Tag Archives: bébé

Marcher sur un bloc Lego

3 Mai

Pauline Kergomard, inventrice de l’école maternelle en France, disait « Le jeu, c’est le travail de l’enfant, c’est son métier, c’est sa vie. » Pour exercer un métier, il faut les bons outils, et comme parents, devant l’offre infinie du marché, des choix s’imposent. Nous avions bien des idéaux avant l’arrivée de petit homme, des préjugés envers le plastique, les chansons redondantes, le salon aux allures de CPE. Un enfant prend une grande place dans une vie, mais il importe aussi qu’il ait sa zone dans SA maison… sans pour autant prendre tout l’espace.

Avec le premier anniversaire, la question récurrente sur les cadeaux m’a permis une réflexion sur les jouets. La conclusion; des jouets durables, polyvalents, solides et autant que possible, éco-responsables.

Petit homme est entouré d’une famille attentive et respectueuse. Une grande écoute de nos valeurs et de celles que nous voulons transmettre est une grande richesse. Et à notre grand bonheur, tout ça se reflète assez bien dans les cadeaux offerts à monsieur gâté!

Crédit photo : la matante, Laurie Couture

Le tipi; un cadeau d’une grande beauté qui répond à tous nos critères. Il trône fièrement dans notre salon, antre de paix de mini. Versatile, il sera fort probablement utilisé très longtemps. Nous l’aimons d’amour, puisqu’il est joli, mais également il camoufle très bien les petits jouets appréciés de bébé, mais qui ne sont pas nécessairement jolis en exposition de salon! Les enfants adorent les petits endroits, les cachettes, avoir un petit coin bien à eux, le tipi, c’est la perfection!

Les jouets de bois, s’ils sont, en plus fabriqué au Québec, ça me charme complètement! Le jeu d’équilibre des Enfantillages est d’une beauté et d’une créativité unique. Ce jeu de plusieurs pièces au design simple permet une panoplie d’empilement. Bien que petit homme manque encore de dextérité pour les équilibrer facilement, il adore s’amuser avec ces petits animaux ludiques. Ce jeu correspond à tous nos critères, et il plaît à fiston!

Crédit photo : Les Enfantillages | Boutique Etsy siii belle!

 

Le cube d’amusement est un essentiel des bureaux de dentiste, il est durable et polyvalent, en plus de se nettoyer facilement. Les enfants de nos amis l’adorent, coco aussi, et il n’est pas rare que même papa s’amuse avec le boulier lors d’une discussion entre adultes! Un des avantages, en plus d’être plutôt coquet, c’est que mini s’y amuse beaucoup lorsqu’il commence à se tenir debout, favorisant ainsi cette position. De plus, aucune pièce ne se détache, ce qui évite les disparitions sous le sofa, ou le désagrément de marcher sur un morceau meurtrier pour les orteils!

Le dé des mots de la compagnie Placote; l’enseignante en moi est séduite par toutes les possibilités éducatives de ce jouet! Il s’agit en fait d’un cube en mousse, couvert d’un matériel plastique transparent dans lesquelles on insère des images (une banque d’image sur différents thèmes est incluse). Il s’agit d’un outil ludique pour le développement du langage, mais son atout est la versatilité, on peut y insérer des photos de la famille quand bébé est plus petit, des lettres de l’alphabet, au début de l’école, des nombres, des mots en anglais, etc. La marque « PLACOTE » est fondée par des orthophonistes, le cube est donc accompagné de petits conseils pour l’utilisation du jouet, mais aussi pour le développement du langage. Bref, un jouet polyvalent qui sera utile sur une longue période de temps et approuvé par la prof-maman!

L’offre de jeu et jouets est grande, des choix s’imposent et nous tentons d’en faire des bons en fonction de nos valeurs, mais le vœu pieux du « sans plastique » semble impossible à atteindre, car même si je tombe régulièrement en amour avec des artisans d’ici et leurs créations éducatives et magnifiques, il semble que mini, lui, fini inévitablement par s’intéresser à un camion de plastique plus ou moins joli accompagné d’un bruit infernal ou simplement les casseroles de la cuisine!…

Je pratique donc le lâcher-prise, car après tout le travail d’un enfant est de jouer, avec ce qui l’intéresse, plastique ou bois… il découvre le monde!

Mariève

 

Publicités

Une professionnelle maman ou profession : maman ?

5 Avr

La fin de vingtaine et le début de la décennie suivante sont une période particulièrement décisive dans la vie. La fin des études, l’envie de voyage, le début d’une carrière ou l’installation lente d’une vie « d’adulte », autant de choix s’offrent pour l’avenir. Dans cette pléthore d’opportunités, une question s’impose parfois d’elle-même: une carrière, une famille, les deux?

