Tag Archives: camping

Paré pour l’aventure?

5 Mai

À travers les dernières années, vous avez sûrement remarqué à quel point les aventures sont importantes pour moi. Toutes sortes d’aventures en fait : faire Montréal-Québec en kayak, affronter le Mont Washington, essayer le surfset, partir en Indonésie… et plus encore! Et pour me préparer à chacun de ces trips, il me faut être bien équipée.

Et pour chaque défi, son type d’équipement ! Ce n’est pas une cachette, mon magasin de plein air préféré, c’est MEC. Quand ils m’ont approché pour aller visiter le nouveau magasin de Québec, en primeur, je trippais. On m’a dit, plus de produits, plus de place, plus de bons conseils. J’étais déjà vendue! En effet, même si l’offre de produits de plein-air est varié à Québec comme ailleurs, j’aime les gammes ‘’maison’’ de Mountain Equipment Co-op par leur qualité et leurs prix abordables. Dans le nouveau magasin, j’ai pu découvrir une section nautique gorgée de nouveautés (ma section préf’!), un mur complet de matériel d’escalade, une salle de montre de vélo, un grand atelier mécanique, et plus encore. Bref, je pourrais vous nommer plein de raisons pour lesquelles je trippe beaucoup sur les produits et la marque. Mais la meilleure façon de vous le démontrer? En vous parlant de mes coups de cœur, et de leur utilité dans les escapades que je prévois faire cet été.

Pssst : Cet été, Parcs Canada offre l’accès à tous ses parcs gratuitement! Vous n’avez qu’à vous procurer votre laissez-passer ici. Sinon, il est aussi disponible pour tous les membres MEC en magasin. Grouillez-vous, un été de plein-air vous attend ! Je prévois aller faire un tour dans un parc bientôt, je vous tiens au courant. 😉

 

Mon sac de randonnée

La couleur n’est plus disponible en magasin mais je l’aime TELLEMENT. Il n’est pas plein de poches, fermetures éclair et tout, mais convient parfaitement bien à mes besoins. Il se compacte très bien et contient beaucoup de matériel. On peut aussi accrocher du matériel à l’extérieur.

Je l’ai utilisé pour aller passer un week-end dans un refuge et gravir une montagne entre-temps. Ça a aussi été mon sac d’avion et de jour pour deux semaines à Porto Rico, l’été dernier. En plus, y’a une poche pour les sacs d’hydration. Il est parfait!

Cet été, je l’utiliserai :

  • Pour le cyclotourisme. Attaché dans mon dos ou sur mon porte-bagages, il sera parfait pour aller visiter quand je ne serai pas sur ma monture.

Un sac pour aller partout. Même dans une escale de 8h à Philadelphie!

Mon manteau de pluie 

Que celui qui n’a jamais acheté un manteau pas-imperméable-pantoute-finalement me jette la première pierre. Sérieusement. J’ai 4-5 manteaux supposément de printemps, mais… ils prennent tous l’eau. Bref, c’est correct quand il fait beau, mais sinon, j’étais toujours un peu mal prise. J’ai maintenant le super manteau Aquanator et il est parfait. Il manquait à ma vie! C’est sûr, il a un look sport. Mais être au sec, ça vaut plus que tout.

Il sera super pratique pour :

  • Pour vrai, tout. Léger, avec aération et protection, c’est l’idéal.
  • En kayak, pour prévoir le pire.
  • En vélo, pour prévoir le pire du pire.
  • En randonnée, parce que tsé.

Mon manteau pour tout!

Mes sacs de rangement

Si vous pratiquez plusieurs activités de plein-air et êtes toujours partants pour une bonne vieille aventure inattendue, je vous conseille d’être prêts à toute éventualité. J’ai des sacs étanches pour l’eau, que j’ai traînés l’été dernier dans mon défi kayak et dans chacun de mes entraînements. Mais j’ai aussi des sacs pas-étanches pour séparer mon matériel dans mon sac. Un pour les vêtements, un autre pour les collations, un pour des bas au sec…Vous l’avez compris, je suis organisée et j’aime compartimenter mes choses.

