Archive | LIFESTYLE RSS feed for this section

Voyager seule, ou l’art de faire paniquer sa mère

16 Fév

Ta mère panique parce que tu envisages un voyage solo?  Loin de tout, mais à proximité des pires dangers?  Voici quelques astuces pour rassurer ton entourage sur la folie qui s’est emparée de ton cerveau inconscient et téméraire.

Lire la suite

Publicités

Simple simple

22 Jan

Température, sujet récurrent autour de la machine à café. Le nombre de journées trop froides pour les joues fragiles des petits s’est multiplié, entrecoupé par la pluie et la glace. Sortir, prendre l’air, c’est la santé, mentale et physique des petits et des grands. Par contre, quand Mère nature semble dérangée, quand une sortie à l’extérieur devient périlleuse, on oublie rapidement les projets plein air, malgré l’équipement qui semblait totalement adéquat.

Lire la suite

2018 l’année du règne végétal!

19 Jan

Si 2016 était l’année de la légumineuse, je crois que 2018 sera l’année du végétalisme. Cette tendance prend de plus en plus de place dans le monde alimentaire, que ce soit sur le menu des restaurants ou dans les étalages des épiceries. Et les motivations pour y adhérer sont nombreuses.

Lire la suite

DÉCOUVERTE LOCALE – Mélodie Laroche, ébéniste

12 Jan

Vers la fin de l’automne, j’ai eu l’occasion de découvrir le site web de Mélodie Laroche, jeune ébéniste d’ici dont le travail est absolument actuel. J’ai envie de vous parler d’elle car je trouve rafraîchissante l’idée de pouvoir se procurer toute une gamme de produits faits de bois, et tout de même passer à l’ère 2018 de façon tout à fait moderne. La noblesse d’un matériau comme le bois est incontestablement intemporelle. Ceci dit, on a souvent l’impression qu’il faut chiner des antiquités pour pouvoir apprécier le travail des ébénistes d’ici. On oublie peut-être, alors, qu’il y a heureusement encore (et de plus en plus !) plusieurs artisans jeunes et moins jeunes qui travaillent cette matière avec amour.

Lire la suite

Panem et circenses : De la tourtière et des jeux

23 Déc

Est-ce que je vous ai déjà dit à quel point j’aimais Noël? Il faut dire que j’ai la chance de pouvoir vraiment profiter de la période des fêtes avec mes deux semaines de congé. (Qui commencent aujourd’huiiiiii!!!!) J’aime tout (ou presque) de cette fête. Noël, c’est une belle occasion de passer du temps de qualité avec ceux qu’on aime, de manger une panoplie de plats délicieux, de faire plaisir aux autres, mais c’est SURTOUT le moment idéal pour JOUER!

Lire la suite

Découverte locale – Lena et Gabi

20 Déc

Chaque mois, je vous ferai découvrir un-e créateur-trice du Québec dont le travail est, à mon sens, remarquable et mérite d’être connu et reconnu ! Le talent chez nous est grand et on devrait toujours s’y arrêter en premier, quand on cherche à faire l’acquisition d’un produit original et de grande qualité !

Pour débuter ma collaboration au sein de la meute et pour terminer l’année en beauté, j’ai choisi de vous parler d’abord de la très chouette compagnie Lena et Gabi.

Lena et Gabi est donc une entreprise locale, qui fabrique et vend des accessoires durables pour toute la famille. À mon avis, ses tampons démaquillants sont vraiment géniaux: un réel incontournable à avoir sous la main. En plus d’être lavables et réutilisables, ils sont doux pour la peau et super jolis. Leur petit prix les rend accessibles et leur entretien est simple, ce qui fait d’eux une douce introduction pour quelqu’un qui hésite encore à prendre un virage « durable ». Pour mon prochain achat, je me tournerai vers les serviettes hygiéniques lavables. Je me sens prête à franchir ce pas, surtout parce que j’ai confiance en la qualité des produits offerts. D’ailleurs, quand j’ai voulu en savoir plus sur la compagnie, j’ai contacté Roxann, la fondatrice. Elle est très sympathique et c’est avec joie qu’elle a répondu sans hésitation aux questions que je lui ai posées pour vous.

