Archive | LIFESTYLE RSS feed for this section

Les vieux meubles des uns font le bonheur des autres !

24 Mai

Le compte à rebours est déjà commencé pour plusieurs qui déménagent cet été. Dans quelques semaines, le bord des rues et les trottoirs constitueront une véritable mine d’or de toutes sortes pour les esprits bricoleurs et écolos de ce monde. Depuis quelque temps, je me donne un objectif: celui de donner cette fameuse deuxième chance à un objet qui aurait normalement trouvé le chemin des ordures.

Mon plus récent projet, qui égaye mon salon, est en réalité le cadeau d’anniversaire pour la première année de vie de notre fille. Pour vous faire un bref topo, après avoir donné de nombreuses suggestions de cadeaux aux membres de ma famille, on s’est nous-mêmes retrouvés le bec à l’eau quand est venu le temps de songer au cadeau qu’on lui offrirait. À quelques jours à peine de son anniversaire, on devait trouver une idée rapidement, sans pour le moins renoncer à la qualité. Puis, EURÊKA! Je me suis rappelé à quel point j’avais fait de la fausse popote quand j’étais jeune, à un point tel que j’avais reçu un vrai petit four à 4 ans. On avait donc envie de lui offrir sa toute première cuisinière.

Je ne voulais toutefois pas investir une fortune, surtout pas dans une gigantesque pièce de plastique. Comme Mariève l’a si bien verbalisé dans un billet précédent, mon copain et moi n’avions pas envie d’avoir un salon aux allures d’un CPE. J’ai donc opté pour une cuisinette en bois, simple comme tout, dans laquelle les meilleurs Faux-Burritos et Fausse-tartes-aux-pommes allaient être cuisinés. Ce qui m’enchante particulièrement dans ce projet est bien sûr l’aspect DIY, mais également le caractère évolutif de ce cadeau.

En gardant en tête l’idée de ne pas trop dépenser pour réaliser mon projet, j’ai fait une annonce sur Facebook à qui voulait bien se départir d’une vieille table de chevet, t’sais celle qui vient avec l’ensemble de chambre à coucher 10 morceaux de leur tante. En à peine cinq minutes, j’avais déjà trouvé ma table. Aussitôt reçue, inutile de vous dire que le gros fun avait commencé! Voici comment j’ai réalisé mon défi  »1-an-pour-mademoiselle »!

Voilà la bête!

Ce dont vous aurez besoin:

  • une table de chevet
  • du papier sablé
  • un chiffon humide
  • de la peinture (dans mon cas, j’ai utilisé de la peinture minérale Fusion offrant une palette de couleur exceptionnelle achetée chez Juneau. J’ai fait mes recherches et un commis de votre quincaillerie pourra aussi bien vous aider dans vos recherches de peinture couvrante et durable)
  • La quincaillerie (poignées, crochet, etc.)
  • Du vernis (le nettoyage se fera beaucoup plus facilement et les éclats de peinture seront limités)

Les étapes à suivre

  1. Tout d’abord, enlevez les poignées et sablez la table de chevet, de manière à la rendre poreuse pour que la peinture y adhère bien. Si vous pouvez réaliser cette étape à l’extérieur, je vous le recommande.
  2. Passez un chiffon humide pour enlever la poussière de bois
  3. Appliquez une première couche de peinture et laissez ensuite sécher. Puis, appliquez la deuxième couche.
  4. Laissez aller un peu votre imagination et dessiner les ronds et les boutons du poêle. Dans mon cas, j’avais de vieux sous-verres que j’ai peints, puis collés avec de la colle chaude.
  5. Une fois tous les éléments décoratifs peints, appliquez deux couches de vernis sur l’ensemble de la table de chevet
  6. Admirez votre œuvre !

J’ai de la chance d’avoir un copain et un beau-papa bricoleurs qui ont pu réaliser chacune de mes demandes. Le premier tiroir a été transformé en porte de four, avec un système de pentures avec aimant, car le modèle de la table de chevet le permettait. On a utilisé un vieux crochet et des poignées rondes pour imiter la robinetterie. J’ai trouvé une gamelle à chien au magasin à 1$ qui ferait très bien office de lavabo. Il a suffi de percer un trou sur le dessus de la table de chevet de la grosseur de la gamelle, pour qu’elle y entre presque à la serre. Notez que ces derniers éléments ne sont pas nécessaires, t’sais que tant qu’à faire semblant de faire à manger, on peut aussi bien faire semblant d’avoir un lavabo… l’enfant n’y verra que du feu. Dans notre cas, on a simplement voulu y mettre le paquet pour le cadeau de notre petite poulette! Une version plus simple d’une cuisinette peut très bien faire l’affaire !

Pour rendre le tout encore plus réaliste, j’ai fait le tour des rayons du magasin à 1$ et j’ai déniché des spatules, un rouleau à pâte et une passoire, le tout en format miniature!! Il y avait de quoi virer fou avec tous ces minis items. Mon coup de cœur est sans aucun doute, les petites mitaines de four que j’ai trouvées chez Simons.

Le plus beau merci qu’elle puisse nous rendre est de nous faire un mijoté de carottes, raisins et ail tous les matins. Mes compliments au chef!

Pour ceux et celles qui aimeraient transformer leur meuble d’une façon différente qu’en une station de jeu pour enfant, cette cuisinette est simplement une alternative à la deuxième vie que vous pouvez donner à un vieux meuble. Pourquoi ne pas juste revamper cette même table de chevet, en lui donnant une belle couleur punchée? Une couleur qui donnera une touche tellement énergisante et revitalisante à votre chambre à coucher ou à votre hall d’entrée, qu’à lui seul, votre meuble en sera le principal élément décoratif. Un jaune citron, un rouge framboise… Pourquoi ne pas oser une palette de couleur qu’on trouve si belle dans les revues, mais qu’on croit qu’elle sera vite démodée? Le risque en vaut la chandelle.

Si vous êtes un peu réticents à l’idée de vous embarquer dans un projet comportant de la peinture, vous pouvez simplement personnaliser un meuble que vous possédez déjà en ne changeant que la quincaillerie pour quelques dollars. Les meubles Ikea aux lignes droites et épurées sont certes très jolis, mais également très simples. Vous pouvez peindre quelques-unes des poignées avec une peinture dorée en aérosol et changer les autres par de magnifiques poignées en céramique.

 

Amusez-vous et souvenez-vous que les vieux meubles des uns font le bonheur des autres! 🙂

*Toutes les photos ont été prises par moi-même!

 

Lauréanne

 

Histoire d’un week-end pluvieux, mais pas plate, à Ottawa

9 Mai

Ottawa. Je ne sais jamais trop quoi penser de cette ville. J’ai adoré participer à son week-end de courses durant les dernières années, mais mon amour se limitait à ça. Quand mon amie Chantal m’a annoncé qu’elle y vivrait, je savais que je viendrais la visiter. Ça s’est passé le week-end dernier et c’était vraiment plaisant. Je suis dans le train pour le retour vers Québec et j’ai envie de partager avec vous quelques bonnes places. Parce que oui, il y en a. Et même avec le vent, la pluie, le froid, les inondations. Ok, j’arrête. Vous voyez le portrait.

867A225F-A082-4F7C-AE0F-D4E95808C68F

En route vers le Parlement

1133538D-6EF9-4CE6-8408-0F2B7FC105EB

Ottawa et ses tulipes

86660F47-03A0-4A98-AAD4-B41B7602D8C6

L’impressionnante bibliothèque que du Parlement

Le musée des beaux-arts du Canada

C’était la première fois que je mettais les pieds dans ce musée. Bonheur, une exposition de photos est en vedette présentement. « Cette exposition organisée par l’Institut canadien de la photographie du Musée des beaux-arts du Canada montre toute la diversité de la pratique et de la production photographique au Canada entre 1960 et 2000. » C’est inspirant et on réalise surtout qu’on a rien inventé avec nos filtres, les photos sur la route et nos portraits en noir et blanc. Enfin, il y a du talent depuis longtemps.

J’ai également aimé les salles d’art contemporain. C’est toujours rafraîchissant d’observer de nouvelles œuvres. Dans chaque musée, il y a ce sentiment inexplicable qui me fait juste du bien.

CDF30838-CE15-4EF7-A903-51B892015B8D

Art canadien et autochtone : de 1968 à nos jours

0CAA7FF0-FFA5-4856-A7C3-402DDE24E28B

La photographie au Canada, 1960–2000

Freshii

Je ne connaissais pas la place et pourtant c’est tellement mon genre. Je me suis dit que s’il y avait un Freshii près du bureau j’irais souvent pour un bowl, une soupe, une salade, un burrito. De la fraîcheur, des prix qui ont de l’allure, des bons ingrédients. Mon bowl Oaxaca avec l’ajout de falafel était savoureux.

Rowan

Mon amie m’a fait deux, trois suggestions de bons restaurants pour le souper. Je regardais les comptes Instagram, pis on hésitait. Je n’avais pas de « Oui, je veux absolument y aller ». Après une sieste et avant d’ouvrir les bulles, elle m’a proposé Rowan. J’ai tout de suite eu envie de goûter aux deux plats végétariens proposés. Assises au bar (on ne pense pas souvent à cette option, mais j’adore) on s’est tout simplement régalées. Jamais de la vie j’allais prendre un dessert. J’avais un peu trop mangé. On a décidé de marcher les 5 km pour le retour. On a jasé, on a niaisé. Un samedi soir comme j’aime.

Riviera

Avant le retour à la maison, Chantal tenait à me faire découvrir « sa place » à Ottawa. Ok, j’ai compris pourquoi. Les lieux, les gens, l’ambiance, le menu des drinks, j’avais l’impression d’être ailleurs, vraiment en vacances. Encore au bar, on a regardé les cuisiniers préparer les dernières assiettes de la soirée. Mon White lady était parfait. Je suis sortie tout émerveillée. J’avais la meilleure « locale » avec moi!