J’ai ce modèle mais j’en ai aussi trouvé un usager dans une vente seconde main. Les sacs au sec, comme nous les appelons, sont très durables, pourvu qu’ils soient bien entretenus et pas percés.

Mes essentiels de week-end getaway parfait.

En vrac, mes items d’aventurière :

  • De la vaisselle pour enfant IKEA : un peu niaiseux mais je la traîne dans mon bac de camping, comme ça j’ai toujours de la vaisselle sous la main et c’est plus écologique que la vaisselle en carton à jeter.
  • Un canif : une chose très utile, à avoir toujours pas loin, peu importe votre activité.
  • Des mousquetons : pour accrocher votre serviette mouillée à un arbre, votre bouteille d’eau pour une session de Via Ferrata, vos clés après votre manteau…
  • Des vêtements de sport dans un matériel adéquat : les vêtements avec un matériel anti-bactérien permettront que vos vêtements ne puent pas… en tout cas, pas tout de suite. Ils sècheront mieux et resteront plus beaux. Les vêtements Lululemon entre autres ont certaines pièces avec ce genre de tissu. Les vêtements de vélo MEC ont également parfois ce traitement. À surveiller! Très pratique en voyage.
  • Sac d’hydration ou gourde d’un litre : niaiseux mais vrai, depuis que j’ai découvert les sacs d’hydration, je bois tellement plus dans mes activités! J’avais toujours mal à la tête à cause du manque d’eau – j’oubliais littéralement de boire.  Sinon, les bonnes vieilles gourdes Nalgene font amplement le travail!

Je pourrais nommer tellement de choses encore. Dès que je partirai à l’aventure, je vous tiens au courant! D’ici là, n’hésitez pas à nous suivre sur Instagram (@LesRockalouves) pour tout savoir. Merci à MEC pour leur collaboration et leur offre si grande de produits de qualité! On se rejoint dehors, cet été?

Laurie

* Cet article n’est pas commandité, je n’ai pas été payée pour l’écrire. J’ai reçu des échantillons de la part de MEC à tester mais tout le matériel et les idées sont les miennes. 

Quand les vacances organisées ne sont pas tellement organisées

13 Août

Au boulot, j’organise des voyages pour les autres. Pour des journalistes, des blogueurs, des pigistes. J’essaye de bien faire les choses et de penser à tous les détails.  J’aime ça et c’est plus simple pour tout le monde.

Quand vient le temps de mes vacances, c’est différent. Je laisse beaucoup de place à l’improvisation et je me dis souvent « on verra ben ».  Je vous partage ma façon de planifier sans trop planifier avec les bons et les mauvais côtés.  Pis j’ai aussi envie d’ajouter quelques photos.

Juillet 2015. Les premières vacances avec le copain. On privilégie le camping au Québec. En mai, les destinations sont choisies et les sites réservés. Je me trouvais déjà tard et  les places étaient limitées. Mais on était heureux pis on avait quand même hâte. C’était réglé : la Côte-Nord, Charlevoix et la Mauricie nous feraient rêver cet été.

Allo les sommets.

Allo la Route des Sommets.

Mi-Juillet. On décide de passer un peu de temps au chalet des beaux-parents dans le Bas-St-Laurent avant le grand départ. Je découvre la traverse Rivière-du-Loup/St-Siméon pour se rendre à Tadoussac. Parfait pour entamer le séjour en amoureux. Quelques semaines avant, je réserve une activité de kayak de mer avec les baleines. On avait deux activités à l’horaire. Ce mot que je préfère bannir de mon vocabulaire en vacances.  Parce que ça sonne la presse et le stress. No No No.

