi-heure de marche à -30 en sentier pour arriver aux abords d’un lac. Un lac pas très grand, le Rainbow Lake, mais un lac qui porte merveilleusement bien son nom. Les rayons du soleil dans nos faces rouges nous en font voir de toutes les couleurs. On traverse le lac gelé sur les traces de motoneige en direction du chalet. En arrivant, on chauffe le poêle à bois, on se cuisine de la soupe et des grilled cheese directement sur la fonte chaude, on sèche nos bas puis on prend le temps de se regarder dans le blanc des yeux pour imprimer ce moment-là dans nos têtes. Sur le chemin du retour, en plein milieu du lac, on s’arrête pour regarder autour de nous. Le ciel est rose-orange, les montagnes nous encerclent, on se sent tellement petits au milieu de ce lac-là, on est comme pris en otage par le paysage. Ça fait qu’on est juste bien.

rainbow-lake

Rainbow Lake et sa lune, Haines. Crédit: Eric Robitaille

Finalement, le froid du Yukon, ça fait autant de bien à l’âme que la chaleur de Cancun. Le froid, ça réchauffe les cœurs.

Les incontournables de Whitehorse:

Une boutique: The Collective Good

Un petit café: Baked

Une randonnée: La Upper Canyon Trail de Chadburn Lake

Une envie de bouger: Canada Game Center

Une sortie de famille: Yukon Wildlife Preserve 

Une soirée en amoureux: G & P steakhouse

Une bonne bière ou plusieurs : Les microbrasseries Yukon Brewing et/ou Winterlong

Un besoin de plus d’idées : Les employés sympathiques de l’office touristique

 

Ça vous donne le goût, non? Bonne rêverie hivernale ❤

Laura

Les vacances avec la belle famille : récit d’une première fois.

27 Juil

Ah la Gaspésie! J’y étais allée jeune et je rêvais d’y retourner. Mon rêve accessible s’est réalisé en juin dernier : une semaine avec la belle-famille à Bonaventure. Mes beaux-parents avaient loué une maison de campagne. Alors on s’est retrouvé le copain, son fils, ses parents, ma belle-sœur et le beau-frère. La thématique de la semaine : la pêche. Une autre première pour moi.

IMG_6603

Ma définition d’une maison à la campagne. Crédit : Sarah Moore

On était loin de la semaine reposante sur le bord de la mer et des séjours d’aventures en amoureux. C’était autre chose et j’avais envie de l’essayer. Voici quelques petits plaisirs et moments forts du voyage!

La route 

Chaudière-Appalaches, Bas-St-Laurent, Gaspésie. Je suis fan du bord de l’eau, des beaux villages et des paysages. Un arrêt inattendu chez Mamie Pataterie Gourmande à Kamouraska commençait bien le «Road Trip». Une salade et des frites qui m’ont rendue bien heureuse. Il a aussi commencé à pleuvoir beaucoup trop. On a écouté Jake Bugg, tout le monde chantait. On a roulé et roulé encore pour ne pas arriver trop tard. Mon guide touristique de la Gaspésie n’était pas bien loin. Il y a toujours quelque chose à apprendre d’une montagne, d’un village, d’une rivière. On est arrivé en soirée. Il y avait plein de monde dans la maison. Les vacances ne s’annonçaient pas reposantes. J’étais brulée, c’était le temps de se mettre au lit.

IMG_6310

Pas facile la route!

 

IMG_6253

Carleton-sur-Mer. Crédit : Sarah Moore

Les gros déjeuners

Ma belle-mère avait pensé à tout. Le frigo était plein et il y avait de la bouffe qui fait plaisir à tout le monde. Des confitures pour les hommes et du beurre d’arachides pour les femmes. J’adore prendre mon temps pour déjeuner. J’avais même apporté un mélangeur pour les smoothies. C’était plus que parfait.

Jouer encore et toujours jouer

Nous avions l’œil à peine ouvert  que le mon copain voulait déjà jouer avec son fils. Jeux de société, échec, bataille au bout de bois, baignade dans le malin. Son principe : « En vacances, on n’arrête jamais de jouer ». On aurait dit deux enfants. C’était beau à voir. J’ai alors pris du temps pour moi. Lecture, yoga, photos. Ce n’est pas que je n’aime pas jouer, mais pas toujours, tout le temps. J’assume mon côté j’ai besoin de ne « rien faire ».

