Tag Archives: Émilie Fournier

La vie c’est maintenant

14 Fév

Septembre 1998 – Secondaire 1

Nous sommes dans la même classe. Je sais qui tu es, mais nous ne nous sommes jamais vraiment parlé. Nous avons chacune nos groupes d’amies et nous sommes trop occupées à découvrir ce monde nouveau qui s’ouvre à nous pour vraiment faire connaissance.

Mai 1999 – Voyage scolaire à New York

J’ai beaucoup de peine car une rumeur circule à mon sujet. Nous avons un ami commun à qui je vais me confier. Même si on se connaît peu, tu en profites pour me faire part de ton soutien. « Nous, on n’y croit pas en tout cas! »  Je te trouve gentille.

Septembre 1999 – Secondaire 2

Nous ne sommes plus dans la même classe, mais nous sommes dans le même cours parascolaire de théâtre. Je te vois pour la première fois sans ton uniforme. Je ne te trouve plus seulement gentille, je te trouve cool. En plus, nous partageons la même passion. J’ai envie de te connaître davantage.

Dans les mois qui suivent, nous devenons amies à force de se côtoyer tous les mercredis soirs, mais nous gardons chacune nos groupes d’amis respectifs lorsque nous sommes à l’école.

Mai 2000 – Fin du Secondaire 2

Ce sera finalement grâce à une amie commune que notre amitié se soudera pour de bon. J’étais déjà très proche d’elle et elle a eu envie de passer plus de temps avec toi. Je l’ai suivie. À partir de ce moment, nous sommes devenues inséparables toutes les trois.

***

Dans les années qui ont suivi, j’ai trouvé en toi plus qu’une amie. J’ai trouvé une âme-sœur. Ta gentillesse, ton intelligence, ton humour et ta franchise sont des qualités que j’apprécie chez toi, mais, ce qui fait que je suis si bien en ta compagnie, c’est que tu m’aimes sans te poser de questions.  Nous sommes très différentes, mais nous nous complétons. Nous partageons tout : nos joies, nos peines, nos premières fois, nos fiertés, nos peurs, nos rêves. Nous avons un cahier rempli d’inside jokes et des centaines de photos pour illustrer nos moments de folie. Nous passons pratiquement tout notre temps ensemble. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai soupé, dormi et déjeuné chez toi. Ta famille est devenue la mienne. Je participe aux soupers de famille, aux partys du jour de l’An, à quelques sorties familiales et même à un voyage dans les Cantons-de-l’Est. Dans nos cœurs, nous sommes sœurs.

Bien sûr, notre relation n’est pas parfaite. Des fois, on se fait de la peine. Des fois, on se chicane. Je t’énerve parce que je prends tout personnellement et je n’aime pas quand tu t’empêches d’être toi-même pour les autres. Ce n’est pas grave. On s’aime quand même.

De jeunes adolescentes à jeunes adultes, notre amitié grandit et perdure. Nos choix nous amènent dans des directions géographiques différentes, mais cela n’affecte en rien notre relation. Tes nouveaux amis deviennent les miens. Mes nouveaux projets deviennent les tiens. Tu décides de profiter de ta jeunesse et de parcourir le monde dès que tu en as l’occasion. Je connais tes histoires de voyage comme si j’y étais allée. Nous rêvons de partir ensemble un jour.

***

Juillet 2011 – Départ pour l’Amérique du Sud

Nous passons une dernière fin de semaine ensemble avant ton départ. Comme d’habitude, je t’aide à faire ta valise. Tu me laisses ensuite ton chat dont je prendrai soin pendant ton absence. Je te souhaite de passer un bon voyage et je quitte.

17 août 2011 – Sucre, Bolivie/Châteauguay, Québec

Nous clavardons et nous nous racontons nos dernières aventures. Tu dis que tu fais ton plus beau voyage jusqu’à maintenant et tu te sens heureuse. On se dit qu’on s’ennuie et qu’on a hâte de se voir. Tu me parles d’un gros mal de tête qui t’accable depuis deux jours.

18 août 2011 – Pire jour de ma vie

J’écoute une émission sur les cupcakes en clavardant sur Facebook. Je reçois un appel de ta marraine. Mon cœur s’arrête.

***

Le côté irréversible de la mort m’a tout de suite frappée de plein fouet. Je ne suis pas certaine d’être tout à fait passée par la phase du déni. Je me souviens d’avoir tout de suite ressenti qu’on m’arrachait une partie de moi. Je me souviens d’avoir pensé à tout ceux qui souffriraient à la suite de ton départ. Je me souviens d’avoir eu besoin d’être forte pour eux, pour toi.