Traverse Rivière-du-Loup-St-Siméon

Traverse Rivière-du-Loup-St-Siméon

La veille du départ, je prends le temps de revoir mes réservations, relire les informations pertinentes et regarder l’itinéraire sur une carte. Tout est en ordre. On pense qu’on a tout ce qu’il nous faut pour se faire à manger, dormir, pis rire un peu. On n’avait pas fait de liste, je n’avais pas regardé dans le sac du copain. On n’avait pas planifié les repas. Ma belle-mère a insisté pour nous donner un steak d’orignal et du bon pain de Kamouraska. On s’entend que ça ne se refuse pas. Le dimanche matin on est parti sous la pluie, l’auto ben remplie avec un Belge qui faisait du pouce, la veille, à St-Jean-Port-Joli.  Il avait partagé le repas et le déjeuner avec la famille. Je savais déjà que ce séjour serait presque parfait.  Je vous partage mes « à refaire » pis mes « ah, j’aurais du y penser, je suis ben tata »

le bonheur de courir les rochers. Plus le sien que le mien.

le bonheur de courir les rochers. Plus le sien que le mien.

Ce que nous allons refaire

  • Apporter un livre et passer l’après-midi dans un café parce qu’il pleut;
  • S’informer au bureau d’information touristique pour une plage et tomber follement amoureuse des dunes de Tadoussac;
C'est ici que je me suis vraiment sentie en vacances.

C’est ici que je me suis vraiment sentie en vacances.

  • Se faire un pique-nique avec les produits du terroir de la région;
Il ventait beaucoup. Mais ça ne parait pas trop sur la photo. Tout semble parfait.

Il ventait beaucoup. Mais ça ne parait pas trop sur la photo. Tout semble parfait.

  • Apporter des vieux disques pis écouter ça ben fort les fenêtres baissées;
  • Se faire des déjeuners improvisés en regardant les baleines; (Merci Cap-de-Bon-Désir)
  • Porter des bottes de randonnées presque en tout temps. (J’ai réussi à convaincre le copain d’en acheter. Il m’a remercié presque deux fois)
  • Porter une casquette (tellement parfait pour rouler les fenêtres baissées). Je ne peux pas croire que je viens de découvrir toutes les joies de ce chapeau;
  • Visiter plusieurs fois l’épicier du coin ( Comme une routine de vacances)
  • Faire du camping au Québec (J’aime autant ça que l’an dernier-lire mon article)

Ce que nous ne ferons plus

  • Oublier son maillot de bain en vacances
Pas grave! On va se baigner pareil!

Pas grave! On va se baigner pareil!

  • Ne pas apporter assez d’eau pour une randonnée à l’Acropole-des-Draveurs
  • Oublier les linges à vaisselle (Dire que j’avais tout le reste pour bien laver)

Au retour, nous avions une journée de préparation avant nos 3 jours de canot-camping dans le Parc national de la Mauricie. Cette fois, on avait tout pour le camping sauvage pis on était ben fiers de nos nouveaux équipements (la hache, le couteau Suisse, les pastilles pour l’eau du lac). On a juste oublié de regarder la carte avant de partir. Résultat: on est arrivé au mauvais accueil, on avait plus de réseau pour  rejoindre les amis et on a fait attendre tout le monde durant 1 h 30. J’étais gênée. Je pense que je me sentais un peu trop en vacances.

La hache pis toute.

La hache pis toute.

Lundi, de retour au travail, j’avais une demande pour l’organisation d’une tournée de presse de 3 jours en plein air. Elle sera parfaitement planifiée. Ou presque. Je vous le dis.

Vivement le retour au boulot!

Sarah xx

Je suis Génération Plein Air

21 Mai

Dans la vie, j’ai plusieurs passions parce qu’évidemment, je suis une fille passionnée à la base. Mais dans les deux dernières années, j’en ai découvert une nouvelle qui prend plus d’importance que les autres, pour le mieux : l’activité physique.

Depuis que je bouge plus, que je fais attention à ma santé et que je prends conscience des bienfaits de l’activité physique sur mon corps et mon esprit, je dois dire que c’est devenu capital dans ma vie. J’ai mon kayak, je cours en forêt quand je le peux et j’adore la randonnée ! Je suis donc devenue une adepte du Mountain Equipment Coop, le marque/magasin de plein air avec une philosophie des plus engagées (et canadienne en plus). Si vous ne connaissez pas l’entreprise, ça vaut la peine d’y jeter un coup d’œil.