Crédit photo : Lena et Gabi

Nom de la société : Lena et Gabi

Nom de la fondatrice : Roxann Vrydag

Qu’est-ce qui vous a poussée à créer ce type de produits ? Lors de mon congé de maternité, je cherchais ce que je pouvais faire pour pouvoir travailler à la maison avec ma fille et ne pas devoir retourner sur mon lieu de travail. J’ai commencé à confectionner des articles pour bébé, puis des accessoires pour porte-bébé. J’ai finalement trouvé ce que j’aimais faire, des produits durables pour toute la famille.

Quelle est votre clientèle cible ? Les femmes. La majorité de mes produits est destinée pour elles.

Quel est le produit que vous préférez personnellement parmi tous ceux que vous offrez ? Les tampons démaquillants ! Ils sont fabriqués avec des retailles de tissu. J’ai souvent d’autres artisanes qui m’envoient leurs retailles. Je redonne à mon tour à des créatrices de bijoux toutes celles qui sont trop petites pour mes besoins.

Quel est votre plus grand rêve pour votre entreprise ? De pouvoir continuer d’en vivre jusqu’à ma retraite !

Quelle information supplémentaire devrait-on vraiment connaître pour vous aimer encore plus ? Je suis infirmière de formation. Lena et Gabi, c’est une histoire de famille ! J’ai commencé l’entreprise pour pouvoir rester à la maison auprès de ma fille. Puis bébé 2, Alexie, est née. Je l’ai emmenée avec moi dans les salons alors qu’elle n’avait que trois semaines. Pendant les périodes de « rush », ma mère m’aide en découpant du tissu. Mon entreprise, c’est mon troisième bébé !

Crédit photo : Lena et Gabi

Je vous ai donné envie de magasiner des produits durables ? Vous pouvez trouver toute la sélection sur la boutique Etsy de Lena et Gabi et pourquoi ne pas la suivre aussi sur ses réseaux sociaux ?

Toutes les infos ici ↓

https://www.etsy.com/ca-fr/shop/LenaetGabi

Bonne découverte!!

Catherine D. 

C’est Noël pour tout le monde : Les traditions culinaires autour du globe

13 Déc

 

On célèbre Noël (ou autre célébration du genre) un peu partout dans le monde et il n’y a pas qu’ici que cette fête rime avec nourriture. J’ai donc décidé de donner à mon dernier billet de l’année une saveur culturelle.

Voici donc 10 mets traditionnels des Fêtes qui se dégustent autour de la planète :

Le Stollen

Pour commencer, allons en Allemagne où l’on cuisine le Stollen ou Christstollen. Dessert traditionnel du temps des fêtes des Allemands qui contient des fruits séchés, ce dessert ne date pas d’hier. Apparemment, on le cuisine depuis le 14e siècle.

Panettone

Le panettone est un classique que l’on connait bien ici et qu’on emprunte parfois à nos amis italiens.  Cette brioche italienne contient des raisins secs, des fruits confits et des zestes d’agrumes. Il existe plusieurs variantes de ce dessert. Si l’envie vous prend d’en cuisiner un, suivez  les conseils de notre ami Ricardo.

Photo by Jennifer Pallian on Unsplash

DjenKoumén

Cette pâte rouge à la texture ressemblant aux patates pilées est un repas traditionnel des fêtes au Togo.  À base de farine de maïs, d’oignons et de sauce tomates, on le mange en accompagnement.

Egg Nog

Si certaines traditions traversent l’océan, d’autres ont peine à traverser la frontière canado-américaine, je parle ici du Egg Nog. Cette boisson populaire dans le temps des fêtes chez nos voisins du sud est composée d’oeuf, rhum, canelle et muscade. Elle est symbole de convivialité.

Beignets

Pour célébrer Hanouka dans le monde juif, il est coutume de manger des aliments frits ou cuisinés à l’huile l’olive. Entres autres, plusieurs variétés de beignets comme les laktes (petits beignets de pommes de terre frites à la poêle) ou les soufganiots (beignets ronds et sucrés qui peuvent être fourrés de ce que bon nous semble).

Riz au lait

En Finlande, on retrouve une tradition culinaire qui rappelle notre galette des rois. Au dessert les Finlandais servent du riz au lait dans lequel on cache une amande qui portera chance à la personne qui la trouvera.

Smörgåsbord

Un peu comme lors du réveillon de Noël ici, en Suède le repas de Noël  est un immense buffet que l’on appelle le smörgåsbord. Il contient des mets chauds et froids dont plusieurs variétés de poissons, des viandes apprêtées de différentes façons (pâté, boulettes, saucisses), etc. Et au déjeuner on déguste le lussekatter, des brioches au safran et aux raisins.