FAB07296-D31A-4D81-AB3D-6D9297FC1482

La Piscine du Westin

Dimanche matin, après une course sous la pluie, on feele qu’on a le goût de relaxer dans l’eau. Ouin, étrange. Les spas nordiques sont un peu loin et notre temps est limité. Allons-y avec l’option « piscine et sauna d’hôtel » Chantal appelle au Westin parce qu’on n’est pas vraiment clientes et JOIE, l’utilisation du centre de santé est gratuit lors d’une première fois. Arrivées à midi, nous avons eu la piscine et le spa à nous. On a même fait une petite sieste sur les chaises longues. Deux heures plus tard, bien détendues, nous étions popire fières de notre idée à 10 minutes à pied de la maison.

F7D693E1-6C6A-45A9-85E2-93C06B0C7114 (1)

Un dimanche après-midi à la piscine du Westin

L’accueil de mon amie

Parce que sans elle, son bel appartement, les huitres, les bulles, le bol de smoothie, les cafés au lait d’amande, sa visite du parlement, sa générosité et sa simplicité je ne t’aurais pas autant apprécié, Ottawa. Bien honnêtement, j’y allais pour passer du temps avec elle, le reste ne fait qu’embellir l’essentiel.

980452CC-BA12-48A7-9B45-3B761211BFE0

Huîtres et bulle

 

4453A4C7-27F5-4A21-9776-5228B3CC4F20

Relaxer ici tout simplement

À l’amitié!

Sarah xx

Paré pour l’aventure?

5 Mai

À travers les dernières années, vous avez sûrement remarqué à quel point les aventures sont importantes pour moi. Toutes sortes d’aventures en fait : faire Montréal-Québec en kayak, affronter le Mont Washington, essayer le surfset, partir en Indonésie… et plus encore! Et pour me préparer à chacun de ces trips, il me faut être bien équipée.

Et pour chaque défi, son type d’équipement ! Ce n’est pas une cachette, mon magasin de plein air préféré, c’est MEC. Quand ils m’ont approché pour aller visiter le nouveau magasin de Québec, en primeur, je trippais. On m’a dit, plus de produits, plus de place, plus de bons conseils. J’étais déjà vendue! En effet, même si l’offre de produits de plein-air est varié à Québec comme ailleurs, j’aime les gammes ‘’maison’’ de Mountain Equipment Co-op par leur qualité et leurs prix abordables. Dans le nouveau magasin, j’ai pu découvrir une section nautique gorgée de nouveautés (ma section préf’!), un mur complet de matériel d’escalade, une salle de montre de vélo, un grand atelier mécanique, et plus encore. Bref, je pourrais vous nommer plein de raisons pour lesquelles je trippe beaucoup sur les produits et la marque. Mais la meilleure façon de vous le démontrer? En vous parlant de mes coups de cœur, et de leur utilité dans les escapades que je prévois faire cet été.

Pssst : Cet été, Parcs Canada offre l’accès à tous ses parcs gratuitement! Vous n’avez qu’à vous procurer votre laissez-passer ici. Sinon, il est aussi disponible pour tous les membres MEC en magasin. Grouillez-vous, un été de plein-air vous attend ! Je prévois aller faire un tour dans un parc bientôt, je vous tiens au courant. 😉

 

Mon sac de randonnée

La couleur n’est plus disponible en magasin mais je l’aime TELLEMENT. Il n’est pas plein de poches, fermetures éclair et tout, mais convient parfaitement bien à mes besoins. Il se compacte très bien et contient beaucoup de matériel. On peut aussi accrocher du matériel à l’extérieur.

Je l’ai utilisé pour aller passer un week-end dans un refuge et gravir une montagne entre-temps. Ça a aussi été mon sac d’avion et de jour pour deux semaines à Porto Rico, l’été dernier. En plus, y’a une poche pour les sacs d’hydration. Il est parfait!

Cet été, je l’utiliserai :

  • Pour le cyclotourisme. Attaché dans mon dos ou sur mon porte-bagages, il sera parfait pour aller visiter quand je ne serai pas sur ma monture.

Un sac pour aller partout. Même dans une escale de 8h à Philadelphie!

Mon manteau de pluie 

Que celui qui n’a jamais acheté un manteau pas-imperméable-pantoute-finalement me jette la première pierre. Sérieusement. J’ai 4-5 manteaux supposément de printemps, mais… ils prennent tous l’eau. Bref, c’est correct quand il fait beau, mais sinon, j’étais toujours un peu mal prise. J’ai maintenant le super manteau Aquanator et il est parfait. Il manquait à ma vie! C’est sûr, il a un look sport. Mais être au sec, ça vaut plus que tout.

Il sera super pratique pour :

  • Pour vrai, tout. Léger, avec aération et protection, c’est l’idéal.
  • En kayak, pour prévoir le pire.
  • En vélo, pour prévoir le pire du pire.
  • En randonnée, parce que tsé.

Mon manteau pour tout!

Mes sacs de rangement

Si vous pratiquez plusieurs activités de plein-air et êtes toujours partants pour une bonne vieille aventure inattendue, je vous conseille d’être prêts à toute éventualité. J’ai des sacs étanches pour l’eau, que j’ai traînés l’été dernier dans mon défi kayak et dans chacun de mes entraînements. Mais j’ai aussi des sacs pas-étanches pour séparer mon matériel dans mon sac. Un pour les vêtements, un autre pour les collations, un pour des bas au sec…Vous l’avez compris, je suis organisée et j’aime compartimenter mes choses.

J’ai ce modèle mais j’en ai aussi trouvé un usager dans une vente seconde main. Les sacs au sec, comme nous les appelons, sont très durables, pourvu qu’ils soient bien entretenus et pas percés.

Mes essentiels de week-end getaway parfait.

En vrac, mes items d’aventurière :

  • De la vaisselle pour enfant IKEA : un peu niaiseux mais je la traîne dans mon bac de camping, comme ça j’ai toujours de la vaisselle sous la main et c’est plus écologique que la vaisselle en carton à jeter.
  • Un canif : une chose très utile, à avoir toujours pas loin, peu importe votre activité.
  • Des mousquetons : pour accrocher votre serviette mouillée à un arbre, votre bouteille d’eau pour une session de Via Ferrata, vos clés après votre manteau…
  • Des vêtements de sport dans un matériel adéquat : les vêtements avec un matériel anti-bactérien permettront que vos vêtements ne puent pas… en tout cas, pas tout de suite. Ils sècheront mieux et resteront plus beaux. Les vêtements Lululemon entre autres ont certaines pièces avec ce genre de tissu. Les vêtements de vélo MEC ont également parfois ce traitement. À surveiller! Très pratique en voyage.
  • Sac d’hydration ou gourde d’un litre : niaiseux mais vrai, depuis que j’ai découvert les sacs d’hydration, je bois tellement plus dans mes activités! J’avais toujours mal à la tête à cause du manque d’eau – j’oubliais littéralement de boire.  Sinon, les bonnes vieilles gourdes Nalgene font amplement le travail!

Je pourrais nommer tellement de choses encore. Dès que je partirai à l’aventure, je vous tiens au courant! D’ici là, n’hésitez pas à nous suivre sur Instagram (@LesRockalouves) pour tout savoir. Merci à MEC pour leur collaboration et leur offre si grande de produits de qualité! On se rejoint dehors, cet été?

Laurie

* Cet article n’est pas commandité, je n’ai pas été payée pour l’écrire. J’ai reçu des échantillons de la part de MEC à tester mais tout le matériel et les idées sont les miennes. 

Contrer le gaspillage alimentaire

4 Mai

Le gaspillage alimentaire est une chose qui, je croyais, ne me concernait pas il n’y a pas si longtemps. Depuis l’automne dernier, mon copain a dû déménager dans une autre ville pour le travail. Je me suis donc retrouvée à manger seule la grande majorité du temps et je me suis aperçue que je gaspillais beaucoup de nourriture étant donné qu’on était 50% moins de gens à manger à la maison. Je me suis donc intéressée au sujet et j’ai revu ma façon de cuisiner et de faire l’épicerie.

J’ai été très surprise d’apprendre que 47% du gaspillage alimentaire provient de nos maisons… Regardez cet article pour en apprendre plus. C’est aussi là que Bernard Lavallée et son livre Sauver la planète une bouchée à la fois m’ont beaucoup inspirée avec leurs trucs. En faisant plus attention, j’évite de jeter de la nourriture, ça me permet de faire un petit peu plus ma part pour la planète et mon portefeuille s’en porte mieux. Que demander de plus?

Voici quelques trucs à intégrer à votre quotidien pour diminuer le gaspillage alimentaire chez vous :

  • Les retailles de légumes

      • Congelez vos retailles de légumes pour en faire des bouillons pour vos soupes et vos recettes.

     

  • Moins

      • Acheter moins pour jeter moins.

     

  • Planifier

      • Si vous savez que vous ne serez pas à la maison de la fin de semaine ou que vous avez quelques repas de prévus au restaurant durant la semaine, adaptez votre épicerie en conséquence.

     

  • Laissez aller votre imagination

      • Cuisinez uniquement avec ce qu’il y a dans le frigo et dans le garde-manger.

     

  • Pas toujours la grande gastronomie

      • Il faut accepter de ne pas toujours cuisiner les dernières recettes de Trois fois par jour. Un sandwich aux tomates le mercredi soir n’a jamais tué personne et ça permettra peut-être  de sauver une pauvre tomate de la poubelle.

     

  • La conservation

     

  • Congeler ou transformer

      • Vos fraises commencent à être moins attrayantes? Congelez-les pour les smoothies ou faites de la confiture.

     

  • Partager

      • Vous avez cuisiné une grosse recette de pâté chinois et votre congélo est plein? Offrez-en à vos voisins ou à vos amis. Ça fera plaisir en plus!