Génération Plein Air

J’ai reçu l’invitation à m’inscrire, en avril, à un weekend de Génération Plein Air par MEC, qui a pour objectif de rassembler sur deux jours des jeunes canadiens et de propulser des projets pour amener davantage leur génération vers le plein air. Pour s’inscrire, les participants potentiels devaient présenter une idée de projet qui pourrait accomplir cette mission. 150 chanceux ont été retenus et invités, dont moi ! J’ai donc eu la chance de passer le weekend du 16-17 mai dernier dans le Vieux-Port de Montréal avec plus d’une centaine de jeunes leaders avec un seul désir : trouver des solutions pour bouger plus et partager sa passion.

Notre fabuleux campement privé, dans le Vieux-Port de Montréal

Notre fabuleux campement privé, dans le Vieux-Port de Montréal

Mon expérience

On savait qu’on allait faire des activités, qu’on aurait des ateliers et conférences, qu’on mangerait et qu’on dormirait dans des tentes (toujours près du fleuve à Montréal, du camping civilisé !). Mais nous n’en savions pas plus. C’est donc exactement ce que nous avons eu, mais en y ajoutant une énergie et une ambiance qui ont donné une teinte surréel au weekend. Paddle board, slackline, yoga, escalades, course, vélo, frisbee, des sports que nous avons eu la chance d’essayer en compagnie d’experts de ces domaines.

Myself en paddle board. Je suis HEUREUSE sur l'eau!

Myself en paddle board. Je suis HEUREUSE sur l’eau!

En plus d’avoir l’opportunité de rencontrer Claudine Labelle de FillActive et la patineuse olympique Marianne St-Gelais, être en contact les uns avec les autres nous a permis à tous de partager nos réalités et nos contraintes par rapport au plein air. Jean-Olivier Paquin, du comité organisateur, fut une des personnes qui ont marqué mon expérience, par la passion qu’il a souhaité nous transmettre. Agent de mobilisation pour Oxfam Québec, J-O (je me sens presqu’intime!) a donné un atelier sur le développement du leadership qui m’a particulièrement rejoint. Une seule chose à retenir : tombez 10 fois, relevez vous 11. Ne jamais abandonner un projet qui nous tient à cœur et dans lequel on croit parce que quelqu’un, quelque part saura reconnaître toute la passion que vous y mettez. Merci pour ce rappel-là, toujours d’actualité pour tout le monde.

En préparation et montage de nos projets... en plein air!

En préparation et montage de nos projets… en plein air!

Crédit photo : Hélène Sarah (participante et co-tenteuse, désolée je n'ai pas son nom de famille!)

Crédit photo : Hélène Sarah (participante et co-tenteuse, désolée je n’ai pas son nom de famille!)

Entre le BBQ le plus délicieux que j’ai jamais mangé de ma vie et le confort de notre tente a aussi eu lieu un show privé de Clay and Friends sur la plage du Vieux-Port, réservée pour l’occasion à notre groupe de jeunes fous. Allez écouter ce qu’ils font, la découverte de l’été je vous le garantis ! Puis, de ces deux jours remplis par les rires et le bonheur sont ressortis des idées de projets et de partenaires pour accomplir la mission que s’est donné Mountain Equipement Coop en créant l’événement. Vous pourrez suivre leur évolution ici. Je souhaite un grand avenir à la MEC Nation pour que la maladie du plein air se propage à grande échelle !

Laurie-Plein-Air-Couture

Ma nouvelle obsession

29 Jan

Un jour mon copain est rentré du boulot en me parlant de l’amour inconditionnel de ses collègues pour les Airstreams. «Airquoi?» (Je suis parfois inculte). Après une recherche Pinterest, ce «Airquoi» s’est transformé en nouvelle obsession.