Varenyky

Bien que le repas des fêtes des Ukrainiens soit composé de 12 plats, l’incontournable est le varenyky. Ce plat ressemble à un ravioli qui est sucré ou salé et qui est farci de tout ce que l’on souhaite, fromage, légumes, confiture etc.

Vec le Mole Poblano

Au Mexique le repas typique des fêtes est  Le Vec le Mole Poblano qui est une dinde au chocolat. Avouez que vous être curieux d’y goûter!

Bonbons crackers

Bien que cette tradition ne se mange pas, je la trouvais trop chouette pour l’ignorer. Les bonbons crakers font partie des incontournables de Noël pour les Anglais. Inspirés des emballages de bonbons parisiens, les crackers contiennent une couronne en papier, un petit jouet/bricole, une blague et un pétard. Chaque personne tient un bout de son craker et dans l’autre main un bout du cracker voisin et à go on tire et tous les crackers explosent en même temps.

Joyeux temps des fêtes, avec vos propres traditions!

Marie-Andrée

Rocker la cuisine de Noël sans stress

15 Nov

On dira ce qu’on voudra, Noël, que t’aimes ou que t’aimes pas ça, peut devenir étourdissant. Soit parce qu’on s’en demande trop ou qu’on s’y prend trop tard.

En date d’aujourd’hui, il reste encore un bon mois pour se préparer culinairement parlant, mais il y a pas de miracle qui se fait, il faut se préparer un peu d’avance. Le mieux est de choisir une fin de semaine au mois de novembre pour faire sa popote du temps des fêtes tranquillement en écoutant Petit Papa Noël. Lire la suite

Le mois de la citrouille!

17 Oct

Qui dit mois d’octobre, dit Halloween, qui dit Halloween dit costumes, dit bonbons, mais dit aussi CITROUILLES!  On  achète souvent cette grosse cucurbitacée pour décorer nos maisons à l’automne, mais il ne faut pas oublier qu’elle est très bonne à manger.  

Lire la suite

L’automne, au-delà des pommes!

5 Oct

Si tu es comme moi et que tu n’aimes pas les pommes, eh bien voici une petite liste des activités automnales à faire, seule, en couple ou avec la famille!

Lire la suite

L’été de mes 30 ans

25 Sep

Je vais être très, mais très honnête. Je repousse toujours l’écriture de ce texte, sans trop savoir pourquoi. J’ai encore envie d’écrire, mais on dirait que je n’ai plus envie de tout raconter. Comme avant. Comme si je ne ressentais plus le besoin. Même si je sais que ça fait toujours du bien.  Ce n’est pas parce que je n’ai pas assez de temps, parce que je pourrais lire un peu moins, ne pas regarder des épisodes de Jérémie (une émission pour adolescents) pendant des heures. Bref, j’ai passé l’été à me questionner sur le sens de la vie à travers Facebook pis tous les autres dans le même genre. Je cherche encore plusieurs réponses pis je continue d’alimenter avec joie mon compte Instagram. De belles contradictions. Vivement mes 30 ans.

Ah oui, parce que c’était ça le sujet. J’ai eu 30 ans et ce fut un été merveilleux. Je vous parle de trois moments parfaits de cette saison presque parfaite.

7A06AB06-55F2-4486-928F-0E32CEBC35AC

À l’amitié ! À Chicago !

#sm30re

J’ai reçu un SAVE THE DATE plusieurs semaines avant ma fête. C’était un compte Instagram que mes amis avaient créé pour l’événement. C’était déjà bien au-delà de mes attentes. Même si je n’en avais aucune. (Ok, ça c’est plus ou moins vrai).  En fait, mes amis/famille me connaissent tellement. Ils avaient pensé à tout. Et plus que tout. Rallye à St-Jean-Port-Joli, Auberge sur le bord du fleuve, party de tacos, eau à la chlorophylle, gros budget pour la décoration, une vidéo avec des souvenirs, des vœux pis ben des émotions. Je me sens trop choyée. J’y repense  et je ne réalise toujours pas. J’étais tellement sur un nuage avec mes préférées. En passant comme ça, si vous êtes à la recherche d’une maison à louer / chambre dans un gîte / auberge pour un week-end inoubliable avec les amis  Auxberges des Aulnaies fait rêver.