Malgré la douleur, malgré le manque, la vie a suivi son cours. J’aime penser que c’est pour apaiser ma peine et me donner une épaule sur laquelle pleurer que tu l’as mis sur mon chemin. Avais-tu déjà tout vu ce que l’avenir nous réservait ou l’avais-tu simplement choisi parce qu’il était un beau barbu? Quoiqu’il en soit, si aujourd’hui je célèbre une septième St-Valentin à ses côtés, c’est un peu grâce à toi.

De lui, est venue elle. Pour ça aussi, je te donne un peu de crédit. Tu le savais que c’était le plus grand rêve de ma vie. D’ailleurs, elle porte fièrement ton prénom sur son passeport.

Mon amie, ma sœur, ma moitié…Le temps passe. Ma vie change. Je vieillis, mais pas toi. J’ai de plus en plus de difficulté à m’imaginer, comme je le fais si souvent, ce que tu dirais et ce que tu penserais de ce que je vis. J’ai peur qu’arrive un jour où je ne puisse plus le faire. J’ai encore besoin de toi. Tu me manques toujours.

Encore aujourd’hui, six ans plus tard, malgré que le temps ait atténué la douleur, il est difficile de trouver les mots pour t’exprimer à quel point ton départ a créé un vide dans mon cœur.  À mon avis, c’est Grand Corps Malade qui a su le mieux l’exprimer.

(…)

On se rassure face à la souffrance qui nous serre le cou, en se disant que là où ils sont, ils ont sûrement moins mal que nous. 

Alors on marche, on rit, on chante, mais leur ombre demeure, dans un coin de nos cerveaux, dans un coin de notre bonheur. 

Nous on a des projets, on dessine nos lendemains. On décide du chemin, on regarde l’avenir entre nos mains.

Et au coeur de l’action, dans nos victoires ou nos enfers, on imagine de temps en temps que nos absents nous voient faire.

(…)

Chaque nouvelle disparition transforme nos cœurs en dentelle, mais le temps passe et les douleurs vives deviennent pastelles. Ce temps qui pour une fois est un véritable allié. Chaque heure passée est une pommade, il en faudra des milliers. 

Je t’aime.

Émilie

 

Publicités

Panem et circenses : De la tourtière et des jeux

23 Déc

Est-ce que je vous ai déjà dit à quel point j’aimais Noël? Il faut dire que j’ai la chance de pouvoir vraiment profiter de la période des fêtes avec mes deux semaines de congé. (Qui commencent aujourd’huiiiiii!!!!) J’aime tout (ou presque) de cette fête. Noël, c’est une belle occasion de passer du temps de qualité avec ceux qu’on aime, de manger une panoplie de plats délicieux, de faire plaisir aux autres, mais c’est SURTOUT le moment idéal pour JOUER!

Lire la suite

Ce que je ne savais pas

16 Nov

Je suis entrée dans la pièce d’un pas hésitant. J’étais nerveuse car je savais que notre rencontre était imminente. À l’exception de ton (très long) nom et des quelques informations chopées sur ton (très court) profil Facebook, je ne connaissais rien de toi.

Malgré mon romantisme légendaire, cela faisait longtemps que je ne croyais plus au coup de foudre. « Pour tomber amoureux de quelqu’un, il faut absolument le connaître depuis longtemps ! », c’est ce que je répétais à qui voulait bien l’entendre. Lire la suite

Toucher la corde sensible

27 Oct

À chaque fois que j’enfonce mes écouteurs sur mes oreilles, la magie opère. Bang! Me voilà le personnage principal d’un film. Les chansons qui jouent deviennent la trame sonore de ma vie.

Justement, au moment où j’écris ces lignes, c’est Right as rain d’Adele qui m’accompagne. Je me sens motivée! Je m’imagine dans un parfait montage de mes meilleurs moments productifs. Moi qui écris dans mon lit. Moi qui écris dans un café du coin. Moi qui marche d’un pas assuré. Moi, encore dans mon lit, mais plusieurs heures plus tard. Je regarde autour de moi. Il ne manque que des tasses de café qui s’empilent pour compléter le portrait idéal de la fille qui se prend en main.