     

  • Remplacer

      • Il ne faut pas hésiter à remplacer les ingrédients d’une recette par quelque chose d’équivalent qui se trouve déjà dans votre garde-manger.

     

  • Date de péremption

      • Ce n’est pas parce que votre pot de yogourt est périmé depuis hier qu’il n’est plus bon et qu’il faut le jeter. Utilisez vos sens (le goût et l’odorat) et  vous vous apercevrez vite si ce n’est plus bon.

     

Je partage avec vous ma recette fétiche pour éviter le gaspillage de vieux pains secs, de légumes et qui surprend les amis au brunch: la strata. J’aime aussi faire du pesto avec mes restants d’herbes fraîches ou des potages avec mes légumes qui sont au bord de la poubelle.

 

Crédit : Marie-Andrée Parent

 

INGRÉDIENTS pour une strata :

  • 1 oignon, 2 échalotes françaises ou des oignons verts hachés
  • 227 g (1/2 lb) de tranches de jambon, de bacon, de chorizo ou n’importe quelle autre charcuterie
  • 30 ml (2 c. à soupe) d’huile d’olive
  • 8 oeufs, légèrement battus
  • 560 ml (2 1/4 tasses) de lait
  • 125 ml (1/2 tasse) de crème 15 %. Si vous manquez de crème, mettez plus de lait ou un peu d’eau pour compléter
  • 2 litres (8 tasses) de pain rassis coupé en cubes (baguette, miche, pain Villagio, brun ou blanc)
  • 1 litre (4 tasses) de bébés épinards, cresson, roquette ou aucun de ces choix
  • 750 ml (3 tasses) de légumes crus ou cuits (asperges, poivrons, pois, brocolis, chou-fleur, olives, tomates séchées, etc.)
  • 500 ml (2 tasses) de fromage qui se trouve dans votre frigo
  • Sel et poivre

PRÉPARATION : 

Dans une grande poêle, dorer l’oignon (l’échalote française ou l’oignon vert) et la charcuterie choisie dans l’huile. Saler et poivrer. Laisser tiédir.
Dans un grand bol, mélanger les œufs, le lait et la crème. Saler et poivrer. Ajouter le reste des ingrédients et bien mélanger. Répartir dans un plat de cuisson d’environ 33 X 23 cm (13 X 9 po). Couvrir d’une pellicule de plastique et réfrigérer de 4 à 8 heures. Pour les plus pressés, laisser imbiber le pain 1 heure.
Placer la grille au centre du four. Préchauffer le four à 350 °F.
Retirer la pellicule de plastique et cuire au four environ 1 heure ou jusqu’à ce que le centre de la strata soit bien cuit. Laisser tempérer 10 minutes et servir avec une salade verte.
*Recette inspirée de Ricardo Cuisine

 

Bonne cuisine anti-gaspillage !

Marie-Andrée

Billet commun : Nos destinations de rêve

31 Mar

Avec l’arrivée du printemps (du moins sur le calendrier…), il nous prend des envies d’évasion. Entre deux tempêtes de neige qui n’en finissent plus, on se surprend à rêver d’ailleurs exotiques, mystérieux, enivrants. Qu’on s’imagine seule avec un sac à dos, en famille ou entre amis, tous les voyages sont bons pour chasser le blues de l’hiver. Départ (imaginaire) pour nos destinations de rêve.

Laurie ❤ 

Je pense qu’en 4 ans de billet commun, cet énoncé est le plus difficile! J’ai beaucoup voyagé pour certains, je n’ai rien fait pour d’autres. Selon mes propres critères, le voyage constitue l’objectif qui règne au sommet de ma «liste de vie». Je veux tout voir, tout sentir, tout toucher. Me sentir submergée par le si petit nombre de choses que je connais, être excitée mais étrangement calme au départ, puis pleine d’idées mais de nostalgie au retour. Plus je vieillis, plus mes voyages de rêve changent aussi. Mon élément, c’est l’eau. Je souhaite donc beaucoup découvrir le monde par celle-ci. Mon rêve serait d’aller visiter la Polynésie française, ou encore le Madagascar, ou la Nouvelle-Guinée. Je veux voir les îles et leur culture bien particulière. M’immerger dans leurs eaux et leurs secrets. Connaître les coutumes d’une vie estuaire. Amenez-moi dans les coins perdus des océans!

 

Crédit : Giphy

Camille ❤ 

Me demander de choisir une seule destination, c’est comme essayer de me faire dire quel est mon mets préféré: je n’ai pas de repas préféré, ce que j’aime c’est manger… ben c’est la même chose avec les voyages. Le monde est rempli de magnifiques paysages et cultures à découvrir. Selon moi, en choisir juste une c’est presque un sacrilège! Alors, voici un petit topo de mes destinations de rêve. Premièrement, l’Italie, parce que je ne peux pas croire que je n’y suis toujours pas allée, ensuite, la Nouvelle-Zélande parce que c’est juste trop beau là-bas, après ça, le nord de l’Afrique (Maroc et Tunisie genre), puis le Pérou, puis les pays scandinaves, puis l’Égypte, puis l’Indochine, puis finalement je pourrais remplir des pages et des pages!

 

Lauréanne ❤

À mi-chemin entre la maison et l’Inde, une œuvre d’art se tapissait sous notre avion. Une escale à Amsterdam a suffi pour me faire promettre d’un jour revenir voir cette gamme infinie de couleur qu’offrait, au printemps, les Pays-Bas qui se couvrent de tulipes. Cette fois, mon copain et notre petite seraient du voyage! Après y avoir passé quelques jours, on prendrait un vol pour retourner en Italie, peu importe où. Se laisser porter au gré de nos envies du moment et de l’odeur de pizza, de vivre d’amour et d’eau fraîche, sans penser à rien, vivre la Dolce Vita, quoi.

 

Mariève ❤ 

Une vente de garage a un jour, au début de l’adolescence, mis sur mon chemin un livre de Barbara Woods. Cette lecture a fait germer en moi des images de l’Afrique, plus particulièrement de la région entourant le Kilimandjaro. Plusieurs années plus tard, ces images sont persistantes, d’autant plus que ce voyage idéal se précise. Au-delà de la découverte, le défi s’est ajouté au plan: le Kilimandjaro, cette montagne mythique représente pour moi un but à atteindre. Le dépaysement, la nature et l’immensité attendront encore quelques années, et malgré les nombreux endroits présents dans mes désirs de découverte, celui-ci demeure le numéro un d’une liste interminable!

 

Jenny ❤ 

J’avoue être fascinée par l’île de Pâques et ses gigantesques moais, mais ce n’est pas demain la veille que j’irai y faire un tour. Les voyages, ça relève plus du cauchemar que du rêve pour moi. La découverte de l’inconnu, les chocs culturels, le dépaysement, je laisse ça aux autres pour l’instant. D’ailleurs, je n’ai encore jamais pris l’avion et, honnêtement, je ne suis pas particulièrement pressée de vivre mon baptême de l’air. Le jour où je me déciderai à le faire, j’atterrirai certainement dans l’une des destinations touristiques les plus prisées d’Europe. Paris ou Rome, peut-être, même si c’est ultra cliché. Je sais déjà qu’à peine arrivée, j’aurai sans doute hâte de rentrer au bercail, bien cozy dans un environnement qui m’est familier.

Crédit : Giphy

 

Pascale ❤

Mon voyage de rêve ? Beaucoup trop difficile d’arrêter mon choix sur un seul endroit. Assurément une destination chaude à proximité d’une source d’eau. Un endroit de sérénité où développer ma pratique de yoga et méditer. Où les paysages te prennent au ventre tellement ils semblent irréels. Où il est possible de vivre un dépaysement et une immersion culturelle totale. Où les découvertes culinaires sont à l’honneur. Où les murs sont imprégnés d’histoire et où les animaux gambades gaiement dans le décor. Qu’on se le dise, ça prend des animaux ! La Birmanie peut-être, ou encore la Nouvelle-Zélande, ou la Grèce, ou l’Indonésie, ou…

 

Vanessa ❤ 

J’ai voyagé beaucoup et en même temps pas assez. J’ai visité des pays, des cultures, des moments, des passions, des saveurs, des expériences, mais jamais ce n’était assez. Encore aujourd’hui, j’ai ce goût sucré de voyager dans la bouche et je suis présentement en train de planifier ma prochain escapade. Un rêve peut devenir facilement un but et puis un projet, il suffit d’une pincée de sel de motivation, de 2-3 litres de débrouillardise et ça peut décoller. Mon présent projet est celui de faire toute la côte Ouest du continent américain: soit de l’Alaska à la Patagonie, plus précisément à Ushuaia, terre de feu, jolie demoiselle. Le tout sera fait avec une van, qui sera transformée en petite maison mobile confortable, dès cet été. Et vous, quelle sera votre prochaine motivation (destination)?

 

Anne-Sophie ❤ 

Il y a plus de dix ans que je le dis: un jour, j’irai en Australie. Et pas n’importe quand: en janvier, pour assister au premier Grand Chelem de tennis de l’année. Je visiterai Sydney, Melbourne, Hobart, et je ferai le roadtrip de ma vie le long des côtes, pour voir l’océan. Si j’ai vraiment du temps, j’irai en Nouvelle-Zélande pour me promener là où ils ont tourné Le Seigneur des Anneaux. Perchée sur un élégant destrier, je me prendrai pour Eowyn dans la bataille de Minas Tirith. Tant qu’à y être, je prendrai un avion jusqu’au Japon, et j’irai à Hagi -ce dont je rêve depuis que j’ai lu Le Clan des Otori. Je boirai du thé dans de jolies tasses sans anse. Je baragouinerai les quelques mots que j’ai retenus de mon cours de japonais. Je regarderai l’océan (encore). Me reste juste à gagner au 649 pour pouvoir y aller.