682AA08C-8CA1-4278-B14C-0A66A10770D7

BBB4E48D-3E3A-48ED-9EC9-54E7ED98920C

Avoir 30 ans à St-Roch-des-Aulnaies avec eux

Rire mais Rire

Et il y a eu le départ pour Chicago, le premier voyage avec l’amoureux et la visite de ma grande amie Ariane qui nous accueillait dans son nouveau chez elle avec son mari aux États-Unis. On était dans le métro de la Windy City depuis à peine 15 minutes que je pleurais de rire à en avoir mal au ventre. On va se le dire, ça commençait bien le séjour. Maudit qu’on a eu du fun à se raconter des bons vieux souvenirs. Ceux d’une amitié qui dure depuis 25 ans. C’est ce que je retiens le plus de ce voyage. Les fous rires pis l’énorme cocktail FLYÉ  avec de la boucane du Tiki bar à 65 $ US.  Quand tu reviens au Québec, ça devient l’histoire que tu racontes à tout le monde. Celle du 5 à 7 à 285 $. (Je n’ai pas payé ce soir-là, j’ai un amoureux qui se sentait généreux et surtout festif).

À Chicago, j’ai bu des cocktails incroyables, fait du vélo, du yoga, de la course. On a visité une tour ben haute, fait une croisière d’architecture #sunset style, passé une journée au musée, au zoo, à la plage.  Il faisait chaud, c’était les vacances. Merci aux amis pour l’accueil, vous êtes trop généreux. On va avoir le goût de revenir.

AA5C3025-3EC8-461D-B464-1D8619C0D88B

Millenium Park

3C5DDFEF-054A-40D5-800F-EA48461C2678

Willis Tower

A46D6743-1511-4DE5-94FA-67094717CBB1

Le cocktail à partager du Three Dots and a Dash

30108A4E-586B-423E-8562-A22BBFA9F66A

Les amis à la plage

Je fais du vélo

Je me sentais comme un enfant de 5 ans quand le chum voulait que j’essaye son vélo de route en juillet dernier. J’avais peur, mais peur. Il m’a un peu poussée, comme j’ai un peu d’orgueil, j’ai roulé. Cinq minutes plus tard, j’étais en amour. J’y pensais depuis quelques années, mais j’ai acheté mon premier vélo de route pour  #létédemes30ans. Pis là, j’ai toujours envie d’en faire, je regarde les vélos de tout le monde et je peux passer des heures sur des sites Internet qui parlent de vélos. Gros, gros coup de cœur pour la gang de Peppermint Cycling Co. Je capote sur les vêtements et la philosophie de cette jeune entreprise québécoise. Et il y a aussi eu ma première sortie de vélo organisée par deux ambassadrices. J’ai déjà hâte à la prochaine.

643478F5-2B00-46C9-B46F-7A47D1A5A30C

Cycloroute de Bellechasse – Crédits S.Allard

 

J’ai 30 ans, je n’ai pas de maison, pas d’enfants, ni de chien encore moins de chat, mais j’ai un amoureux attentionné, des parents toujours présents, des amitiés inestimables, pas un mais deux emplois qui me comblent,  je voyage, je fais du vélo pis je ris le plus souvent possible. Je ne suis pas inquiète pour le reste.

Sarah xx

À la découverte de la lacto-fermentation

15 Sep

Il y a quelque temps, j’ai dégusté des légumes lacto-fermenté dans un petit resto de Québec. J’ai trouvé le goût et la texture vraiment intéressants. Ensuite, il y a eu le livre Révolution fermentation qui a capté mon attention. Je me suis dit que je devais en savoir plus sur cette méthode de conservation et de préparation des légumes. J’ai donc suivi un atelier dans la cuisine de La Folle Fourchette sur le sujet. Suivez le guide!

Mes magnifiques pots de légumes qui fermentent!

Je vous entends jusqu’ici me dire, mais c’est quoi la lacto-fermentation?  Pour plusieurs, seulement d’entendre le mot fermentation leur fait plisser le nez, mais les aliments fermentés sont présents dans nos vies plus que l’on pense le yogourt, la choucroute, la komboucha qui a la cote présentement ou encore le miso en font partie.