Sérieusement, la musique a tellement une grande influence sur mes états d’esprit. Elle me transporte, elle me chavire, elle m’envoûte. Elle m’accompagne dans les meilleurs comme dans les pires moments de ma vie. Elle embellit mon quotidien. Quand j’écoute de la musique, je me sens en harmonie avec tout mon être. Je me connecte. J’aime l’écouter, j’aime la chanter, j’aime la danser. J’aime à peu près tous les styles musicaux. La plupart du temps, j’accorde beaucoup d’importance aux textes, mais parfois, c’est simplement le feeling général de la chanson qui “vient me chercher”.

Une chose que j’aime presqu’autant que d’écouter de la musique, c’est de la partager. Je suis tellement fière quand quelqu’un se met à “tripper” sur un artiste que je lui ai fait découvrir! Un vrai bébé! C’est dans cet esprit-là que j’ai eu l’idée de faire une (feu) Songza de moi-même et de vous partager quelques artistes qui m’inspirent et que j’aime écouter selon mes moods.

Crédit : Unsplash // Eric Nopanen

En harmonie

Ce sont des artistes que j’aime écouter le matin, dans ma classe, quand mes élèves travaillent tranquillement. Je me sens bien car il fait beau et que tout se passe comme je le souhaite. Ils sont aussi tout à fait appropriés pour les moments calmes collée contre ma fille dans la chaise berçante alors que les rayons du soleil éclairent doucement nos visages.

Kings of Convenience
Joshua Radin
The Paper Kites
Elliot Maginot
Grand Corps Malade

Relax

Le soir, j’aime aller au lit avant que ce soit l’heure de dormir. Je prends du temps pour relaxer, jaser avec mon amoureux, “niaiser” sur mon téléphone et/ou (pas assez souvent) lire un bon livre. J’ouvre le Sonos et je mets l’un de ces artistes. Je me sens bien. J’ai l’impression d’être dans mon petit cocon. J’aime aussi les écouter quand, après avoir reçu des amis ou après un souper en amoureux, on prend le temps de décanter dans le salon en finissant notre verre de vin. Et puis, si j’aimais prendre des bains, ce serait eux que je choisirais pour m’accompagner.

Cosbysweater
Denison Witmer
Goldmund
Great Lake Swimmers
Ludovico Einaudi
Milk & Bone
Patrick Watson
You+Me

Au boulot!
Lors des innombrables heures de correction, pendant les journées pédagogiques ou lorsque je cuisine de bons petits plats, ce sont à eux que je fais appel. Je sais qu’ils me garderont motivée, sans me déconcentrer, et qu’ils ne me taperont pas sur les nerfs au bout de quatre chansons.

alt-J
Bobby Bazini
Bonobo
Death Cab for Cutie
Florence + the machine
Groenland
Half Moon Run
The Temper Trap
The xx

Feel good
Pour les matins où je me lève du bon pied, pour les escapades routières au coucher du soleil ou pour végéter/regarder ma fille jouer dans la cour, un chaï latte à la main, ce sont eux qu’il me faut. Ils savent entretenir ma bonne humeur tout en restant assez paisibles.

Karim Ouellet
Claude Bégin
Feist
Ingrid Michaelson
Kim Churchill
Lucky Uke
Raining Jane

Au pied du foyer
Si seulement j’en avais un! Petit secret : l’hiver, je diffuse une vidéo de feu de foyer sur la télévison, j’allume de l’encens “feu de bois”, je mets un album d’un de ces artistes et je fais semblant. C’est à s’y méprendre! (lol) Leur musique me rappelle ces moments magiques chez mon beau-frère et ma belle-soeur, quand les enfants sont couchés, qu’on prend le temps de souper tranquillement et que le feu gronde dans le poêle à bois ou encore les fins de semaines douillettes au chalet.

Brown bird
Cat Power
Fink
Iron and wine
Melody Gardot
Norah Jones
Ray Lamontagne
Selah Sue
Willy Mason

J’en conviens, la plupart des artistes que je vous ai partagés aujourd’hui ont un style musical assez smooth. Dans la vie de tous les jours, j’ai plus souvent besoin d’être apaisée que “crinquée”. Malgré tout, je suis folle de la danse et j’adore jouer la DJ lors des partys. Et il y a tellement d’autres artistes au style musical plus rythmé qui me font vibrer. Alors, je n’aurai d’autres choix que de consacrer un futur billet à vous partager ma playlist ultime pour les pistes de danse. Puis, je dois aussi vraiment vous parler de Jain, SoCalled, Woodkid, Valaire, Mad’moizèle Giraf, Ratatat, The Cat Empire… On n’a pas fini!