IMG_6419.JPG

Sauter dans la Bonaventure mardi, mercredi, jeudi et vendredi.

La pêche

Bon. Je n’ai pas officiellement pêché avec le permis et tout, mais j’ai pratiqué mon lancé à la mouche avec mon beau-père et j’ai observé les pêcheurs passionnés de la rivière Bonaventure. J’ai appris des noms de fosses et vu un garçon de 8 ans pêcher sa première truite avec beaucoup de fierté. Tout ça m’a donné envie d’essayer. La prochaine fois je me promets de mettre la salopette et de jouer dans l’eau avec les saumons. Un jeu calme.

 IMG_6302

IMG_6507

Sa première truite

IMG_6374

Ne pas pêcher

Le canot dans les rapides

Je ne souhaitais pas planifier toute ma semaine mais, je tenais à faire du canot sur la Bonaventure. Cime aventures offre un forfait parfait pour une sortie d’une journée. Je vous confirme que faire du canot dans les rapides n’est pas de tout repos. On a chaviré deux fois. C’était drôle, mais pas tant que ça. J’avais laissé mon téléphone dans la voiture, je devais avoir un pressentiment. On a oublié nos sandwichs détrempés et a nous avons continué dans la joie. Cette rivière est simplement magnifique. Il faisait beau. On a terminé à journée à la plage avec une grande marche en amoureux. C’était la fin des vacances et maudit qu’on était bien.

IMG_6533

Je veux rester ici tout le temps

 

La Gaspésie, on se dit à l’an prochain ?

D’ici là, bonne vacances gang  xx

SARAH

Article commun de juin – Ode à nos papas

2 Juin

On entend souvent dire qu’un papa est le premier GRAND amour de sa fille. Après concertation, les louves de la meute vous confirment que oui.  Voici, en ce mois de la fête des Pères, notre ode à ces hommes, qui représentent beaucoup pour nous. ❤

Capture d’écran 2016-05-30 à 12.29.04

Andrée-Anne : Il n’y a pas une semaine qui passe sans que j’appelle mon père pour un conseil. «Papa, le garagiste dit que je dois changer tel machin, est-ce que je me fais avoir?» «Papa, je veux changer d’assureur, que penses-tu de telle compagnie?» Mon père, il sait tout. Et quand il ne sait pas, il peut bouger des montagnes pour trouver des réponses. Plus je grandis, plus je prends conscience de la sensibilité et de la belle vulnérabilité de mon papa. Plus je vieillis, plus je le trouve fort et formidable. Et moins je peux me passer de lui.  🙂

Laurie : Mon père c’est le plus fort (mais aussi le plus grognon et le plus ingénieux). À l’été 1995 et 1996, mon Papadou a fait ce que tout bon papa doit faire dans sa carrière de père : il m’apprenait à monter à vélo. Ceci dit, sa petite dernière ne fut pas de tout repos, elle était bien motivée et déterminée, mais carrément poche en équilibre. Il est revenu, plusieurs soirs par semaine, pousser sa jeune Laurie dans le dos jusqu’à ce qu’elle comprenne comment fonctionnait un vélo (non sans genoux en sang par contre). Dear Papa, je t’aime, merci pour ta main dans le dos quand j’en avais besoin, depuis 26 ans.

 

Sarah : Personne ne peut remplacer mon papounet, mon idole. J’ai beaucoup de souvenirs avec lui, mais ce qui me vient en tête est inévitablement lorsque j’allais « travailler avec lui » Mon père est journaliste à la radio depuis près de 40 ans et il m’amenait sur les lieux des accidents, des feux, enregistrer des annonces, me faire des cassettes avec les hits des années 90. Aller au bureau de papa, c’était cool, et encore aujourd’hui, quand j’ai la chance d’être en Beauce et de le saluer derrière le micro à 6 h 30 le matin, je suis vraiment fière. Papou, merci d’avoir partagé avec moi ton amour pour les communications. Il y a un peu, beaucoup de toi en moi. xx