Ces petites caravanes d’aluminium me font rêver. Airstream a été fondé en 1934 aux États-Unis et elles sont depuis toujours un petit luxe.

Ce qui me fascine, ce sont les gens qui pimpent littérallement ces caravanes. Elles deviennent de petites maisons roulantes avec un design incomparable. Allez faire un tour sur Pinterest, vous verrez pourquoi je vous parle d’obsession.

Fun Facts : Il existe un groupe nommé les Airstreamers pour les amoureux de ce type de caravanes et il y a un peu plus d’une douzaine de parcs américains qui n’acceptent que les Airstream sur leurs emplacements.

Pour vos yeux, voici ma petite sélection personnelle :

©Pinterest - designrulz.com

©Pinterest – designrulz.com

©Pinterest - babble.com

©Pinterest – babble.com

©Pinterest - designsponge.com

©Pinterest – designsponge.com

© Pinterest - countryliving.com

© Pinterest – countryliving.com

© Pinterest - nytimes.com

© Pinterest – nytimes.com

©Pinterest - remodelista

©Pinterest – remodelista

© Pinterest - nationalglampingweekend.com

© Pinterest – nationalglampingweekend.com

On se cotise?

Passez de belles heures sur Pinterest!

Karyan

La Cali et sa Highway 1

30 Sep

Les louves ont beaucoup voyagé cet été! Entre deux gorgées de vin qui goûtaient la nostalgie du voyage, une amie et moi avons décidé de partir 2 semaines à quelque part cet été. Ce quelque part s’est avéré être la Californie.

Voici 10 conseils / musts si tu prévois faire un roadtrip sur la côte ouest californienne et que tu es semi préparé…!

10660288_10152253894321991_6075170904357043476_n

Big Sur, hwy 1 ©Maxime Bertrand Gagné

La basse saison est ta meilleure amie!

Nous sommes parties les deux premières semaines de septembre, juste après les vacances de la construction, et on ne l’a pas regretté! Les villes sont moins achalandées, la température est encore très chaude et les dodos coûtent moins chers. Les locaux nous ont confirmé que nous étions dans les parages au meilleur moment de l’été. Bravo à nous.

Capture d’écran 2014-09-28 à 22.21.39

Un camping trouvé par hasard à San Clemente avec un chemin menant à la mer. Pas plate!

Camper

C’est le moyen de dormir pas cher et d’être logé près de l’océan! Vous avez la place pour trainer une tente dans l’avion? Encore mieux, vous partez du Québec avec une voiture et votre équipement ou vous louez un véhicule récréatif sur place? Le camping est définitivement une idée de génie. Attention! Même en basse saison, il est parfois difficile de trouver de la place. Beaucoup de campings fonctionnent sur la base du « first come, first serve ». Si vous désirez dormir sur la mythique Highway 1 dans la région de Big Sur, vous devez planifier vos dodos!  Voici un site qui peut vous être bien utile : www.reserveamerica.com

Capture d’écran 2014-09-28 à 22.37.28

©Google Map

Descendre la Highway 1 plutôt que la monter

Partez de Carmel-by-the-Sea et descendez vers San Luis Obispo. C’est plus facile de s’arrêter pour prendre quelques photos et pour apprécier le moment. La route est très peu reposante à conduire; virages serrés, étroite, montagneuse et très achalandée! P.S. Le dimanche est l’une des journées les plus achalandée dans le coin de Big Sur… Privilégiez un jour de semaine pour en profiter davantage 🙂 Ah! Google Map vous indique 3h, mais prévoyez une journée complète pour faire la route, car il est vivement déconseillé de conduire dans le coin lorsqu’il fait noir. #danger

Capture d’écran 2014-09-28 à 22.51.05

Carmel-by-the-Sea

Carmel-by-the-Sea a.k.a la place des plus beaux couchers de soleil au monde 

Achetez une bouteille de vin, apportez une couverte et benchez vous sur la plage pour attendre le coucher du soleil. (Note à toi-même, apporte du linge chaud, le vent est froid et tu ne veux pas choker le coucher de soleil pour ça!). Dans la région, le soleil se couche alors que les dauphins sautent en gang. Bin oui. C’est juste magique!