 

Michèle ❤ 

Comme plusieurs louves, je rêve depuis longtemps de l’Italie, entre autres pour aller me gaver de pâtes aux tomates et de gelato. Comme c’est un voyage que j’aimerais faire avec l’être aimé, il ne me reste plus qu’à tomber en amour!  À l’inverse, il y a un projet qui me trotte dans la tête depuis un certain temps, celui de faire mon premier voyage seule comme une grande. Un plan qui me fout un peu beaucoup la chienne en même temps qu’il m’attire! Je pense souvent à la Croatie ces temps-ci… Et bien sûr, il y a tellement de pays en Asie qui me font de l’œil!

 

Laura ❤ 

Voyage de rêve ou rêve de voyage? Je n’ai pas vu beaucoup de pays. Je ne demande que ça! Je rêve de ciel bleu, d’eau turquoise, de couchers de soleil roses, de sable blanc, de feuilles de palmier vertes, je veux en voir de toutes les couleurs, mais dites-moi que je ne rêve pas en couleurs! Mes deux derniers voyages se sont faits dans le froid, l’humidité et la neige, j’ai gravement besoin de chaleur, de plage et de soleil. Maintenant que je sais ce que je veux, je le veux avec qui? La réponse est simple : mon amoureux et ma fille… (profitons-en tandis que c’est encore gratuit pour bébé!) Et on va où ? Une « cabina » au Costa Rica, une villa en Toscane ou une « pousada » au Brésil! Emmenez-moi! On part quand? Je ne vous cacherai pas que ma patience envers cet hiver trop long commence à s’effriter et que ma face aussi blanche que ma cour réclame une urgente dose de vitamine D! C’est sous cette inexorable influence que je partirais demain matin, crème solaire en main!

 

Et vous, votre destination de rêve, c’est quoi?

La meute

Un projet béton !

29 Mar

Depuis longtemps, je suis intriguée par le béton.  Chez mes parents, une poche de béton a toujours trouvé sa place près de l’établis dans le cabanon, comme si c’était un incontournable, un peu comme de la gelée de pétrole… on en a tous, mais on l’a « juste au cas »… Au cas où quoi ? Que les escaliers du perron s’écroulent, que le solage se fissure, qu’une envie de créer un trottoir nous vienne en tête?

Bref, j’ai toujours pensé que le béton servait à des projets de grande envergure. Jusqu’à ce qu’une amie recherche résolument des poignées en béton afin de renipper une vieille commode aux allures plutôt simples, voire ennuyeuses, en un meuble avec du caractère. Ne reculant devant aucun projet, j’ai levé la main bien haut en me portant volontaire pour remplir son mandat. Je me suis lancée à tête baissée, sans vraiment m’y connaître sur l’univers entourant le béton. J’ai fait aller mes petits doigts sur Pinterest, un peu désinvolte. Au bout de quelques minutes, mes yeux pétillaient d’émerveillement, j’avais épinglé une TONNE d’idées sur mon tableau DIY et je voulais me partir une fabrique de projets béton! Ma première expérience avec ce procédé m’a fait déchanter; le béton ne séchait pas assez rapidement à mon goût et se réduisait peu à peu en miettes. Bref, j’ai eu mon lot d’embûches, mais après avoir attentivement écouté les recommandations de mon quincailler, je peux vous dire que maintenant, le béton n’a plus de secret pour moi, même qu’on s’aime.

 

De ce pas, je vous présente ce DIY qui ajoutera certainement une touche industrielle à votre décor en plus d’être hyper abordable. Même si le béton est principalement utilisé en construction, il peut aussi bien trouver sa place dans un projet un peu plus délicat: laissez-moi vous le prouver.

 

Ce dont vous aurez besoin pour réaliser ce projet :

  • Poche de béton (5$ à la quincaillerie. Les chaudières de béton sont belles et pratiques, mais plus dispendieuses)
  • Colle à béton (5$ pour les projets plus délicats ou qui nécessitent plus de dureté)
  • Eau
  • Plat de plastique pour effectuer le mélange
  • Cuillère pour brasser
  • Contenant de la forme désirée servant de moule (idéalement ciré, comme les cartons de lait. Autrement vous pouvez appliquer une couche de gelée de pétrole à l’intérieur du moule pour faciliter le démoulage une fois le béton sec)
  • Ancienne poignée du meuble avec la vis qui y est associée
  • Papier sablé (pour adoucir et aplanir les rebords de béton)
  • Vernis mat (pour faciliter le nettoyage, car le béton est très poreux)

Étapes de confection :
* Il est important de réaliser ce projet à l’extérieur, car le béton est très volatile avant d’être mélangé à l’eau*

    1. Un bon moule servant de coffrage pour le béton est la clé du succès de votre projet. Pour ma part, j’ai fabriqué un cube avec une face manquante à partir du carton ciré d’une boîte de céréales. Il est important d’assembler tous vos moules avant de commencer à faire le mélange de béton.
    2. Dans un contenant de plastique, versez environ 3 tasses de poudre de béton.
    3. Ajoutez de l’eau et de la colle (en parts égales) à la poudre de béton. En ce qui a trait à la consistance, je vous recommande d’y aller à l’œil. Le commis de la quincaillerie comparait le résultat escompté à une belle bouse de vache… donc consistante, mais pas trop (pardonnez-moi pour la subjectivité).
      • *La colle à béton améliore l’adhésion et réduit la fissuration, d’où l’importance d’utiliser la colle dans la confection des poignées*
    4. Brassez de manière à obtenir un mélange homogène.
    5. Versez juste assez du mélange pour recouvrir le fond du moule.

 

  1. Déposez-y l’ancienne poignée du meuble en prenant soin de ne pas appliquer une trop grande pression tout en l’enfonçant un peu dans le mélange.
  2. Remplissez le reste du moule en tapochant doucement le moule à plat. De cette façon, les petites bulles d’air qui auraient pu se former disparaîtront.
  3. Une fois le moule rempli, lissez le béton près des rebords pour un résultat plus soigné.
  4. Laissez sécher au moins 24h (une fois bien sec, le béton aura blanchi. Soyez patient, les 24h d’attente sont vraiment nécessaires).
  5. Démoulez votre projet.
  6. Sablez les rebords de vos poignées pour des lignes plus douces.
  7. Appliquez deux couches de vernis sur l’ensemble de vos poignées.
  8. Installez vos poignées sur votre meuble et appréciez ce que vous avez réalisé !

 

   

 

Ce projet peut paraître ambitieux, mais n’ayez crainte, en prenant votre temps tout est réalisable.

Puisqu’il vous reste autant de béton, pourquoi ne pas vous laisser aller avec de nombreuses créations telles que des bougeoirs, des pots pour les plantes, des sous-verres… les options sont infinies. Le principe demeure le même, laissez maintenant aller votre créativité avec une touche colorée, des motifs originaux, des formes variées. Mais de grâce ne laissez pas une poche de béton à demi entamée dans votre cabanon. 😉

Et voilà, amusez-vous!

Lauréanne

Comme les snowbirds

23 Mar

Tels les retraités qui fuient les temps froids, j’ai eu la chance de m’envoler vers les States pour quelques jours de vacances en février (on remercie les meilleurs parents snowbirds qui nous ont reçus), malgré le taux de change et le personnage orangé qui ne donnent pas trop envie de s’y aventurer par les temps qui courent. 😉

South Beach

South Beach

Hallandale Beach

Le condo loué par mes parents pour la saison hivernale est situé à Hallandale, pas très loin d’Hollywood Beach.

Tu sais que la moyenne d’âge des gens qui habitent le bloc est plutôt élevée quand l’un des règlements de la piscine est «No diapers in the pool» et qu’il n’y a que des têtes blanches autour. 😉

Tu sais aussi que c’est très québécois quand il y une caisse Desjardins à quelques coins de rue!

La plage d’Hollywood Beach est assez bondée (un peu trop à mon goût), mais loin de moi l’idée de me plaindre à 27 degrés au bord de la mer en plein mois de février.

C’est agréable de se promener sur le broadwalk et d’y voir les commerces typiquement américains et les façades un peu défraîchies des condos et resorts. Disons que ce qui devait valoir une petite fortune il y a quelques années n’a pas toujours bien vieilli…

Et comment mieux terminer une promenade qu’en profitant du happy hour!

17274761_10154163201595806_1310797816_n

5 o’clock Somewhere Bar and Grill, Hollywood Beach

Haulover Beach Park

Situé dans le comté de Miami-Dade, c’est mon coup de cœur du voyage côté plage! Moins achalandé, on y entend peu l’accent québécois , le paysage est plus sauvage…

Une très belle piste cyclable borde aussi la plage et le parc, ça donnait envie d’y faire un petit jogging.

Haulover Beach Park

Haulover Beach

South Beach

Welcome to Miami! (merci Will Smith pour le ver d’oreille)

À une petite heure de route de Miami Beach, nous n’avions pas le choix d’aller nous prélasser sur le sable blanc de la fameuse South Beach. Bel endroit pour prendre un petit cours de surf également!

South Beach

South Beach

Nous avons aussi fait un petit tour du côté de Fort Lauderdale, en particulier pour la guacamole et la piña colada du Rocco’s Tacos & Tequila Bar.

Finalement, il y a pas mal de mouettes voraces sur les plages de la Floride, ça en devient un peu fatigant!

Semblerait que de recevoir la décharge d’une mouette sur la tête est un signe d’argent à venir. C’est arrivé deux fois à mes parents et la chance leur a souri deux fois au casino de Dania Beach. Caca de mouette + roulette est un bonne combinaison apparemment. 😉

L'accro de la roulette : @paulalt20 🎰

A post shared by Michèle Lemay Tardif 🍅 (@michelelemayt) on

Michèle

Saucette hivernale dans le fleuve St-Laurent

10 Mar

L’été dernier, je vous parlais de mon aventure sur le fleuve St-Laurent grâce au Défi Kayak de Jeunes Musiciens du Monde. Une aventure folle qui m’avait permis de découvrir une minuscule partie de notre Québec maritime. Début février, j’ai eu la chance de le voir d’une autre façon : en plein hiver, recouvert de glace.