 

91cb6415718f463ec5fb681f2ebb01c6

 

Anne-Sophie: Durant la majorité de ma vie, mon père a travaillé de nuit, et souvent à Noël. Ce qui m’a marqué de ces Noëls, ce ne sont pas ses absences, mais la possibilité rare et précieuse que j’avais d’entrer dans sa bulle, de le regarder se préparer, et surtout… de le voir se parfumer. Je ne sais pas combien de fois j’ai senti son Cool Water le soir de Noël, mais chaque fois qu’il s’en met une shot pour sortir, je repense à ces 24 décembre, et ça me rend heureuse. Merci papa pour ces petits moments, et tous les autres, et pour ce modèle atypique que tu es, avec ta passion de la lecture et ton horaire à l’envers, qui m’a montré très jeune qu’il n’y a pas qu’une seule manière de faire sa vie. Ça, ça n’a pas de prix.

 

Michèle : Mon papa, c’est un comique malgré lui parce qu’il est hyper lunatique. Je ne retiens pas du voisin. 😉 Ça donne lieu à toutes sortes de situations cocasses, et on aime le taquiner pour ça. Lorsque j’étais adolescente, il était celui qui venait me chercher ainsi que toutes mes copines tard le soir lors d’une fête, et maintenant il est celui qui me montre comment changer mes lumières encastrées. Il est toujours présent, disponible, prêt à tout pour me faciliter la vie et m’encourager dans mes projets. J’adore prendre un verre ou manger un bon repas avec mon père et philosopher sur la vie. Avoir un tel papa à mes côtés m’a donné une force et une confiance en moi inébranlable, j’en suis certaine.

 

Vanessa : Mon papa, c’est pas juste le meilleur à mes yeux mais un être doté de la plus grande ressource de cartes routières au monde, de la plus belle archive musicale, de l’inventaire le plus grand de jeux anodins au monde du type “t’as 15 secondes pour me trouver qui chante quoi, en quelle année et ce qu’il portait”, du caractère le plus dur et droit, mais probablement le plus doux et indulgent quand il s’agit d’être fière de sa “pride and joy” ou de devoir mettre du gaz dans son véhicule, devant chez lui, parce sa fille ne voulait pas avoir froid à la station service, de l’association goût-mémoire la plus développée, de la plus belle collection de pantoufles-souliers, mais surtout de la plus grande ressource inépuisable d’amour inconditionnel et ça, c’est mon papa.

7c799d698a3d18d0c7f6ca91546f2522

Voilà qui place la barre très haute pour les jeunes papas et ceux du futur. 😉
On vous souhaite de passer une fête des Père remplie d’amour!

Vos Louves

Et les fois où je trouve ça dur de repartir

28 Avr

Je vis à Paris depuis 2008. L’été 2007, j’ai rencontré un gars à Paris pendant un voyage/stage, et après avoir dû rentrer pour terminer ma dernière session d’université, j’ai lâché ma job et mon appart pour venir dans la Ville Lumière.

Quoi de mieux que de découvrir Paris avec un nouvel amoureux ? Par la suite, il y aura des hauts et des bas, je commencerai à avoir une vie plus normale et faire moins touriste, je finirai par quitter le mec en question… mais 7 ans plus tard, je serai toujours à Paris. J’ai une bonne job ici pour l’instant, et surtout, c’est tellement facile de voyager depuis l’Europe ! Plein de destinations sont à portée de main, même pour un court week-end, en plus des tonnes de compagnies aériennes low-cost qui se font compétition pour mon plus grand plaisir. En plus, le vin n’est pas cher. Quoi demander de mieux ?

Tout ce qui me manque ici, c’est ma famille, mes amis et le bon lait du Québec. Pis toutes les autres cochonneries sucrées ou grasses que je ne retrouve pas en France bien sûr ! C’est pourquoi faut bien que je retourne « chez nous » de temps en temps, au moins une fois par année.

