Tag Archives: CULTURE

Québec, lis!

20 Oct

Elle nous a lu Dans ma maison de Jacques Prévert.

 

Dans ma maison vous viendrez

D’ailleurs ce n’est pas ma maison

Je ne sais pas à qui elle est

Je suis entré comme ça un jour

Il n’y avait personne

Seulement des piments rouges accrochés au mur blanc

Je suis resté longtemps dans cette maison

Personne n’est venu

Mais tous les jours et tous les jours

Je vous ai attendu

(…)

J’ai été captivée, charmée, intriguée par les piments rouges accrochés au mur blanc. Elle l’a lu avec son français impeccable, son timbre convenable et sa justesse indéniable. Je me souviens qu’à la fin, quand elle eut fini de réciter Prévert, il eut un grand silence dans la classe. Nous étions tous en admiration, envoûtés par ses mots qui nous ont amenés plus haut que nous. Lire la suite

Publicités

William Fitzsimmons, un must know incontournable !

16 Déc
1

Crédit Jim Vondruska Photography | Source williamfitzsimmons.com

William Fitzsimmons, son nom te dit quelque chose? Si je te dis qu’il s’est entre autres fait connaître pour ses participations aux bandes sonores de Grey’s Anatomy, Greek et One Tree Hill, ça t’aide à le replacer? (En passant, team Lucas ou team Nathan?!)

Et si je te fais entendre ceci?

 

 

Si tu ne sais toujours pas de qui je parle, eh bien, crois-moi, ça manque à ta vie ! Magnifique et talentueux auteur-compositeur-interprète américain, originaire de Pittsburgh, William Fitzsimmons a déjà une belle carrière. Depuis 2005, il a fait paraître six albums, deux extended play et deux singles.

Je l’ai connu en 2011 avec son album Gold in the Shadow. C’est justement la chanson Beautiful Girl qui m’a fait vibrer en premier. Je suis immédiatement tombée sous son charme. Depuis, il fait partie de mon quotidien (sans exagérer là!). Je l’aime réellement d’amour!

Son style est un mélange principalement d’indie acoustique, de folk rock et parfois même d’électronique. Ses paroles sont réfléchies, senties et très personnelles. Deux de ses albums, Pittsburgh  et Charleroi sont d’ailleurs dédiés à ses grandes-mères, maintenant décédées, et inspirés par elles.

3Crédit Erin Brown | Source williamfitzsimmons.com

Au tout début du mois, il a donné un concert intime à l’Astral. Ce qui marquait la fin de sa tournée nord-américaine, laquelle comptait seulement deux dates au Canada (Montréal et Toronto). Lorsque j’ai vu qu’il venait à Montréal, à quelques jours de mon anniversaire (best cadeau ever!), sans même le réaliser, je venais de me procurer deux billets! Je ne savais pas avec qui je passerais cette soirée qui promettait d’être tout simplement parfaite, mais je savais que je n’allais absolument pas manquer cette chance.

C’est donc dans une petite salle, aux lumières tamisées et au décor très sobre que la magie a opéré. Il était exactement comme je me l’imaginais, ou même encore mieux! Accompagné d’Abby Gundersen, une brillante violoniste qui lui prêtait également par moment sa voix, ainsi que d’Adam Popick au synthétiseur, il n’y avait sur scène qu’un faisceau de lumière et sa guitare. Douceur et émotion s’entrelaçaient à chacune de ses paroles. J’ai très rarement vu un public aussi attentif et respectueux d’un artiste. C’était tout simplement beau.

Il a livré une performance impeccable en plus d’avoir été généreux à souhait. La fan était définitivement comblée !

En attendant sa prochaine tournée, imbibe-toi de son talent, ça fait du bien au coeur!

Web | williamfitzsimmons.com
Facebook | @williamfitzsimmons

Pascale, louve lifestyle!

#MexicoLove – L’autre Cancun

23 Fév

S’il y a un avantage à être son propre boss, c’est bien la liberté de pouvoir choisir le moment et la durée de ses vacances! Encore faut-il bien être entouré, mais ça, ce sera le sujet d’un prochain billet. 😉 Toujours est-il que je reviens tout juste d’un agréable voyage à Cancun et j’ai envie de vous partager mon expérience!

Si vous nous suivez depuis un moment déjà, vous saurez que je suis de ceux qui aiment les voyages différents. Les formules tout inclus des grands hôtels étant complètement contre nos valeurs, le lover et moi-même avons choisi de vivre la vraie vie de Cancun, avec les locaux.

Il faut être un peu aventureux, mais je vous assure que le jeu en vaut la chandelle: rien de tel pour prendre le pouls de la ville et de ses habitants!