 

Je connais pas mal déjà l’hiver québécois, notamment grâce à mon travail au Pentathlon des neiges. Mais depuis l’an dernier, l’un de mes collègues me parlait souvent de sa passion : le canot à glace. Bien que vaguement au courant de ce sport très particulier propre au Québec, je n’avais aucune connaissance particulière à ce sujet. Je me disais que c’était sensiblement comme le kayak de mer ou le canot… mais en hiver! Oh mon Dieu que j’étais dans le champ!

 

D’abord, un peu d’histoire. Il y a plus de 100 ans, le canot à glace servait à la livraison du courrier, sur l’axe rive sud/rive nord de Québec. Les compétitions de canot sur le fleuve font encore écho de ce passé pas si lointain, en donnant pour objectif aux canotiers de ramener une poche de courrier identifiée à Poste Canada sur la terre ferme. J’aime beaucoup ce clin d’oeil! Eh bien, on apprendra à nos dépens que ça semble beaucoup plus facile dans les faits historiques…

 

Crédit photo : Facebook de Canot à glace Québec

 

Par un beau samedi matin, notre guide Ambroise nous donne rendez-vous au Bassin Brown à Québec pour nous préparer à une sortie sur le fleuve. Le mercure affiche -21 degrés, pas si mal pour un 4 février. On s’habille comme pour une sortie de ski de fond, sans trop savoir ce qui nous attendra. Après un cours d’histoire et conseils de base pour la sortie sur l’eau, vient l’heure de s’équiper.

 

Bas de néoprène, botte de néoprène, pad de DEK hockey et crampons lacérés aux pieds, notre groupe de joyeux lurons un peu nerveux commence par pratiquer sur la terre ferme.

Transitions, sorties des rames, rentrée des rames, plus vite!

 

La trippeuse de sensations fortes et d’eau que je suis est assez stressée de ce qui l’attend. Serai-je assez en forme? Vais-je prendre un bain glacé? Pas le temps d’y penser plus longtemps, on part à la trottinette vers le St-Laurent, intimidant et grandiose.

Après une entrée dans l’eau rapide et chaotique, nous voilà à la rame, déjà chargés d’adrénaline et époustouflés de ces quelques minutes sur la neige et la glace. Chose importante à savoir : vos pieds prendront rapidement un bain dans le fleuve. Mais vous ne sentirez même pas le froid! Merci au néoprène.

 

La première fois que nous affrontons les glaces, sous les ordres de notre barreur (le capitaine, genre), nous sortons de notre banc pour partir en trottinette. Un pied en dedans, un pied dehors. Il n’a fallu que 3,2 secondes pour que mon genou glisse sur la bordure glacée du canot et que mes fesses (celles-ci, pas entourées de néoprène) tombent direct dans l’eau. Une belle trempette à vitesse éclair! Mes réflexes pas si pire aiguisés m’ont permis de m’accrocher l’autre partie du corps au canot. Pas le temps de réfléchir, nous étions déjà repartis plus rapidement sur les glaces.

 

QUE D’ÉMOTIONS. En 2 heures, nous avions traversé le fleuve, j’ai donné tout le jus que j’avais dans mon petit corps, à avoir la jambe qui shake en titi. Les glaces qui bougent à vitesse grand V, c’est impressionnant, comme un immense tapis roulant. Les marées du fleuve St-Laurent sont quelque chose de vraiment magique et unique au monde, les seules qui s’inversent en une seule journée. Hallucinant! Nous avons pu apprécier ce spectacle, avant de devoir concentrer toutes nos énergies à ne pas tomber dans l’eau et surtout, à durer le trajet de retour. En effet, après un petit sandwich pris sur la banquise, le vent dans la face, nous repartons en sens inverse, vers le nord.

Petite vidéo tournée cet hiver par la BBC lors d’une visite à Québec :

Bien que frigorifiée à la fin de notre ‘’balade’’, j’étais réellement fière de m’être sortie de ma zone de confort autant que ça! Mon chum et moi, on en parle encore tellement c’était fou et inattendu.
Je vous encourage à tenter l’expérience! Chez Les Rockalouves, on est des trippeuses qui aiment essayer toute sorte de choses et je vous jure qu’en nous écoutant, vous en sortirez un peu plus folles, mais un peu plus émerveillées. 😉

 

Merci encore à notre Ambroise national d’avoir organisé cette sortie et longue vie au canot à glace!

Laurie-louve

 

1-2-3 Les petits cubes de bois

10 Fév

Bienvenue à notre nouvelle louve, Lauréanne! Elle nous prépare beaucoup de beau DIY facile à faire à la maison et qui surprendront toutes vos amies. Ready?

 

Aussi loin que je puisse me rappeler, je n’ai jamais fait de listes de cadeaux. Pas parce que je n’avais aucun désir, bien au contraire le catalogue Sears de Noël regorgeait d’une tonne de merveilles, je voulais plutôt me laisser surprendre. Surprendre par quelque chose qui venait du fond du cœur, qui avait été pensé, choisi, déniché par une personne qui avait pris le temps.

Je me donnais également ce défi d’offrir quelque chose fait à la main, bricolé avec tout l’amour du monde. Mais rapidement, le temps est devenu une denrée bien rare avec les études qui occupaient une place omniprésente dans ma vie. J’ai dû mettre en veille une partie de moi. J’aimais apprendre, certes, mais il y avait toujours une partie de moi qui avait besoin de laisser aller sa créativité, troquer un peu le côté le cérébral de la chose contre l’inspiration du moment.

Comme la vie fait bien les choses, peu de temps après la fin de mes études, une petite poulette a trouvé son nid dans le doux confort de mon bedon. Mon travail m’a permis de me retirer plusieurs mois avant la naissance de mademoiselle. J’avais donc du temps devant moi pour bricoler avec tout l’amour du monde une chambre, un univers sur mesure pour notre fille. J’ai opté pour une déco pratique, intemporelle, qui évoluerait et s’adapterait au gré du développement d’Olivia et surtout qui était faite par moi, pour elle.

img_3783

Préambule terminé, voici un de mes projets simples à confectionner, même pour les moins manuels de ce monde…les petits cubes de bois. À mon avis, cet incontournable pour enfant s’inscrit également dans un style de vie minimaliste. Ce matériau noble, durable a tout ce dont il faut pour réaliser un jouet des plus éducatifs (clin d’œil à madame Montessori), solide et esthétique.

 

Ce dont vous aurez besoin pour réaliser ce projet :

  • Baguette de 2x2x8 de bois de construction (J’ai choisi le pin comme essence de bois parce qu’il est léger pour les petites mains des enfants et pas trop noué ou nervuré)
  • Modpodge ou vernis à base d’eau (À la quincaillerie, demandez conseil pour un vernis qui est baby friendly)
  • Papier sablé à grains fins ( entre 120-220 grains)
  • Pinceau mousse
  • Pinceau fin
  • Peintures acryliques
  • Pochoir (lettre, chiffre, motif)
  • Papier Scrapbook

 

Étapes de confection

  1. Marquer votre baguette d’un trait de crayon à tous les 1,5 » (assurez-vous simplement que chacune des arêtes de votre cube soit de la même longueur)
  2. Couper à l’aide d’une scie (si vous n’êtes pas à l’aise de le réaliser vous-même, faites appel, comme moi, à votre papa, votre chum, votre ami ou demandez tout simplement à un commis de la quincaillerie de tailler pour vous votre baguette de bois pour quelques dollars supplémentaires)
  3. Sabler les arêtes du cube et les coins avec un papier sablé de manière à ce que l’enfant ne se blesse pas avec les coins.
  4. Épousseter les blocs pour éviter qu’une fine poudre de sablage demeure sur le cube lors du vernissage.

 

img_3780

 

Vos cubes sont fins prêts !! C’est alors que la créativité entre en jeu.

 

Vous pouvez découper des papiers à motifs de la grandeur de la face du cube, de petits carrés que vous collerez avec le Modpodge. Vous pouvez également apposer un pochoir sur lequel vous tamponnerez avec votre pinceau mousse la peinture de votre choix. Vous pouvez également regrouper quatre ou six cubes ensemble et dessiner un animal ou une fleur, par exemple, de manière à réaliser un casse-tête. De cette façon, vous obtiendrez six casse-têtes pour votre tout-petit.

Une fois votre œuvre d’art terminée, il suffit de fixer le tout à l’aide d’un vernis ou de 5 couches de Modpodge.


cube 
cube-2

Si vous êtes comme moi et qu’une panoplie de petites bedaines poussent autour de vous, cette fantaisie peut également servir de cadeau de naissance ou être une activité en soi lors d’un shower pour bébé. Un large éventail de possibilités s’offre à vous, suffit de prendre un peu temps pour les réaliser.

Et voilà! Amusez-vous!

Lauréanne

Enregistrer

Enregistrer

La fois où j’ai vécu la méthode danoise du « HYGGE » à Londres.

2 Fév

Ce soir-là de décembre, j’étais dans mon bain. Je sais, encore. Je lisais enfin  le  livre du  HYGGE   de Meik Wiking. On y parle de chandelles allumées, de luminaires, d’amitié, de bouffes réconfortantes, de vêtements, de musique pis de voyages. Pis là, j’ai eu envie, vraiment envie,  de visiter Copenhague, pis après Stockholm. Deux jours plus tard, mes billets d’avion pour Londres étaient réservés. J’irais « mieux vivre la méthode danoise » avec mon Londonien / Beauceron préféré en janvier.