Avoir un enfant, c’est parfois planifié… ou pas… ou presque. On peut prévoir le projet, mais rarement le délai. Quant à la carrière, le chemin vers l’accomplissement est parsemé d’imprévus et d’opportunités. Quand nos jeans se sont usés pendant de longues années sur les bancs d’école et que, ô grand bonheur, les portes d’une carrière prometteuse s’ouvrent, la motivation professionnelle est à son paroxysme. On s’investit souvent sans compter, pour prouver aux autres et pour se prouver notre valeur. Ces paradoxalement dans ce même laps de temps que la petite graine d’idée familiale commence à germer lentement. Chaque année compte pour une femme… il paraît qu’il y a une date de péremption sur la capacité d’enfantement! Et elles passent vite ces années!

Rapidement, on arrive à la croisée des chemins, ma carrière ou une famille? C’est possible de faire les deux?

Bébé #1 s’est installé doucement au printemps. L’annonce de sa venue était un grand bonheur, mais comme toute première grossesse, un petit bagage d’inquiétudes et d’incertitudes s’installait aussi. Je suis passionnée par mon travail et j’ai la chance d’occuper un poste me permettant d’être constamment en développement de projet. L’arrivée d’un petit être signifiait de mettre sur pause ma carrière dans laquelle je m’investis avec ardeur, et de peut-être, laisser passer des opportunités pendant mon absence. Mon cœur me disait pourtant que l’humain en construction dans mon bedon était la véritable priorité, et que rien d’autre n’aurait d’importance tant que lui, son papa et moi étions ensemble et en santé.

Crédit : SimplyCasual

Ce questionnement est celui de nombreuses femmes à cette étape de vie, si l’on en croit un sondage d’une valeur scientifique inexistante réalisé sur les réseaux sociaux, par ma petite soeur, interpelée elle aussi par cette question. Le potentiel papa, malgré tout l’avancement dans le dossier des congés parentaux, ressent probablement moins cette pression. L’impact sur la carrière est souvent moindre, l’absence au travail étant plus courte ou davantage planifiée. C’est une décision importante que celle de fonder une famille, et le désir de s’y engager est fort, mais je constate qu’il semble complexe de s’investir à 100% dans deux projets aussi opposés.

Deux années ont passé depuis l’annonce de l’arrivée de fiston. Je suis de retour au travail, aussi passionnée qu’avant ce congé d’un an dont j’ai profité pleinement. J’ai toujours la chance d’occuper un poste qui me convient et qui me permet de m’accomplir. Un malaise revient toutefois quand, des collègues ou des patrons me pose la question: «Tu en veux un autre? Quand?». Bien que mes relations de travail soient très bonnes, je ne laisse comme réponse qu’une affirmative vague et incertaine. Je me questionne toujours sur l’intention d’une telle question, sur les opportunités que je pourrais manquer, sur ce qui pourrait ne pas revenir…

Le soir, quand je rentre à la maison, je retrouve un petit rouquin plein de vie qui me rappelle qu’être une maman, c’est le meilleur rôle. Mes doutes quant à mes choix s’évanouissent, pourtant mon malaise demeure. Il est impossible de choisir, ma réalisation professionnelle fait partie de moi, et ce « moi » a besoin d’être complet pour être une bonne maman. Donc, la carrière ou la famille? Je dis les deux, et c’est là que le défi commence!

Ah, culpabilité et remise en question quand vous nous tenez…

Mariève

Café La Mosaïque : ensemble dans le nouveau

15 Déc

Nous vous présentons aujourd’hui notre nouvelle collaboratrice, Mariève Couture! Nouvellement maman, elle s’exprimera sur sa vie de jeune femme active avec un enfant, réalité qui colle de plus en plus à nos Rockalouves! 

Un an. Trois cent soixante-cinq jours, c’est rapidement passé. La dernière année, je l’ai passée à prendre soin d’un petit être ô combien attachant et dont l’évolution au cours de ces 365 jours est totalement étonnante!

 

Je ne suis ni la première ni la dernière à mettre sur pause plusieurs aspects de ma vie « d’avant » au profit d’une nouvelle petite famille. Ce chamboulement nommé bébé apporte un tout nouveau rythme de vie et la découverte de plusieurs ressources et activités pour cette parenthèse de vie professionnelle!

Crédit photo : Mariève Couture

Crédit photo : Mariève Couture

Mon mini n’était qu’un minuscule être humain la première fois que j’ai mis les pieds aux mardis maman du café La Mosaïque situé dans le Vieux-Lévis. Toute nouvelle dans mes fonctions, j’avais néanmoins un grand besoin de socialiser, de mettre le nez dehors du petit cocon maison/poupon. J’ai découvert en ce lieu empreint de partage un petit moment dans la semaine pour discuter, être conseillé et surtout, partager.

 

Crédit : Page Facebook Café la Mosaïque

Crédit : Page Facebook Café la Mosaïque

Le café La Mosaïque, c’est tout simplement un café de quartier, qui respire les valeurs de communauté, d’entraide, de partage. C’est aussi un endroit qui promeut les artistes locaux, les produits bios, le commerce équitable et les valeurs environnementales. C’est une entreprise d’économie sociale qui s’investit de tellement de façons dans la communauté lévisienne, une petite perle dans la collectivité!