Et vous? Quelles sont les artistes, les albums et/ou les chansons qui vous inspirent?

S’il y a quelque chose que j’aime autant qu’écouter et partager ma musique, c’est, bien entendu, en découvrir!

Émilie 🙂

Ôde à mon métier

21 Sep

Il y a maintenant déjà 9 ans que je suis enseignante au primaire, en première année pour être plus précise. Mon père est un enseignant en éducation physique à la retraite, mon frère est enseignant de mathématiques au secondaire, ma belle-soeur est enseignante en 6ème année à la même école que moi, mon cousin enseigne l’éducation physique et plusieurs de mes meilleurs amis sont enseignants aussi. On peut donc dire que je baigne dans le monde de l’éducation souvent et depuis très longtemps.

Ça fait en sorte que j’oublie parfois que c’est un monde assez mystérieux pour plusieurs. Notre souvenir de ce qu’était l’école lorsque nous étions élève et la réalité de ce que c’est d’y travailler comme adulte est bien différente. En l’honneur de la rentrée, jai eu envie de démystifier mon métier en vous parlant des raisons pour lesquelles je l’aime.

IMG_20170920_003300

 

L’horaire

“On sait bien, les profs, vous avez 2 mois de vacances payées l’été!” On l’entend souvent celle-là! Malgré le fait que ce ne sont pas des vacances payées (On nous retire une partie de chacune de nos paies pendant l’année scolaire afin de financer notre été) et que ce sont 7 semaines et non 2 mois, c’est vrai qu’on a un bel horaire. Un horaire idéal quand on a une famille. C’est sûr, on travaille tous beaucoup plus que les heures qui nous sont allouées mais nous avons les mêmes congés que nos enfants. On peut les voir les fins de semaine, dans le temps des fêtes, l’été… La plupart du temps, je suis là pour le souper et je n’ai pas à me lever lorsque c’est encore la nuit.

Quand je suis débordée, stressée et découragée de la charge mentale qui vient avec mon travail et que je fantasme sur toutes les autres carrières qui auraient pu m’intéresser, je finis toujours par me dire que je n’aurais jamais un horaire aussi parfait pour ma famille.

La “non-routine”

Sérieusement… Comment vous expliquer à quel point chaque journée est une surprise? Bien sûr, les activités que je fais avec les élèves se répètent et se ressemblent. Oui, chaque journée est basée sur le même horaire de cinq périodes et je travaille dans la même classe avec les mêmes enfants à tous les jours. Mais, chaque journée est unique.

Je ne sais jamais quelle sera l’humeur de l’un ou de l’autre ce matin-là. Peut-être qu’Élizabeth se chicanera avec sa meilleure amie pendant la récréation ou qu’Anthony a perdu son chat hier. Peut-être aussi que Louis est vraiment heureux dans sa nouvelle famille qu’il se sent vraiment d’attaque aujourd’hui.

Je ne sais jamais totalement comment mes élèves réagiront quand je leur lirai une nouvelle histoire ou lorsque je leur expliquerai les prochains ateliers. Il y aura toujours des questions et, surtout, des commentaires pour me surprendre!

Je ne sais jamais qui m’apprendra des trucs que je ne connais pas sur les dinosaures, la chasse ou les jeux vidéos.

Je ne sais jamais combien de crayons, de gommes à effacer, de ciseaux, de casquettes ou même de souliers (!) seront égarés à chaque jour.

Je ne sais jamais si la photocopieuse, mon portable, la connexion internet ou les hauts-parleurs fonctionneront comme ils se doivent cette journée-là…

Bref, lorsqu’on travaille dans une école avec des petits humains, chaque journée apporte son lot de découvertes et d’étonnement.

Mon équipe

Je ne sais pas si c’est comme ça partout car je n’ai pas travaillé dans beaucoup d’écoles, mais mon équipe de travail est sans aucun doute l’une des mes plus grandes motivations. Je suis entourée de gens qui sont tous, à leur façon, passionnés et inspirants. Nous travaillons ensemble afin d’offrir le plus possible aux enfants qui fréquentent notre école. C’est vraiment beau de voir l’énergie que tous et chacun met afin d’atteindre notre but commun, la réussite et le bien-être des élèves. Les formations, les réunions, les discussions sans fin dans le cadre de porte, les heures supplémentaires bénévoles, les larmes versées, les tapes dans le dos et les comités pédagogiques n’en sont que quelques exemples.