 

e4187408-8f2f-42f3-9e28-b129291edd45

Fin de journée à Londres, près de Trafalgar Square

« Passer du temps avec les amis proches »

Je partais seule, mais j’allais visiter les meilleurs locaux. Jean-Michel, le voisin de la Beauce, celui que j’allais chercher tous les matins avant de prendre l’autobus. Celui avec qui je m’amusais à prendre le thé d’après-midi et faire des chorégraphies sur « Do You Believe in Love » de Cher. On avait 13 ans. Je savais que je  passerais du bon temps avec lui et son mari, Fernando.

 Nos 3 moments «HYGGE» de la semaine

  • Les bouffes parfaites aux restaurants ( Berber and Q Shawarma Bar dans Exmouth Market pour goûter le Moyen-Orient et Dishoom dans Shoreditch pour savourer  l’indien)
  • La soirée « on commande du coréen ( On the Bab- Koreen Street Food ) et on écoute un film »
  • La fois où Jean-Miche m’a offert de la mise en plis dans le salon de coiffure de Fernando. (ESHK) Se faire jouer dans les cheveux  à Londres quand tu passes ta semaine avec une tuque sur la tête ce n’est pas désagréable. Encore merci mon ami.
3EDF151F-49E6-4153-9260-623ADF2E11D0.jpg

« On the Bab- Koreen Street Food »  Une fois au restaurant et une fois à la maison 🙂

 

05a35fdb-7055-4481-bc38-59e8e9b6f59d-1

Mes hôtes / guides / locaux préférés

Mon moment le plus « HYGGE » du voyage au Pub The Castle Islington

Je vous le résume en une publication sur les réseaux sociaux qui veut toute dire :

« La fois où les cousines décident de visiter la même ville, la même semaine et sans le savoir. L’histoire d’une soirée parfaite avec un pubquiz, un peu de bière, une Roumaine, des leggings, du HYGGE, pis un fan des Saisons de Claudine. Londres, on t’toujours autant. »

Cette nuit-là,  je n’arrivais pas à dormir tellement j’étais heureuse, sans souci et remplie d’amour. Je vous le jure.

bbab159d-11d9-4adc-a1c9-cfecc3d564bd

Cette soirée…

Et il y a tous les autres moments  où il y avait « réconfort de l’âme » en « passant par l’absence de contrariété » parce que c’est aussi ça le « HYGGE ».

a724755d-cc21-4fdc-8482-717501534eb3

Crate Brewery

 

5d6cf2df-29a5-4452-a715-4b002ef60024-1

Victoria Park

 

56790f0c-c692-49dd-a770-b399a7953ce0

Tiens, le Big Ben

Un peu, beaucoup de musique

J’ai eu envie de mettre une trame sonore à mon voyage. Une musique lente. Il s’appelle Gregory Allan Isakov. Un ami me l’a fait découvrir une semaine avant de lire son nom dans mon livre du « Hygge. » Il n’y a pas de hasard. J’étais déjà amoureuse de cet artiste.

e98f6dc0-bfc2-42b0-ae5a-30505a3f7f43-1

Je pense que j’étais en train de me  dire « Londres, je t’aime »

Je n’étais pas à Copenhague, mais j’étais à Londres et câline que j’aime cette ville. J’y suis revenue le cœur léger et prête à me rappeler de tous ces moments «Hyggeligt » quand tout ira un peu moins comme sur un nuage.

Sarah

Les chaleurs du Nord

27 Jan

Alors qu’il tombait l’équivalent de deux hivers en neige et en verglas sur le Québec, l’amoureux, Minie et moi étions partis nous geler dans le Grand Nord canadien. Je sais qu’habituellement les Québécois prisent davantage les destinations soleil pendant les vacances de Noël, mais pourquoi faire comme tout le monde?

Et qui a dit que le Yukon n’est pas une destination soleil? Bon ok il a fait froid… je dirais plus frette! Avec une moyenne de -30, les combines sont indispensables à ta garde-robe, les « hotpads » deviennent tes meilleurs alliés et les grosses Sorel prennent la place de la petite botte cute de chez Aldo! Au lieu d’apporter six maillots de bain, j’ai plutôt mis une dizaine de paires de bas de laine dans ma valise! Oui, il a fait froid, même les arbres ont revêtu leur plus beau manteau de givre, mais le soleil ne m’a jamais fait autant d’effet, pas pour sa chaleur mais pour sa lumière. Au Yukon, au mois de janvier, il y a environ cinq heures d’ensoleillement, c’est très peu mais ô combien satisfaisant. Le soleil du nord, c’est un soleil de 16h, un soleil bleu, puis jaune, puis orange, puis rose, un soleil bas qui se pointe le bout du nez à travers les montagnes, comme une cerise sur le sundae, un soleil qui réchauffe les joues rouges et fait fumer la Yukon River, un soleil qui fait briller la neige et les yeux de ses habitants pour en faire du monde fier.

16251145_10154776638920575_9527833_o

Aux abords de la Yukon River, Whitehorse. Crédit: Eric Robitaille

Je n’ai jamais autant respiré l’hiver que pendant ces deux semaines. Ce qu’il y a de mieux à faire à Whitehorse à ce temps-là de l’année, c’est bien de profiter de monsieur soleil. Une journée sans aller dehors, c’est un peu comme s’asseoir dos à l’écran de cinéma. Pourquoi tu ferais ça? Pourquoi tu dirais non aux montagnes grandioses qui t’entourent et à la rivière qui s’y fraie un chemin?

Un roadtrip vers Skagway en Alaska dévoile une route enneigée entre les Rocheuses qui laissent passer une douce lumière pastel. Skagway est un petit village portuaire complètement désert pendant la saison froide. Un vrai Far West du nord avec des trottoirs en bois, une locomotive arrêtée sur la track derrière le magasin général, des boutiques qui vendent de l’or (du vrai) et le son du vent qui s’infiltre entre les bâtiments.

skagway

Port de Skagway, Alaska Crédit: Eric Robitaille

Une randonnée sur la Upper Canyon Trail avec l’amoureux et la Minie en portage m’a fait réaliser qu’il n’y a pas que le sable, la plage et les pina colada qui relaxent. Après 4 km de bonheur, les pieds au chaud avec mes semelles d’alpaga, mon sandwich gelé et la vue sur mon chum et ma fille devant le reflet brillant et fumant du soleil dans la Yukon river, le voilà qu’il me demande : « T’es heureuse combien sur cent ? ». Mon cœur a fondu à -20. J’étais heureuse.

16196658_10154776631090575_379787304_o

Le ciel bleu de Chadburn Lake, Whitehorse. Crédit: Eric Robitaille

 

La famille. C’est la famille de l’amoureux qu’on est venus voir ici. Cet après-midi qu’on a passé à la cabine, petit chalet rudimentaire. Deux heures de route bleue pour s’y rendre. Stationnés sur le bord de la route, on sort nos sacs qui contiennent notre lunch, on se monte le foulard jusqu’en-dessous des yeux puis on part. Une demi-heure de marche à -30 en sentier pour arriver aux abords d’un lac. Un lac pas très grand, le Rainbow Lake, mais un lac qui porte merveilleusement bien son nom. Les rayons du soleil dans nos faces rouges nous en font voir de toutes les couleurs. On traverse le lac gelé sur les traces de motoneige en direction du chalet. En arrivant, on chauffe le poêle à bois, on se cuisine de la soupe et des grilled cheese directement sur la fonte chaude, on sèche nos bas puis on prend le temps de se regarder dans le blanc des yeux pour imprimer ce moment-là dans nos têtes. Sur le chemin du retour, en plein milieu du lac, on s’arrête pour regarder autour de nous. Le ciel est rose-orange, les montagnes nous encerclent, on se sent tellement petits au milieu de ce lac-là, on est comme pris en otage par le paysage. Ça fait qu’on est juste bien.

rainbow-lake

Rainbow Lake et sa lune, Haines. Crédit: Eric Robitaille

Finalement, le froid du Yukon, ça fait autant de bien à l’âme que la chaleur de Cancun. Le froid, ça réchauffe les cœurs.

Les incontournables de Whitehorse:

Une boutique: The Collective Good

Un petit café: Baked

Une randonnée: La Upper Canyon Trail de Chadburn Lake

Une envie de bouger: Canada Game Center

Une sortie de famille: Yukon Wildlife Preserve 

Une soirée en amoureux: G & P steakhouse

Une bonne bière ou plusieurs : Les microbrasseries Yukon Brewing et/ou Winterlong

Un besoin de plus d’idées : Les employés sympathiques de l’office touristique

 

Ça vous donne le goût, non? Bonne rêverie hivernale ❤

Laura

Sept idées cadeaux pour Monsieur

7 Déc

Faites de votre éternel « amoureux-ado » le gentleman de vos rêves grâce à la boutique V de V. Comme moi, vous aviez l’habitude d’arrêter y fouiner régulièrement pour renouveler vos coussins ou acheter une 1001ème bougie? Sachez que vous pourrez plaire à l’homme de votre vie aussi!

V de V est une boutique qui offre une sélection complète et variée d’articles de maison de style vintage et industriel. Pile poil sur les tendances, cette boutique chouchou du boulevard Saint-Laurent à Montréal offre des produits originaux à des prix accessibles pour tous.

Même mon petit chum? que je vous entends dire… Même lui, oui.

Sept idées cadeaux pour l’homme

1 – Le porte-document de grande personne

Mallette DAVID - Matt&Nat

Mallette DAVID – Matt & Nat

Il sera à tomber en se rendant au boulot avec cette mallette tout simplement ma-gni-fi-que! Le plus beau dans tout ça? Vous pourrez l’emprunter sans vous gêner. 😉 S’tun véritable win-win.