Capture d’écran 2014-09-30 à 23.10.28

Apprendre le surf à Mission Beach – San Diego

Allez à San Diego et passez rapidement par L.A 

Vous avez sûrement déjà entendu cette recommandation. L.A est un peu décevante. Le Walk of Fame, c‘est drôle 15 minutes… Si vous êtes dans le coin, assurez-vous d’aller faire un tour à Venice Beach! San Diego est une ville parfaite! Près de l’océan, avec un quartier mexicain incroyable et le Gaslamp District! Profitez des nombreuses microbrasseries et essayez le surf si vous n’êtes pas déjà initié, c’est LA place pour le faire, car les vagues ne sont pas trop violentes. 😉

Faire du kayak à La Jolla

Une magnifique plage à quelques minutes de voiture de San Diego. Le détour en vaut la peine. Prenez un moment dans votre journée pour vous payer une balade de kayak avec un guide. Sealions, histoires de tremblements de terre, petits requins et bin du fun!

Capture d’écran 2014-09-30 à 22.59.25

Yosemite National Park

Yosemite National Park vaut le détour 

J’adore les paysages plus grands que nature et, avec Yosemite, on est servi. Psst! Prenez le temps de descendre complètement au sud de ce gigantesque parc national pour voir les Giant Sequioas : très impressionnants! Si vous avez beaucoup de temps devant vous, apportez vos bottes de marche et explorez! On peut facilement passer plus de 3 jours à Yosemite. Pour les dodos, les trippeux de camping seront servis! Pour les autres, il est possible de trouver des auberges / hôtels dans les villes environnantes.

Capture d’écran 2014-09-30 à 22.59.07

Giant Sequoia – Yosemite National Park

Visitez Alcatraz

Une visite qui vaut vraiment la peine! Pas trop long, bien construite et assez fascinante! Prévoyez votre visite, car tout est booké au moins deux semaines à l’avance. Je suis obsédée avec Alcatraz depuis…

Capture d’écran 2014-09-30 à 23.24.40

Golden Gate Bridge et Alcatraz

Alerte pour foodies : Off The Grid et The Little Chihuahua, San Francisco 

San Francisco… Ah, San Francisco…! Une ville parfaite avec une température bipolaire. Mis à part être habillé en pelures d’oignon, vous vous ferez aussi dire d’essayer le MEILLEUR BURRITOS AU MONDE au restaurant The Little Chihuahua dans le quartier hippie de SF. Jugez par vous-même! Une autre activité trippante pour les foodies, l’événement Off The Grid. Très simple : un rassemblement de Food Trucks. MIAM!

Faire du vélo sur le Golden Gate

Il y a de multiples façons de « visiter » le pont : passer en voiture ($$$$), le marcher (gratuit) ou louer un vélo ($). Le vélo vous permet d’en voir plus et de vous rendre à Sausalito (ville des maisons parfaites) qui mérite une petite visite. Vous pouvez aussi vous promener dans le Golden Gate Park! Armé de votre vélo touriste et d’un cadenas, c’est la liberté pour la journée.

Enjoyez la Cali! 🙂

Partagez-nous vos musts!

Karyan

8 choses qui me font aimer le camping

11 Août

J’entends trop souvent les raisons pour lesquelles on n’aime pas se retrouver dans une tente en pleine nature, loin des toilettes. Je partage avec vous mes petits plaisirs d’une nouvelle adepte du camping style. Pour les moins aventureux, on vous parlait du glamping il n’y a pas si longtemps!

1. J’aime choisir mon camping.

Cette fois, j’ai fait confiance au réseau de la Sépaq pour une première expérience dans le Bas-St-Laurent. J’avais envie de la jouer tendance avec un nouveau parc, celui du Lac-Témiscouata. Il restait seulement à choisir le terrain. Le 17 me semblait bien. Il était parfait.