C’est tellement le fun de retrouver mon monde, ma famille et mes amis, comme si on s’était vu hier. Surtout ma nièce qui s’en vient de plus en plus cute, et même mon filleul qui ne me reconnaît pas encore et qui me boude niveau câlin… Je profite à fond du temps passé avec ma mère, je vois le plus d’amis possible, et je retrouve ces moments où je ne faisais pas nécessairement grand-chose avec eux, sinon de niaiser sur le divan en regardant la télé ou en jouant à un jeu d’ordinateur « comme dans le temps », comme si je n’étais jamais partie.

Sauf qu’au bout de mes deux semaines habituelles, mon départ approche et j’ai comme une boule dans le ventre qui grossit au fur et à mesure que l’heure de partir pour l’aéroport se rapproche. Pis les 3 maudites heures d’attente me paraissent tellement plus longues au retour parce que me sens 100 fois plus seule à me demander pourquoi je quitte encore ceux que je suis venue retrouver.

La dernière fois que je suis rentrée au Québec, j’y passais un peu plus longtemps, et mon meilleur ami m’a dit qu’on avait passé trop de temps ensemble… Je ne comprenais pas avant qu’il m’explique « que d’habitude, si on se voit juste un petit peu, c’est comme plus facile quand tu repars… ». Ouch. Comme si le fait de passer parfois en coup de vent était plus facile au final pour pouvoir se dire que ma présence était une hallucination et de continuer à vivre comme si je n’existais pas vraiment en réalité et que ma courte présence n’avait été qu’un mirage.

J’aurais pu pleurer quand il m’a dit ça. Je fais la fière comme ça, mais je trouve ça tellement dur parfois et je m’ennuie tellement de lui et des autres. Mais j’ai retenu mes larmes. Après tout, c’est moi qui ai décidé de partir, non ?

Photo d'une époque où j'étais encore au Québec

Photo d’une époque où j’étais encore au Québec

Lisa Marie 

St-John’s, Terre-Neuve. Une histoire d’intentions.

12 Fév

Je vous l’avais déjà dit. Je souhaite voir ma filleule qui habite un peu loin plus souvent. Je sais, il y a la technologie et tout ce qui nous permet d’avoir l’impression d’être un peu plus là, mais ça ne remplace pas un bisou sur une joue.

Surprendre. C’est ce que j’ai eu envie de faire pour ma cousine qui a célébré ses 30 ans fin janvier. Alors, j’ai pris l’avion, j’ai gonflé un ballon et j’ai cogné. Joie, elle m’a répondu et nous avons passé quatre journées parfaites.

Mes intentions. J’ai reçu en cadeau le dernier livre d’Oprah Winfrey, Ce dont je suis certainePour chaque moment de sa vie, elle se questionne sur ses intentions. Pour mon voyage à St-Johns, j’ai eu envie d’essayer. Je voulais passer du temps avec ma famille, cuisiner, prendre des photos et courir. J’ai tout fait ça. Voici mes coups de cœur totalement Terre-neuviens.

Passer du temps avec ma famille.

Prendre un thé, un café,  juste jaser. On a fait ça dans leur charmante maison, mais aussi dans de jolis cafés et au musée.

3  suggestions : Fixed coffee Rocket Bakery The Rooms

Un thé qui réchauffe.

Un thé qui réchauffe au Fixed Coffee

Rocket Bakery en famille. La place Downtown St-John's

Rocket Bakery en famille. La place Downtown St-John’s

Le musée et café The Rooms avec sa magnifique vue sur la ville (sans brouillard)

Le musée et café The Rooms avec sa magnifique vue sur la ville (sans brouillard)

Cuisiner.

Ma cousine fait les meilleurs biscuits et elle a toujours des idées savoureuses.  Partager ces moments tout simples avec elle m’a fait du bien. Merci pour le lait d’amande juste assez sucré, les biscuits au beurre d’arachide santé, la recette de gruau comme elle seule peut le faire et le potage parfaitement épicé. Prendre beaucoup de temps pour déjeuner le matin et regarder le bébé manger. Vivre sans souci.

Par un mardi de pluie

Par un mardi de pluie

Prendre des photos

Ah ouin St-John’s ? Tellement oui. Les gens, les maisons colorées, l’océan, le calme, le vent, la température inégale. Tout ça est ben inspirant.