J’ai trouvé à cet endroit, un petit groupe de mamans, qui, tout comme moi, apprivoisait tranquillement leurs nouveaux rôles. Rapidement, à travers plusieurs activités proposées par d’autres mamans ou par un des nombreux organismes affiliés au café, ce petit groupe est devenu un incontournable dans ma vie. Le mini grandit, et moi aussi. Au-delà des jasettes bébés et du café, ce genre d’endroit trop rare permet de prendre conscience qu’il est toujours possible d’en faire plus pour les autres, et que l’esprit de communauté est encore présent lorsqu’on le veut bien.

La beauté de La Mosaïque, c’est que, maman ou pas, vous y trouverez une place. Le restaure-café (pour réparer au lieu de jeter!), les spectacles, les expositions, les ateliers caféine pour l’âme, les massages au suivant…Une pincée de bonheur et de partage dans un océan d’entraide et de communauté! Mon mini-humain et moi devrons bientôt reprendre une routine de travail et de garderie, notre moment Mosaïque de la semaine me manquera. Heureusement, le café y sera toujours aussi bon la fin de semaine, et il sera toujours possible de laisser un café en attente, juste pour le plaisir de donner au suivant!

Mariève

Une chance qu’on n’a pas d’enfants.

26 Mar
1155798-maxime-denommee-sophie-cadieux-ne.jpg

Crédit photo: Google Image

AVERTISSEMENT

Ce billet peut contenir un manque d’objectivité et s’adresse à des lecteurs de tous âges. Ce texte a été écrit avec un grand amour et une admiration profonde pour la comédienne Sophie Cadieux. L’opinion d’un tiers est recommandée.

LA QUESTION QUI TUE

En ces temps d’austérité, d’incertitude politique et de changements climatiques, est-ce vraiment une bonne idée de mettre quelqu’un au monde?

NOTRE CRITIQUE EN UN GIF

200.gif

DES ARBRES

Texte : Duncan MacMillan

Traduction : Benjamin Pradet

Mise en scène : Benoît Vermeulen

Assistance à la mise en scène: Ariane Lamarre

Avec:  Sophie Cadieux et Maxime Denommée

Théâtre La Licorne

Durée: 1 h 25

Est-ce que tout le monde a le droit de faire des bébés ?

C’est bien de se poser des questions. D’être conscient. De s’informer. De douter. On veut être « des bonnes personnes », on veut croire qu’on est « des bonnes personnes ». Mais est-ce qu’il ne faut pas savoir trouver un équilibre entre conscience et inconscience si on veut rester bien ?

Mettre un enfant au monde : un cadeau empoisonné ?

Au moment où le bruit des applaudissements s’éteint et que les lumières se rallument, on ne réussit pas à tirer une seule conclusion de cette pièce. Un peu comme dans la vie. Un mélange de beauté, de tristesse, d’abandon, de questionnements, de colère. La vie, la mort, pis toute ça.

En rafale

Le texte ?

Des pensées qui se bousculent et ne se taisent jamais. Le reflet de toute une génération.

La mise en scène ?

Des sauts temporels, mais d’une simplicité désarmante. On peut imaginer, on peut visualiser, on peut se projeter, selon chacune de nos réalités.

Les comédiens ?

Une symbiose. Naturels, justes, complices, magnifiquement touchants. (Relire notre avertissement au tout début) La tendresse dans la tension. L’engagement dans l’abandon.

Le rythme ?

Un débit rapide. Le couple traverse, sous nos yeux humides de larmes et de rires, toutes les étapes de la parentalité, jusqu’à ce que le temps, la vieillesse et enfin, la mort les rattrapent. Une finale qui rappelle d’ailleurs celle de la série Six Feet Under.

Les référents culturels ?

Attendre et espérer les circonstances parfaites. Reprocher à son chum d’avoir toujours besoin de consignes.  

Les phrases punchs ?

« Chaque fois que j’me suis imaginé avoir un bébé, le père était toujours un homme flou, en background. »

« On dirait que tu viens de me donner un coup de poing et que tu me pose une question de calcul mental pendant que je suis encore à terre. »

« Si tu te préoccupes vraiment de l’avenir de l’humanité, bein suicide-toi. »

« Ouin, j’suis menstruée. Mais ça veut pas dire que j’ai pas raison. »

« J’ai besoin de pleurer comme un bébé ou rire comme une folle. »

Planter des arbres pour aider à faire respirer la planète

Des arbres, c’est avant tout une histoire drôle et attachante. Le texte de Duncan Macmillan aborde la question de la responsabilité sociale et aussi celle d’une relation amoureuse entre deux personnes, imparfaites bien sûr. Mais profondément humaines.

J & O

%d blogueurs aiment cette page :