Je pense vraiment que je fais partie d’une équipe exceptionnelle remplie de gens engagés et malgré la distance considérable qui sépare mon école et ma maison, jamais je n’envisage de changer de milieu. Il est non seulement plaisant d’y travailler, mais mes collègues sont aussi des gens avec qui il est agréable d’échanger, de plaisanter et de discuter dans un contexte personnel. En plus, j’ai la chance d’avoir, parmi tous ces collègues, de vraies amies avec qui partager mon quotidien.

Les enfants

Ah! Les enfants! C’est mon dernier point, mais il est de loin le plus important! Accueillir 19 (ou 20, 21, 22…) petites frimousses à chaque matin est définitivement ce qui rend mon travail aussi précieux. Leurs petites mains dans la mienne à la récréation, le sourire sur leur visage lorsqu’ils me racontent leur fin de semaine, les “Madame Émilie, je t’aime!” spontanés et leurs rires en cascade lorsque je fais le clown sont tous des petits bijoux qui parsèment mes journées. Mais, le plus inestimable dans tout ça, c’est de voir leur progression tout au long de l’année. Ils arrivent dans ma classe au mois de septembre, fraîchement sortis de la maternelle et lorsqu’ils me quittent en juin, ils savent lire et écrire. C’est tellement fantastique!

Entre les deux, nous aurons travaillé fort, nous nous serons amusés et surtout, nous aurons tissé des liens très forts. Mes élèves, je les aime d’amour. Même les élèves qui ne sont plus dans ma classe depuis plusieurs années sont encore “les miens” dans mon coeur. Je suis toujours heureuse lorsque je croise “mes anciens” et lorsque de leur côté ils éprouvent le même bonheur, je me dis qu’il n’y a rien de plus gratifiant.

Émilie

Mon anniversaire

10 Août

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours “trippé” sur ma fête. (C’est le 5 août, retiens la date!) C’est une journée de l’année que j’attends avec impatience dès les premiers signes de l’été. Quand j’était petite, j’avais hâte aux vacances scolaires principalement parce que ça signifiait qu’on allait bientôt célébrer mon anniversaire. Jeune adulte, j’en parlais avec tout le monde, je faisais des décomptes, je planifiais mes trois évènements (Vive les familles reconstituées!) et je faisais bien rire mon entourage avec mon excitation enfantine.

 

IMG_20170808_130245

Bonne fête Mini-Moi!

Il faut dire que je ne suis pas la seule de mon groupe d’amis à être comme ça. Entre 20 et 25 ans, mes copines et moi, nous nous organisions des journées de fête incroyables. Oui oui, des journées entières! Nous nous faisions des surprises, des rallyes, des activités originales, des cartes de souhaits géantes, on se déguisait et, tout ça, en respectant un thème différent pour chaque anniversaire, à chaque année. Un jour, un ami m’a posé une question qu’on ne m’avait jamais posée auparavant. “Pourquoi aimes-tu autant ton anniversaire?” Je n’ai pas répondu tout de suite. À vrai dire, je ne m’étais jamais posé la question moi-même. Je ne savais pas quoi dire et ça m’a fait réfléchir.

Je suis une personne qui aime beaucoup. (Demandez à mes amis Facebook!) Je m’intéresse à toutes sortes de sujets, je suis partante pour toutes sortes d’activités et, surtout, j’aime les gens qui m’entourent. J’ai toujours été comme ça. Les gens que j’aime sont ma plus grande richesse. J’en prends soin et je ne veux pas les perdre. C’est pour cette raison que, consciemment ou non, il m’arrive fréquemment de faire passer les besoins des autres avant les miens et ce, avec le plus grand des plaisirs. Bon, c’est vrai que ce trait de personnalité s’avère parfois un défaut, mais ça, ce sera pour un autre billet.

Le jour de mon anniversaire, c’est LA journée dans l’année où j’ai l’impression que c’est à mon tour de passer en premier. J’abuse du “J’ai le droit, c’est ma fête!”. Je me laisse submerger par la vague d’amour que je reçois et j’en profite au maximum. Je pense que j’aime autant ma fête car c’est ma “récompense”. Ça me permet de réaliser pleinement que le temps et l’énergie que je consacre à mon entourage est apprécié et que l’amour que j’ai pour eux est partagé. Je me sens importante aux yeux de ceux que j’aime.