  • Prix : 180$
  • Détails ici (disponible en ligne)

2 – L’étui d’ordinateur du parfait gentleman

Étui d'ordinateur Gentlemen Hardware

Étui d’ordinateur – Gentlemen Hardware

L’ordinateur de votre petit chum est malmené, disposé sans ménagement dans un grand sac à dos?  Vous savez qu’il a mis la plupart de ses économies pour s’offrir ce petit bout de technologie. Ajoutez un zeste de responsabilité à l’élu de votre cœur (lol) avec cet étui d’ordinateur portable des plus classe!

  • Prix : 66$
  • Détails ici (disponible en ligne)

 

3 – De la cire pour les souliers de grande journée

13321_73177_

Cire à chaussure – Gentlemen Hardware

Un cadeau dépassé? Pas du tout! Prendre soin de ses souliers = en acheter moins. Vous le gagnerez tout simplement en disant cette phrase magique. 😉

  • Prix : 34$
  • Détails ici (disponible en ligne)

4 – Service à whisky version grown up

12389_1451

Service à whisky 7 morceaux

Votre amoureux commence à flirter avec le scotch, mais vous grincez des dents chaque fois qu’il offre un verre à ses amis dans une tasse IKEA? Voici le cadeau idéal pour parfaire votre petit bar et vous sauver un rendez-vous chez le dentiste!

  • Prix : 34$
  • Détails ici (disponible en ligne)

5 – La trousse du parfait cycliste

10812_13644

Trousse de réparation vélo – Gentlemen Hardware

Avec un gars, y’a jamais de problème. Une crevaison en vélo au milieu de la nuit? Pas grave, on va rouler pareil! Rassurez votre cœur d’amoureuse en lui donnant une petite trousse, vraiment jolie, pour se sortir de l’embarras lors de ses déplacements quotidiens.

  • Prix : 28$
  • Détails ici (disponible en ligne)

6 – L’enseigne lumineuse pour cinéphile

16324_cinema_02

Lampe cinéma

Parfait pour le cinéphile! L’ensemble comprend une centaine de lettres. Il pourra soit vous surprendre avec un message d’amour (you wish), soit vous écrire des niaiseries… Mais au moins ça pourra servir à agrémenter votre salon-cinéma.

  • Prix : 60$
  • Détails ici (disponible en ligne)

7 – Ensemble de manucure pour homme

13262_73170

Ensemble manucure – Gentlemen Hardware

Vous êtes tannée de voir votre coupe-ongles disparaître pour ne jamais revenir? Offrez-lui cette trousse et faites-vous plaisir du même coup! Un beau cadeau de bas de Noël.

  • Prix : 42$
  • Détails ici (disponible en ligne)

 

Sur ce, peu importe où vous êtes, visitez la boutique en ligne V de V ou encore rendez-vous sur place, vous verrez ce n’est pas les options qui manquent!

Boutique V de V : 5042, boul. Saint-Laurent, Montréal, QC, H2T 1R7

Bon courage pour votre magasinage des Fêtes! 😉

Karyan

Billet commun : Vive Noël!

1 Déc

Qui dit décembre, dit Noël! Et qui dit Noël, dit maisons illuminées, sapins décorés, buffets à volonté et autres traditions que l’on ne changerait pour rien au monde. Pour patienter jusqu’au fameux 25 décembre, la meute vous présente ses traditions de Noël préférées.

 

giphy_ggsnow

Anne-Sophie ❤

Ce que je préfère de Noël, c’est la bouffe. Les beignes préparés par ma mère, les sandwiches-pas-de-croûte, les mille et un desserts qui s’étalent sur la table décorée aux couleurs des Fêtes, les pâtés à la viande qui embaument la maison en entier, et les petites saucisses roulées dans le bacon qui, même quand j’en fais cuire le reste de l’année, “sentent Noël.” Il n’y a rien de plus agréable que de finir de déballer les cadeaux en pleine nuit et de se bourrer la face ensuite! 😉

Laurie ❤

On m’appelle la grande nostalgique, parce que je suis tellement accrochée aux traditions, aux petites choses spéciales auxquelles on a tellement hâte, année après année. Avant, c’était clairement la décoration du sapin avec ma maman, de la musique de Noël aux oreilles. L’évolution de cette tradition, depuis 3-4 ans, c’est la cueillette du sapin de Noël en famille, avec ma soeur, mon beau-frère, mes parents, mon amour et Zara ma goldendoodle (et dorénavant mon neveu d’amour Léonard, pour son premier Noël!). Mes parents possédant partiellement une plantation de sapins de Noël, nous avons la chance unique d’aller nous promener, un beau dimanche de décembre, et de choisir nos arbres. Quel bonheur!

Giphy

Giphy

Camille ❤

Dans ma famille on ne réveillonne pas (O-M-G!)… Mes deux parents sont musiciens professionnels et le 24 décembre au soir, c’est le marathon des « messes de minuit » ! À 1h30 du matin, lorsqu’ils reviennent d’une soirée de travail qui a commencé à 16h, c’est direction dodo. Ainsi, chez nous, on déballe les cadeaux le 25 au matin. On s’installe autour du sapin avec nos pyjamas, un bon café, une TONNE de viennoiseries et on déballe les cadeaux en se goinfrant de pâtisseries. Noël, dans ma famille, ça sent le café frais et les chaussons aux pommes. 🙂

Michèle ❤

À chaque année, le temps des Fêtes est une véritable retraite familiale. On se retrouve (une vingtaine de personnes) dans un chalet où on partage les bons repas, les 1000 desserts, les jeux, le spa, le vino, etc., pour quatre jours. Ce que j’aime, c’est qu’il n’y a pas de moment spécifique pour célébrer: Noël, c’est tous les jours du 23 au 27 décembre. C’est un cadeau inestimable, je me considère pourrie-gâtée! Merci à mes parents et à la familia! 🙂

Vanessa ❤

Dans ma famille, c’est le party. Un party de sous-sol assez cool pour que les voisins tolèrent le bruit. De la course de la patate dans le bas de nylon à l’origami corporelle pour ramasser le dernier petit boutte de sac brun au sol, les jeux classiques sont au rendez-vous. Vol de cadeaux, déguisements, jeux de société et verres sans fond sont de la partie. Reste que, ma partie préférée est définitivement le 25 au matin, où mon père est debout depuis trop tôt pour servir le premier service de café et que ma mère nous lance presque nos bas de Noël remplis de Kinder Surprise en plein front. La remise de cadeaux est la partie la plus surprenante. Mais hey, il ne reste que 25 jours avant noël!

Pascale ❤

Comme une majorité de familles québécoises, nous débouchons quelques (voire plusieurs) bouteilles pendant la soirée. Ce qui résulte en un pas pire grand sleepover aux petites heures (avancées) du matin. Ce que je préfère, c’est le lendemain de Noël. Lorsque dans nos plus beaux pyjamas, le nez froid et les yeux bouffis, mais au même moment tellement reposés, l’on mange les restes de la veille pour déjeuner, le tout accompagné sans aucune trace de culpabilité d’un savoureux (ou deux !) café Bailey’s. Petite musique de Noël en arrière-plan, les enfants fascinés devant leurs nouveaux jouets et le bonheur d’être simplement là, ensemble. Le summum, terminer l’avant-midi devant un film de Ciné-Cadeau!

Giphy

Giphy

Jani ❤

Ma tradition? Les rigodons. Y’a rien de mieux pour se sentir joyeux. On disait pas que la bottine était souriante pour rien (tou toum tish). Ce genre de musique est étrangement tellement familier. Ces airs me rappellent aussi ma jolie grand-maman Claire. Avec toutes ses 90 livres (mouillés en plus), elle ne pouvait s’empêcher de danser. Pis en écoutant des rigodons, à part danser, la seule chose qui vous reste à faire, c’est cuisiner des petits pains fourrés. Choisissez. Pis si vous êtes chanceux, après vous allez peut-être écouter Maman, j’ai raté l’avion ou Le sapin a des boules. Pis si vous êtes VRAIMENT chanceux, vous allez terminer avec une bonne partie de Risk. Pis célébrer votre victoire en mangeant des Turtles.

Odile ❤

Je fête Noël le 24 au soir avec mes parents à Québec. Souvent, le 25 décembre, mon frère et moi, on ne sait plus trop quoi faire, alors, il y a de ça quatre ou cinq ans, on est allés boire des shooters Vodka-Pickle-Tabasco au Sacrilège. Vodka, cornichon et Tabasco, ça fait rouge et vert, ça fait Noël, tsé! Ça fait que, depuis cette fois-là, à chaque année, on va au Sacrilège à Québec le soir de Noël prendre des shooters avec pleins d’autres gens qui, eux non plus, ne sont pas en train de réveillonner une deuxième fois de suite avec leur famille élargie.

Sarah ❤

J’écoute de la musique de Noël depuis au moins deux semaines, je pense à ma robe des fêtes, aux décorations dans le sapin, mais il n’y a qu’une tradition à laquelle je tiens vraiment. Je suis incapable d’imaginer mon 24 décembre sans la Messe de Noël. Ce moment précis où je prends le temps de repenser à mon année et à la nouvelle qui approche. Les chants, les lumières qui s’illuminent toujours au même son d’orgue, les enfants costumés. C’est mon moment sacré. Après, les festivités et les « hosties de jeux plates », comme on se plait à les appeler chez les Moore, peuvent commencer. Joyeuses fêtes!
home-alone

Chaque famille a sa tradition pour Noël. Et vous, quelle est la vôtre?

La meute

DIY : des cartes et du chocolat, tout sauf classique !

27 Nov

Dans mon précédent billet, je vous parlais du temps qui manque à Noël, encore plus que pendant le reste de l’année. J’ai cependant quand même envie de vous proposer un DIY de Noël pas piqué des vers, qui vous permettra encore une fois d’allier temps de qualité en famille/entre amis et écoresponsabilité. Êtes-vous game?