Souvenirs de Cape Spear, Signal Hill, The Battery

Cape Spear- Le point le plus à l'est de l’Amérique du nord.

Cape Spear- Le point le plus à l’est de l’Amérique du nord.

Le fort de Cape Spear

Le fort de Cape Spear

Vue de Signal Hill

Vue de Signal Hill

Quartier coup de coeur de St-John's

Quartier coup de coeur de St-John’s

Vue de Battery

Vue de Battery

Courir

Je réalise l’importance de la course dans vie. C’est devenu un repère et mes souliers me suivent partout. Marcher ou courir est ma façon de jouer les touristes un peu partout. Mon conseil : se renseigner sur les parcours à essayer, les rues à ne pas manquer et les secteurs à éviter.

Je suis honnête. St-Johns n’était pas dans ma liste des À visiter absolument. Mais la vie nous invite parfois ailleurs. Je pense qu’il faut l’écouter et se laisser surprendre. Tsé Terre-Neuve en janvier c’est plutôt exotique. Je vous confirme que mon histoire d’intentions va se poursuivre dans mes prochains voyages. À suivre…

Sarah xxx

Un Noël en santé

17 Déc

Ça y est, on est à 8 jours de Noël ! Excitant n’est-ce pas ? Moi en tout cas, je suis une vraie fan des fêtes de fin d’année, avec tout ce qui vient avec (chez les Couture!) : café Bailey’s, amour, feu de foyer, glissades, cadeaux et trop de nourriture.

Comme j’en ai parlé à mes débuts sur le blogue des Rockalouves, dans la dernière année, j’ai fait un virage à 180 degrés sur ma santé et ma condition physique. L’entraînement, la nutrition et l’importance d’une bonne santé tant physique que mentale sont au centre des mes préoccupations. L’an dernier, mon premier temps des Fêtes après ce virage a été plutôt difficile pour garder le cap. Voici donc mes petits conseils pour un Noël en santé.

d1e176f88df73357df5824f3ebe1119e

On bouge autrement

L’idée est de bouger le plus possible, quotidiennement, tout en passant du temps de qualité avec nos proches et les gens qu’on a l’occasion de voir qu’une seule fois par année. Évidemment, on a tendance à planifier des brunchs et des soupers en quantité incroyable, mais il y a d’autres options ! Bouger ensemble, c’est une idée malade :

  • Une séance de surfset avec vos belles-sœurs
  • Un trip de gang au Quartier Dix-30 pour surfer au Oasis surf 
  • Du patinage à l’anneau de glace des plaines d’Abraham
  • Un périple en famille pour une randonnée en raquette dans le Parc des Appalaches
  • Une longue marche avec l’être aimée (ou votre BFF pour les #ForeverAlone)
  • Faire la glissade de la Terrasse Dufferin
  • Et beaucoup beaucoup plus !

 On cuisine plus

Alors qu’on le sait que les festins n’en finiront plus, pourquoi ne pas profiter des fêtes et des journées entre les festivités pour cuisiner de longs repas, de bonnes soupes aux légumes et d’essayer de nouvelles recettes ? On garde alors un peu de contrôle sur notre alimentation, en limitant les dommages des autres grosses journées de fête.

Voici quelques sites ou livres que j’adore pour des nouvelles recettes santé et délicieuses :

 On danse toute la nuit

Une soirée du 31 décembre de prévu ? Profitez-en pour danser toute la soirée ! Et le lendemain, chez vos grands-parents, lâchez vous lousse dans les 7 carrés et autres danses en ligne festives ! Ça fait brûler des calories pis en plus, c’est vraiment trop drôle (et ça fait d’excellents vidéos Youtube).

 On dort tout le matin

L’année au complet est déjà assez épuisante comme ça. Profitez-donc du temps des fêtes pour dormir, dormir, relaxer et encore dormir. Envie d’une sieste ? GO. La grasse matinée jusqu’à midi ? GO ENCORE. Votre corps mérite ce repos et si vous avez le temps et la chance de ne pas travailler, par pitié, utilisez-le pour être chill. Rien de mieux, après avoir fait une activité physique comme mentionné plus haut, qu’un petit dodo dans une couverture chaude avec un bon thé chaï pas trop loin.