Processed with VSCOcam with t1 preset

2. J’aime faire l’épicerie avant camping.

L’idée de tout planifier, s’assurer d’en avoir assez. À l’exception des blés d’Inde, on a cuisiné crue. Lire ici, beaucoup de salade d’humus. C’était frais, c’était bon. Le granola du matin avec les fruits et le lait d’amande me rendait très heureuse. Oui, c’est possible de manger sainement en camping. On a quand même osé les croustilles de légumes méditerranéens. WOW.

Processed with VSCOcam with f2 preset

3. J’aime relaxer devant le feu.

Je l’avoue, je ne pensais pas qu’il pouvait être aussi éprouvant de faire vivre les flammes. Mille fois bravo à mon amie qui n’a jamais lâché prise. Parce que du camping sans feu, ce n’est pas du vrai camping.

 Processed with VSCOcam with f2 preset

4. J’aime être dehors.

Se réveiller et jouir des premières heures de la journée. Juste ne rien faire, mais le faire dans la nature. Quand je déjeune, je dîne et je soupe à l’extérieure, j’ai l’impression que ma journée est plus que profitable. C’est drôle, mais j’ai réalisé ça, cette année, à 27 ans. Quand on dit que le bonheur est facile.

 Processed with VSCOcam with f2 preset

5. J’aime regarder les installations des autres.

Je suis de nature curieuse et j’éprouve un sentiment de bien-être à analyser le terrain des autres. Nos voisins temporaires si on veut. Ceux qui se la jouent dans le luxe et les autres qui préfèrent croire que LESS IS MORE. Genre, nous.

6. J’aime le plein air de proximité.

Faire une randonnée, du rabaska ou courir, ça me parle! Au Parc national du Lac-Témiscouta, on a vécu tout ça. C’est là que j’aime me rappeler que c’est beau le Québec.

Processed with VSCOcam with t1 presetProcessed with VSCOcam with f2 preset

Processed with VSCOcam with f2 preset

7 : J’aime quand il y a de l’eau.

C’était dans les critères de sélection. Parce que les lacs du Québec, ils sont beaux. C’est tout aussi possible de passer un après-midi bronzette et baignade comme si on se prélassait sur les plus belles plages du monde. Je dirais que j’exagère juste un peu.

Processed with VSCOcam with f2 preset

C-_Users_Communications_Desktop_RoadTrip-BSL_Retouchée_chantalbon

Processed with VSCOcam with f2 preset

8 : J’aime dormir sous la tente quand il pleut.

C’est un sommeil différent. Portez attention la prochaine fois…Pas que je vous souhaite de la pluie, mais des gouttelettes de nuit, on dit oui.

 Processed with VSCOcam with f2 preset

Parce qu’il y avait ce désir de vous faire vivre le Québec cet été, c’était la façon de vous faire vivre mon expérience camping. Rien de vraiment compliqué, juste du gros bonheur pendant 3 jours: 2 filles, une tente, de la salade pis du vin.

Processed with VSCOcam with t1 preset

Je vous souhaite donc le meilleur camping de votre vie!

Sarah

L’été se donne en spectacle/l’éloge des artistes macroscopiques

22 Juil

Je suis une saison qui se suffit à elle-même. J’ai chaud, je transpire. Je sue parfois, mais pas trop. Il le faut pour rester belle. Belle et splendide avec mes lunettes de soleil et ma rayonnante estivalité. Un mot qui existe quand vous êtes en maillot sur une plage de sable dru des eaux douces d’ici, à  vélo dans un champ qui sert de palace à une famille quadri-générationnelle de criquets et de sauterelles, en jupe courte, en gougounes, torse nu et démoustachu. Une goutte qui glisse le long d’un pichet de sangria, une étincelle qui s’envole loin de sa maison Le Feu, ta guimauve au bout du bâton, une guitare, un ukulélé, un potager qui donne des tomates et ta langue dans une crème glacée. Tremper dans le chocolat, si tu veux.