 

Mexicolove6

Mexico Love – Crédit photo: Jimmy St-Amand

Le transport – Mexican style

Nous avons longtemps hésité à nous louer une voiture avant notre départ et nous nous sommes félicités de ne pas l’avoir fait : le transport en commun est super bien organisé et rapide, et puis… avez-vous déjà entendu parler de la conduite mexicaine? Soyons gentils et disons simplement que c’est assez freestyle! 😉

Pour passer du centre-ville de Cancun à la zone des hôtels (là où se trouvent les plages et les touristes), vous pouvez prendre la R1 et la R2. Ces dernières passent littéralement TOUT LE TEMPS! Il vous en coutera 12 pesos par personne, et disons-le, l’expérience en vaut la peine. Pas certain de l’endroit où vous allez? Les chauffeurs sont généralement très aimables et se feront un plaisir de répondre à vos questions, même en anglais!

Astuce : lors de votre arrivée à l’aéroport et lors de votre départ, choisissez de prendre les autobus ADO plutôt que les taxis. Il s’agit d’autobus à la Orléan Express, qui font le trajet pour le quart du prix des taxis (140 pesos vs 650 pesos).

 

mexicolove7

Même en roulant LES PORTES OUVERTES, y fait chaud! – Crédit photo: Jimmy St-Amand

Manger & boire

Même si la bouffe mexicaine semble – et est – délicieuse, je recommande chaudement de porter une attention particulière aux endroits que vous choisissez pour manger et aux choix de plats. Une seule et très très bonne raison: la tou-ris-ta. Ha, et j’espère que vous aimez les tacos, la purée de bines et les avocats!

De grâce, ne buvez pas l’eau du Mexique et achetez des bouteilles d’eau à l’épicerie. En fait, la seule eau qui est considérée comme « sécuritaire », au Mexique, c’est la Corona. 😉 Enfin, si vous êtes comme mon lover et moi et que vous adorez la téquila, je vous recommande de faire une dégustation guidée! L’alcool est beaucoup moins cher au Mexique, alors profitez-en pour vous ramener quelques bouteilles de téquila de luxe!

Magasiner

Pour le shopping classique, c’est à la Plaza America qu’il faut aller. C’est un centre d’achat classique, je ne m’étirerai donc pas sur le sujet. 😉

❤ Par contre, j’ai eu un grand coup de cœur pour le Mercado 28! Il s’agit d’un marché aux puces où vous pourrez vous procurer des vêtements traditionnels, des souvenirs et des pièces artisanales pour le quart du prix proposé à la zone hôtelière. J’ai tout simplement adoré! Je recommande chaudement. Par contre, soyez prêts à négocier!

 

Mexico Love

Market 28 / Mercado 28 – Crédit photo: Jimmy St-Amand

3 choses à ne pas manquer

+ À la découverte des Mayas : Je suis une AMOUREUSE d’histoire et d’archéologie. L’un des moments phare de mon voyage a été la visite de Xchen Itza, un ancien site Maya. Saviez-vous que les Mayas pratiquaient le sacrifice humain? Saviez-vous qu’ils ont inventé le papier pratiquement en même temps que les Chinois (sans communication)? Une visite très intéressante que je recommande grandement!

+ XPLOR : Il s’agit de l’une des activités que propose l’agence Xcaret. C’est un parc d’amusement pour adulte. On y retrouve, entre autre, des tyroliennes de 4 km qui vous feront découvrir la nature mexicaine d’un autre angle, vous feront passer dans des rideaux d’eau et vous propulseront dans un grand bassin d’eau, en finale. J’ai beaucoup aimé! Par contre, même si le repas est inclus, c’est un peu cher : 150$ canadiens par personne.

+ La playa : Quoi? Parler de la plage dans le top des activités? OUI! La tendre moité et moi-même ne sommes pas fous de la plage et du bronzage, même si nous A-DO-RONS jouer dans l’eau. Nous y avons passé un après-midi et nous avons bien aimé. Ce qu’il faut savoir : la plage est libre d’accès et gratuite. Vous y trouverez, à tous les 2 km, des endroits pour aller aux toilettes et vous changer. Par contre, ces lieux sont ouverts aux heures commerciales (pas le soir). Enfin, vous pouvez y manger et boire ce que vous voulez, mais pas le droit aux bouteilles de verre. That’s it! Pas mal hein?

 

mexicolove5

Xchen Itza – Crédit photo: Jimmy St-Amand

Mon coup de cœur : Isla Mujeres (l’île des femmes)

Tout ça pour en arriver à mon coup de cœur du voyage : notre visite à l’île des femmes! Les Mayas ont sacré le lieu à la gloire de Ixchel (sur la photo ci-bas), la déesse de la lune et de la fécondité.