 

J’avais envie cette année de faire moi-même mes cartes de Noël. De là, j’ai réfléchi à la manière dont les cartes qu’on offre pourraient aussi garantir un moment ensemble, dans un avenir rapproché, à ceux à qui la reçoivent. Vous voyez l’idée ? Alors, à l’aide de Chocolats Favoris, il m’est venu l’idée d’envoyer des fondues au chocolat à mes amies et ma famille… sous forme de cartes. C’est plate, vous pensez ? Pas du tout, et ça garantit quand même que le St-Graal du chocolat arrivera bientôt, avec vous en prime !

Crédit : Laurie Couture

Crédit : Laurie Couture

Le bricolage n’est pas ma force numéro 1… disons cela comme ça. Et je n’avais pas envie d’offrir une carte à ma maman qui lui rappellerait ce que je lui donnais en 3e année, AH! Donc, j’ai utilisé ma plus grande ressource : ma BFF Lauréanne <3. C’est une maître du DIY et du bricolage, une maîtresse des ciseaux et de la colle chaude, comme il ne s’en fait plus. Quand je lui ai parlé de transformer des emballages de palettes Chocolats Favoris en cartes, elle sautait presque de joie (OK, surtout moi en fait). Ça nous permettait surtout de passer une soirée ensemble à bricoler. Je vous le recommande !

Avec les emballages des tablettes de chocolat (pour vrai, la saveur Smores est folle!) et des bouts de carton, nous avons conçu un lot de cartes de Noël, dans lequel vous pouvez, comme nous, insérer la saveur d’une des tablettes de chocolat et inviter celui/celle qui recevra la carte, à manger une fondue au chocolat avec vous bientôt. Simple, efficace, économique et surtout agréable à recevoir. ❤

Crédit : Laurie Couture

Crédit : Laurie Couture

Étapes :

  • Déballer méticuleusement le chocolat de votre choix et conserver le chocolat (Psssst : on nous a dit que certains papiers seraient téléchargeables sur le site web de Chocolats Favoris, de quoi agrémenter votre DIY !).
Crédit : Laurie Couture

Crédit : Laurie Couture

  • Découper une fenêtre dans le carton d’emballage pour ne garder que la saveur du chocolat.

img_3156

 

  • Il ne reste qu’à laisser aller votre imagination pour le reste. Boules de Noël, sapins minimalistes, guirlandes… nommez-les ! Nous vous suggérons de coller la saveur du chocolat à l’intérieur de la carte, pour une belle surprise !

img_3185

 

 

Avouez que ça donne des cartes pas mal belles, en plus d’être sympathique à donner. Bon évidemment, je vous suggère de limiter le nombre de cartes dans ce genre, parce que ça va vous faire un peu beaucoup de fondue au chocolat dans les prochaines semaines! 😉  Mais hey, vous le méritez.

Joyeuses Fêtes et beaucoup de bon temps avec les gens qui vous sont chers. Après tout, c’est ça, l’important !

Laurie xx

Lancement du Club de Vin Chez Lavigne : l’expérience d’un 6e sens

25 Nov

Mardi dernier, j’ai eu le savoureux plaisir de me prêter au jeu des grands connaisseurs pour le lancement du Club de Vin Chez Lavigne, situé dans le quartier Saint-Henri. J’ai pu faire danser mes papilles et ma curiosité sur sept vins tous aussi intéressants les uns que les autres, ainsi que trois entrées salivantes. Je veux vous amener avec moi, le temps de mes mots, pour que vous puissiez vous aussi savourer ce que j’ai touché à l’aide de mes sens.

 

Accueillie telle une grande dame attendue (je mesure 5p8, mais là j’en mesurais au moins 6 et 4), on m’assoit à une table coquette avec d’autres blogueurs venus eux aussi tenter le raisin. Le temps d’attente avant que la soirée commence pour vrai est animé par un jeu de cherche trouve. Évidemment, le principal suspect est un vin, blanc, goûteux, fruité qui ne laisse pas prier le verre de vouloir se faire remplir à nouveau. Une dizaine de minutes passe, voire peut-être une vingtaine (on en oublie le temps lorsque le moment présent enivre), avant que le sommelier invité, Steve Beauséjour de chez Rézin, nous annonce que le vin mystère est un Québécois. Un Qué-bé-cois? Assez pour faire carrément tomber tous les préjugés qui auraient pu se bâtir autour d’une telle annonce.

Steve prend alors la parole. Il nous amène et nous ramène avec lui le temps de nous faire découvrir sa passion. « Qu’est-ce qu’un vin? Un retour en arrière », s’exclame-t-il. On découvre tout le talent et le temps mis dans la création du vin avant que celui-ci active une multitude de sensations en nous. Les gens présents boivent ses paroles en synergie avec le vin devant eux. C’est que le Club de Vin Chez Lavigne vise justement cette interaction intime entre un professionnel passionné et ses clients. Le principe est d’inviter un sommelier différent tous les mois pour permettre un transfert de connaissances passionnant. Simple, mais efficace et surtout accessible à tous.

Avouez, vous vous tortillez, là où vous êtes présentement, dans le métro, chez votre grand-mère, dans un travail d’équipe, votre lit peut-être, pour connaître ce que j’ai pu faire profiter mon corps en entier de. Bam:

15183858_1395241317182668_483603958_o

La soirée se dessine autour d’une thématique bien précise: des vins issus d’une agriculture biodynamique. La qualité de leur saveur ne fait aucun doute que chaque cépage a été influencé par sa propre histoire digne des aventures d’Indiana Jones. De la vigne qui se laisse bercer par la brise salée de l’océan à celle qui doit puiser sa source de calcium dans les profondeurs de la terre, tout est souligné par Steve Beauséjour, qui se fait un plaisir, à chaque vin dégusté de sa « carte blanche », de nous raconter ce passé. Une gorgée suffit pour vous transporter là où il veut que vous soyez.

15205783_1395241267182673_1684814679_o

Et la nourriture! Oui, bon, OK, ce n’est pas un secret pour personne: petite portion, mais avec une tonne de saveurs qui nous fait oublier notre gourmandise qui en voudrait encore plus. Je veux dire, chaque bouchée reflète la sélection minutieuse et l’expertise derrière elle. De toute façon, les projecteurs sont mis sur les vins goûtés et gloire à dieu, c’est bien ça le but du Club! Le fonctionnement est simple, mais efficace et surtout accessible à tous. Un abonnement, une dégustation instructive par mois, des rabais et plein d’autres petites attentions. De quoi rendre les foodies et amoureux des vins de tous les genres bien contents.

15205651_1395242467182553_670633963_o
Au fond, mais tout en surface, la soirée fut définitivement appréciée par les personnes présentes. Une soirée chaude dans tous les sens du terme qui nous a fait savourer l’expérience d’un sixième sens : le moment présent.

 

Chez Lavigne
4280 rue Notre-Dame O
Montréal, QC H4C 1R6
http://www.chezlavigne.com

Vanessa

Offrir du temps

20 Nov

Cette année pour Noël, j’ai envie d’offrir du temps. Nos vies sont effrénées, tous autant que nous sommes. Le temps des fêtes est un moment où c’est pire que jamais : party de famille, de travail, d’amis, de meilleures amies, de belle-famille… j’en oublie? On voudrait voir tout le monde, mais la vérité c’est que nous manquerons tous d’une chose à Noël : de temps.  Je sais, je sais, c’est facile à dire. Mais je crois avoir trouvé une solution : Chocolats Favoris.

 

Plus j’avance dans ma vie d’adulte (hé oui, je suis rendue là! Qui l’eût cru?), plus je me rends compte combien il est difficile de garde l’équilibre. Nous en parlons beaucoup sur le blogue, il n’est pas facile de se poser pour passer un bon et doux moment avec nous-mêmes et avec ceux qui nous sont chers. Tant de choses à faire, à voir… du boulot, des activités et la routine qui rime avec course infernale. Et donc, avec toutes mes nouvelles résolutions d’éco-responsabilité, d’acheter moins, mais d’acheter mieux et surtout, d’achat local, je cherchais un moyen d’offrir quelque chose à mes amis et les membres de ma famille avant Noël, qu’ils conserveraient pour un moment que nous passerons ensemble.

Crédit : Laurie Couture

Crédit : Laurie Couture

C’est à ce moment que Chocolats Favoris entre en ligne de compte ! J’ai découvert cette année les emballages de douceurs chocolatées à accrocher dans l’arbre de Noël de l’entreprise québécoise. De petites boîtes renfermant, par exemple, des bretzels trempés dans le chocolat blanc, ou noir, ou au lait… MIAM. Des petites boîtes toutes jolies qui viennent avec un ruban, qu’on attache et qu’on suspend à l’arbre. Et là, vous cherchez le lien hein…

Crédit : Laurie Couture

Crédit : Laurie Couture

Voici ma solution à tous vos problèmes de temps :

Vous pouvez aller livrer (ou faire livrer par la poste!) à vos amis une petite boîte dans laquelle vous aurez glissé un petit papier sur lequel vous indiquerez un moment à passer ensemble. Exemple : une promenade en raquette, un brunch, une tournée magasinage, un souper fondue, etc.  Ils pourront alors manger le contenu de la boîte, accrocher celle-ci dans leur sapin et le conserver pour Noël et même en janvier, lorsque le temps viendra. C’est ainsi une promesse que vous trouverez tous les deux le temps de vous voir, d’avoir du plaisir, de vivre un instant partagé. Puis disons que les boîtes chocolatées aident grandement à attendre ce beau moment! 😉

img_3170

Je trouve que d’offrir quelque chose qui se mange fait en sorte qu’on ne se trompe jamais. Sérieusement, qui n’aime pas manger et se gâter un peu dans le temps des fêtes ?

Dans un prochain billet, je vous parle aussi d’une autre manière de donner du temps chocolaté… j’ai déjà hâte !

Laurie-Louve xxx

%d blogueurs aiment cette page :