Je suis l’estival de votre année et ça me plait parce qu’ils ne sont pas très chauds vos trois-cent-soixante-cinq jours. Puis, vous ne manquez pas d’eau pour vous rafraîchir, ni d’électricité pour l’air climatisé.

Vous ne manquez pas d’occasion de profiter de mon flamboyant. Tout ce qu’il faut, ici. Baleines, feux d’artifices, festivals de nourriture et d’alcool, gaspésie, jazz, terrasse, une piscine, vente trottoirs, chalets, camping, rivières fraîches, guacamole, salsa, nachos, bronzer, pêcher, des fleurs, des pissenlits et un peu de limonade aussi.

De la petite limonade de petits enfants sur le petit trottoir dans la petite ruelle. Et, sur les grands boulevards, entre deux intersections, trois ou quatre bidons de plastique, deux baguettes et un solo de batterie-pas-batterie qui te fait t’arrêter sur ma route. Ma route des vacances et du temps bien perdu, du temps rentable qui te mène nulle part dans ton avenir, mais te fait respirer dans ton bonheur.

Un violon sur un banc entre des mains expertes qui te chantent la pomme vers trois heures du matin quand tu rentres de quelques pourcentages d’alcool, des rires et des histoires-souvenirs. Ces soirs-là où on est tellement de bonne humeur que tu te postes à côté du violoniste pour danser un peu avec une amie  ou un autre quelqu’un un peu plus qu’ami.

Le bonhomme à qui tu empruntes une chaise dans un bar, que tu reconnais un peu et à qui tu prends le temps de dire qu’il jouait bien de la flûte traversière l’autre fois sur la scène où il improvisait avec trois-quatre amis. Lui qui sourit, content. La conversation s’engage.

Un chanteur connu qui atterrit sur la terrasse où tu finis toujours tes soirées anonymes. Le chanteur que tu remercies de sa musique parce que tes cheveux sentent l’été et que le soleil a fait rougir tes joues bien avant qu’il te dise cool de façon extrêmement cool. Avoir quatorze ans parce qu’en juillet, on n’a pas d’âge.

Des tours de magie ou de jonglage sur un monocycle, une guitare, un dessin fait en craie, une œuvre plus grosse en peinture fraîche sur un mur de béton, un vieux barbu qui te raconte sa vie, un cracheur de feu parfois, encore une guitare, la gang de Greenpeace qui ont des propos vraiment intelligents à te faire réfléchir à, un garçon en équilibre sur un ballon, une vieille dame qui te vend le meilleur de tous les melons, les touristes, les touristes avec des caméras, les garçons qui se font beaux, toi qui te fais belle.

Je suis la saison de toutes les parades. Le moment où l’on ralentit le pas pour s’afficher au soleil, s’afficher en vacances. Je vous en prie, humanité, utilisez la chaleur comme meilleure raison pour ne pas s’essouffler et rendre chaque instant plus intemporel qu’il ne l’est habituellement.

Fais tout au ralenti. À l’opposé de ton attitude printanière, au lieu de sourire en coin quand tu vois le musicien dans la rue que tu longes, arrête-toi ou vous, écoute-le ou la et jasez. Tu trouveras l’argent que tu déposeras dans son étui amplement mérité parce que ces gens-là ont une histoire aussi plaisante que leurs partitions.

Et si tu es plus timide, moins porté à la musicalité, essaie de connaître le parcours de la dame qui te vend un bracelet en cuir, le garçon qui propose six sortes de tomate au marché, adopte le guide pour supporter le commerce local et discute indépendance avec des couturières de chez toi, demande du feu à ton voisin de palier et invite-le à se joindre à ton groupe, fais un château de sable avec un enfant mystère qui trouve que ton maillot de bain est coloré, fais un barbecue avec tes voisins qui ont douze décennies de plus que tes colocs, dessine une carte d’anniversaire pour ton collègue de travail à qui tu n’adresses jamais la parole.

Parle aux gens pendant que je te fusille d’ultra-violet.

Bon été.
Marie-Phi

%d blogueurs aiment cette page :