Si je vous parle de tout ça, c’est que je suis certaine de ne pas être la seule qui se sent comme ça. Nous sommes sans doute des milliers de femmes et d’hommes à se permettre de passer en premier, sans remord, uniquement le jour de notre anniversaire.

Certains diront qu’un anniversaire est une journée comme les autres et qu’il est important de se faire passer en premier à tous les jours. Que c’est inestimable et de se sentir important aux yeux des autres, mais qu’il faut d’abord savoir reconnaître nous-même notre valeur. Et vous savez quoi? Ils auront raison. On ne devrait pas attendre cette occasion pour se dire oui. Je crois avoir une bonne estime de moi et ça me rend vraiment intrinsèquement heureuse de faire plaisir aux autres, mais il est vrai qu’il m’arrive de m’oublier dans tout ça. Par contre, à mesure que les années s’accumulent, je réalise que je le fais de moins en moins. Ça doit être ça, la sagesse! C’est beau vieillir.

Malgré tout, ça ne veut pas dire qu’il faut complètement arrêter d’aimer notre anniversaire. C’est bien de prendre le temps de se célébrer. Et après tout, ça reste surtout une occasion parfaite de passer du bon temps avec ceux qu’on aime.

Pour vous donner un petit coup de main quand ce sera votre tour, je vous propose une petite liste d’activités qui sortent de l’ordinaire à faire à Montréal et ses environs pour célébrer un anniversaire. Bonne fête!!!!

 

1. Faire un pique-nique dans un parc

Montréal regorge de beaux espaces verts. Les parcs Jarry, Lafontaine, Angrignon, Jean-Drapeau, Maisonneuve, René-Lévesque, Mont-Royal et les nombreux “bords de l’eau” n’en sont que quelques exemples. (Amis de Québec, allez lire ce billet de Laura qui vous propose trois de ses parcs coup de coeur!) Quelques couvertures, un haut-parleur, un cellulaire, un jeu de Kubb, de Washer ou de Mölkky et le tour est joué! Pour la nourriture, on peut y aller formule potluck ou, encore plus hot, le café Oui mais non propose de te préparer une belle charette remplie de salades, fromages, pâtés, breuvages et quelques surprises pour ton groupe et toi. Tu n’as qu’à te rendre sur leur site web pour commander. Les charettes contiennent de la nourriture pour 8 à 16 personnes, mais tu peux en commander deux si vous êtes plus nombreux.

2. Vélo festif Montréal

C’est quoi? C’est deux vélos géants de 16 à 18 places qui te permettent de découvrir la ville tout en fêtant avec tes amis. Il existe différents parcours thématiques (regroupés sous les thèmes festif, découverte et gourmand) qui peuvent convenir à tous les goûts. Ça peut être une activité de jour comme de soir. Le plus beau dans tout ça? Pas besoin de conducteur désigné! Il suffit de se rendre sur leur site web pour réserver. À noter qu’il faut être un mimimum de 10 pour que le tour ait lieu.

3. Skyventure Montréal

Pour les amateurs de sensations fortes, Skyventure, situé près du Cosmodôme à Laval, offre rien de moins qu’une simulation de chute libre. En gros, grâce à un ventilateur hyper puissant, tu auras la possibilité de flotter dans les airs de la même façon que si tu sautais en parachute, mais sans avoir besoin de sauter d’un avion qui se situe à plusieurs pieds dans le ciel! Plusieurs forfaits sont disponibles sur le site web.

4. Isaute

Une partie de ballon chasseur ça te tente? C’est sûr! Sur des trampolines? Oh my god, oui!! Pour citer leur page Facebook, Isaute, c’est « plus de 10 000 pieds carrés de trampoline mur à mur avec du ballon-chasseur, des sauts ouverts, des fosses de briques de mousse, un parc à saut, du basketball trampoline et du funambulisme. » En te rendant sur leur site, tu vas peut-être te dire que c’est pour les enfants, cet endroit-là, mais je te garantis que tu auras un plaisir fou avec tes amis… comme lorsque vous étiez petits!

5. Oasis surf

À défaut de payer un voyage à Hawaii à ta gang pour ta fête, invite-les à faire du surf intérieur chez Oasis surf au Dix30. Vous pourrez surfer sur de vraies planches avec ailerons, comme des vrais surfeurs!

Et vous, aimez-vous autant votre anniversaire que moi?

Émilie

%d blogueurs aiment cette page :