Peu importe comment vous organisez votre temps des Fêtes, je vous souhaite qu’il se passe sans souci, dans le bonheur, l’amour et les pures traditions de Noël. On se reparle en 2015, alors que vous vous remettrez tranquillement de cette période intense de l’année! Si vous lisez cette dernière ligne, c’est que vous avez pris le temps, à travers votre horaire surchargé, de me lire et ça, ça vaut beaucoup pour moi!

Mille mercis à vous pour cela ❤ xxxxx

Louvement vôtre,

Laurie

Témoignage camping glamour.

20 Juil

C’est dans un esprit assez bûcheron que nous avons l’habitude de partir camper. Dormir à même le sol sans pensées princesse-au-petit-pois, se réveiller les yeux dans la graisse de bine et cuisiner son déjeuner dans un gras assez similaire qui grésille au fond d’une casserole noire et cabossée de vécu. Faire un feu le matin, le midi et le soir avec trois allumettes, ranger sa bouffe sur le très haut d’une branche d’épinette et, néanmoins, se faire dévorer les pains à hot-dog donc ne manger que les saucisses au bout d’un bâton sec. Suer, puer et ne pas se raser.

 

Il y a également de ces petites natures qui s’aventureront dans le vaste monde du sauvage avec cinq bouteilles de chasse-moustique, un sac de couchage -30° en plein été parce qu’au mois d’août -leur a-t-on dit- les nuits sont plus fraîches et que le froid ce n’est pas l’idéal déjà qu’il y a les orignaux, les ours, les loups, les ratons-laveurs, les écureuils, les terribles fleurs et les affreux papillons. Et puis, est-ce qu’il y a du réseau dans la forêt pour que j’instagram mon bonheur d’être coureur des bois?

 

J’ai toujours été davantage aventurière dans mes méthodes de campement: se laver avec du sable, utiliser la fumée comme citronnelle et ne même pas dire lapin-lapin quand la boucane s’en prend à ma face et mes yeux. Méga fan de la brume sur le lac au matin et d’une bonne saucette dans l’eau frette pour remplacer un café. Envoyer le canot dans les rapides puis prendre une gorgée d’air frais quand le courant s’est calmé.

Il m’a donc fallu vivre un deuil quand mon père m’a confirmé la location d’une yourte près de laquelle seraient stationnées les deux voitures, contenant quatre glacières, trois bombonnes de propane, deux barbecues et une seule lampe de poche. En résumé, pas besoin de monter une tente… alors qu’on va faire du camping! 

Puis, le mot a résonné dans la tête des mes trois frères et moi. Cette récente et (ô combien) actuelle mode dans le monde du campement, nous allions y goûter. Mordre la poussière du fameux glamping. Tragédie s’abattant sur nous, malheur et désespoir.

 

Quatre jours plus tard, redéfinition complète de mon idée du camping. Tout était différent, donc tout a changé. Rien ne sera plus jamais pareil. Car, je suis maintenant persuadée que ce n’est pas l’isolation de la tente, l’utilisation d’essence ou tout autre gaz à émissions polluantes, la quantité de nourriture achetée, cueillie, pêchée ou chassée, le transport du point A au point B à jus de bras, de pédale ou de volant, enfermer son matériel dans des barils hermétiques ou dans une voiture qui s’hermétise en appuyant sur le cadenas du démarreur à distance et toutes les autres modernités qui s’opposent au primitif de ce qu’a toujours été le camping jusqu’à ce jour. Ce n’est pas ça qui change profondément la signification du séjour.

Ce sont les gens, leur présence.

 

Se taire en même temps pour écouter la faune et la flore pendant très longtemps et laisser le courant nous porter. Se plaire dans ce silence d’être bien accompagné. L’entente naturelle de la répartition des tâches qui, honnêtement, ne se fait pas aussi bien à la maison. Choisir avec le sourire qui pagaie et qui navigue parce qu’on se fait mille fois confiance. Ramer pendant cinq heures sous la pluie et ne jamais se plaindre parce qu’un feu nous attend, aussi réconfortant que toute la fierté du monde qu’on ressent à garder le cap malgré le mauvais temps.