Au centre-ville de l’île, vous trouverez tout ce dont on peut rêver pour relaxer et s’amuser : des boutique colorées, des bons restaurants, la plage, etc. Toutefois, il est possible de louer une petite voiturette de golf (oui-oui), à bord de laquelle vous pourrez vous rendre dans les parties moins touristiques, où habitent les mexicains. Nous avons même eu le privilège de visiter un magnifique cimetière. Tant d’amour et de couleurs : un lieu fabuleux et sacré qui nourrit encore aujourd’hui mes réflexions.

 

mexicolove4

Isla Mujeres – Crédit photo: Jimmy St-Amand

 

Eh oui, déjà terminé!
Cancun est une ville très inspirante qui a tellement plus à offrir que les chaises longues des grands hôtels. J’ai absolument adoré mon voyage et j’espère vous avoir donné envie d’aller y faire un tour. Cerise sur le gâteau, les mexicains sont vraiment très aimables.

Hasta Luego!

VéroniLo(u)ve
xxx

 

Raconter l’ignorance : Les Laissés Pour Contes 2016

20 Fév

LAISSÉ-POUR-COMPTE : personne ou chose qui a été laissée de côté ou abandonnée ou marginalisée

IGNORANCE : décalage entre la réalité et une perception de cette réalité, décalage qui est la conséquence d’une croyance, d’un préjugé, d’une illusion ou d’un fait avéré de ne pas savoir

La semaine dernière, j’ai eu la chance d’avoir une entrevue avec la comédienne Jani Pronovost et le comédien et auteur Alexandre Dubois. Mercredi dernier, j’ai enfin pu assister à la pièce Les Laissés Pour Contes.

LLPC2016_Le mal des transports_∏Jules BÇdard_HR

La comédienne Jani Pronovost dans Le mal des transports, texte de Juliana Léveillé-Trudel (©PHOTOGRAPHIE: Jules Bédard)

Pour leur quatrième édition, Les Laissés Pour Contes ressortent l’ignorance de l’ombre et choisissent de lui prêter une voix – ou plutôt six voix – dans l’espoir d’offrir un peu de compassion et beaucoup d’écoute à cette faille humaine laissée-pour-compte.

LES LAISSÉS POUR CONTES

  • Mise en scène : Patrick Renaud
  • Interprétation : Alexandre Dubois, Danielle Fichaud, Alphé Gagné, Audrey Rancourt-Lessard, Jani Pronovost, Brigitte Soucy
  • Textes : Jean-René Bérard, Pierre Chamberland, Pierre-Marc Drouin, Alexandre Dubois, Danielle Fichaud, Juliana Léveillé-Trudel
  • Coïncidences Productions

Pièce présentée au Théâtre La Chapelle du 17 au 21 février 2016

En six tableaux, on nous peint la souffrance de gens qui ignorent, volontairement ou non, leur situation ou celle de leurs proches ainsi que l’étendue des conséquences de leur aveuglement. On nous raconte, on nous confronte, on nous confie, mais on ne nous reproche rien. Le public tient le beau rôle ; celui de l’ami intime, du psychologue de confiance.

Dénouement bouleversant

À la fin de la soirée, on se remémore le thème – celui de l’ignorance – et on tente de récapituler. L’ignorance teinte bel et bien ces six histoires qui ont piqué notre curiosité, mais l’issue reste incertaine. À qui la faute? L’ignorant souffre-t-il autant que la personne qui en récolte les conséquences? On ne sait comment remettre les pièces en ordre, on se questionne et on s’aperçoit que la compassion est le premier pas à faire quand il s’agit de l’ignorance et de ses fléaux.

Ce sont ces questionnements amers et brûlants, mais aussi ces larmes de sympathie et de pitié que j’ai versées, ces moments de tendresse qui me restent à la suite de ces six contes urbains des Laissés Pour Contes.

LLPC2016_Rose Nanane_∏Jules BÇdard_HR

Le comédien Alphé Gagné dans Rose Nanane, texte de Pierre-Marc Drouin (©PHOTOGRAPHIE: Jules Bédard)

Précieuse union

Si la direction d’acteur est parfois un peu tournée vers le mélodrame, on assiste cependant à des moments extrêmement forts, extrêmement touchants, des moments qui nous laissent le temps et l’espace nécessaires pour pénétrer pleinement dans l’univers du personnage qui nous parle, qui nous avoue, qui nous raconte. Les comédiens Alphé Gagné et Jani Pronovost, qui interprètent respectivement Rose Nanane et Le mal des transports, parviennent à établir une connexion magique avec leur public. Dans l’assistance, on sent que tous retiennent leurs larmes devant tant de sensibilité et face à une simplicité chargée de vérité et d’émotions.

Bon théâtre !

Odile, xx

%d blogueurs aiment cette page :