Chanter autour du feu notre traditionnel hymne familial qui, je-sais, vient du radio portatif où est branché un IPod. Pis ça? Sourire en vous écoutant ronfler d’épuisement sur de la literie et des matelas fournis oui-oui-ouiii, sous un toit en bois au centre duquel il y a un foyer. Pis ça? Se raconter nos vies et trouver qu’on est une fraternité qui vieillit très bien autour des bières qu’on est allé, je me confesse, s’acheter au dépanneur en rentrant de la descente. Pis ça?

 

Ça, c’est le bonheur! Du bonheur réchauffé par les flammes. Et, croyez-moi, ce n’est pas le plus-ou-moins, le pas-pantoute, le surtout-beaucoup ou le rien-que glam de votre séjour de camping qui en est le bois de chauffage. Alors n’ayez pas peur de tenter le coup, de sauter sur l’occasion ou de toujours refuser de vous abaisser à cette mondanité. Vous ferez, de votre expérience, un témoignage. Point final.

IMG_1783

Crédit photo: Papa Neault

Potluck de Noël – nos suggestions!

12 Déc

On vous propose notre top 5 des meilleures idées potluck de Noël pour épater famille et amis. Même si vous n’êtes pas responsable du party, votre hôte appréciera certainement votre contribution au buffet des Fêtes 🙂

1.    SANGRIA DE NOËL

1-sangria_2 1-sangria

Cette sangria blanche spéciale des Fêtes aura un succès fou (nous l’avons testé avec bonheur lors d’une soirée de filles). La touche suprême est sans aucun doute les branches de romarin enrobées de sucre qui assurent une présentation parfaite! On aime la servir dans un pot Masson.

 

2.    ŒUFS FARCIS AU TOFU

2-OEUFS

Le site trois fois par jour propose des recettes santé originales et une présentation toujours très soignée (on aime les belles photos). On trouve intéressant de partager cette recette réinventée d’œufs fourrés. En plus, c’est une manière originale d’intégrer le tofu à votre menu!

 

3.    LE CLASSIQUE DE MAMIE : L’ASPIC

Ma mamie (Gilberte!) a toujours fait des aspics à Noël. Une table des Fêtes sans aspic n’est pas une vraie table de Noël! Ses deux préférées sont canneberges ou crevettes, mais les possibilités créatives et gustatives sont illimitées!

3- aspic_1

 

4.    LE FAMEUX PAIN SANDWICH

4- pain sandwich_1 Le pain sandwich est le classique des classiques. Malheureusement, plusieurs Québécois n’ont jamais eu la chance de goûter à ce fameux sandwich étagé (salade de poulet, salade aux œufs et salade de jambon).

Il existe deux grandes écoles de pensée: ceux qui préfèrent la pièce enrobée de fromage Cheez Whiz ou ceux qui préfèrent un enrobage de fromage à la crème. On préfère de loin celui enrobé de fromage à la crème, mélangé à de la mayonnaise, de la crème sure ou crème fraiche.4- pain sandwich 2

La partie la plus agréable de la préparation du pain sandwich est la décoration 🙂 À vous d’ajouter des olives farcies, des poivrons de couleurs, des oignons verts, des concombres, etc. À chacun ses goûts!

Truc de louve: important de beurrer chaque tranche de pain. Votre pièce se tiendra mieux et les mélanges à sandwich (jambon, œufs, poulet) ne mouilleront pas votre pain.

 

 5.    COUPES DES PÉCHÉS :

 FRAISES, MACARONS ET CRÈME FOUETTÉE

5- dessert

Pas besoin de préciser que le temps des Fêtes est aussi le moment idéal pour se sucrer le bec 🙂 Impossible de faire un top 5 sans présenter de dessert! Intéressant d’offrir des portions individuelles déjà préparées et elles sont au regard. Les enfants en raffoleront! On adore la combinaison des fraises, du jell-o, des macarons et de la crème fouettée. Très alléchants…

Vous trouverez davantage de suggestions sur Pinterest!
Joyeuses Fêtes xox

%d blogueurs aiment cette page :