 

La lacto-fermentation en rafale

C’est quoi?
En gros, on met nos légumes dans la saumure dans des pots de type Kilner (ici des exemples) qui laissent sortir l’air, mais qui ne le laissent pas entrer. Cette absence d’oxygène provoque la transformation des glucides des aliments et crée de  l’acide lactique qui donnera le petit goût vinaigré/acidulé aux légumes.

C’est bon pour quel légume?
La beauté de la chose, c’est qu’on peut mettre en lacto-fermentation tous les légumes. Sur certains sites ou livres de recettes, on peut trouver des recettes, mais il ne faut pas hésiter à faire des tests et mélanges.

Combien de temps ça prend?
Pour des légumes à chair plus fragile, comme le concombre par exemple, ça prendra entre 4 et 7 jours. Pour les légumes plus robustes on parle de 4 à 6 semaines, mais ça dépend du niveau de fermentation que l’on veut atteindre. Plus on attend, plus ça fermente.

Quels sont les avantages?

  • Légumes qui restent croquants
  • Peu d’effort pour un résultat plus que satisfaisant
  • Beaucoup de bienfaits pour le corps
  • Une façon différente d’apprêter les légumes
  • Grâce à la fermentation, les légumes se conservent très longtemps

Comment je fais pour savoir que ça marche?

  • Si ça sent rien/bon. Si ça sent mauvais, c’est que ça n’a pas fonctionné, il ne faut pas manger les légumes
  • Augmentation du liquide
  • S’il y a des bulles qui montent et de l’air qui s’échappe du bocal

Si je veux en apprendre  plus?

 

J’ai dégusté mes concombres qui étaient un peu mous à mon goût, mais je vais me reprendre. Et j’attends pour déguster ma choucroute et mon petit pot de légumes. Bonne lacto!

Marie-Andrée

Billet commun septembre: Rester motivée, pas compliqué!

4 Sep

L’automne, en général, c’est pas facile. Avec la rentrée scolaire et le retour plus ou moins brutal au travail, il est souvent difficile de se remettre sur les rails. Mais ne désespérez pas! Ce mois-ci, la meute vous présente ses trucs pour rester motivées tout l’automne.

Anne-Sophie ❤

Avec les jours qui s’accourcissent, je perds souvent pas mal de motivation. Pour m’aider, je fais des listes: ce que je dois faire cette semaine, d’ici la semaine prochaine, ce mois-ci… Dès que j’ai accompli une tâche, je la raye, et mes post-it se remplissent peu à peu de barres de toutes les couleurs. Quoi de plus motivant qu’une « to-do list » terminée? 🙂 Évidemment, il ne faut pas s’énerver avec les tâches qu’on y ajoute… sinon, ça risque d’être plus déprimant qu’autre chose!

laptop-2562210_1920

Jenny ❤ 

Moi, la question que je me pose est la suivante: est-il vraiment possible de manquer de motivation à l’approche de l’automne? L’automne, c’est le retour des séries télé. Dans les boutiques, c’est des teintes de marron, de kaki et d’orange brûlé (mes préférées!) à profusion. Dehors, c’est de l’air frais -mais pas encore frette- qui prend plaisir à se faufiler dans nos trous de nez. C’est des soirées cocooning avec doudou et chocolat chaud épicé, des muffins moelleux qui sortent du four et des bouillons de légumes frais qui embaument la maison de leur enivrant parfum. L’automne, c’est le coming out de tous ces feuilles qui se décident enfin à montrer leurs vraies couleurs. C’est l’Halloween aussi. J’adore l’Halloween. Eh oui, vous l’aurez compris: l’automne, c’est ma saison préférée. J’en apprécie réellement toutes les subtilités, et ça suffit amplement à me garder motivée.

Laurie ❤ 

Je dois dire que je considère que ma qualité principale est ma détermination et ma volonté. J’avais mis au centre de mes intérêts l’organisation et la rigueur dans mes activités quotidiennes, comme prendre soin de mon petit corps. Le fait est que l’été m’a fait perdre, pour toutes sortes de raisons, l’entièreté de ma motivation dans TOUT. Tout est à recommencer. Je suis en plein dans mes vacances d’été donc pas tout à fait en mode automne encore mais j’ai déjà commencé à penser à comment j’organiserai les mois à venir et mes trucs habituels reviendront au galop : agenda, écriture des objectifs par jour et semaine ainsi que lâcher prise seront au centre de mes journées et pensées. Bonne rentrée, et surtout profitez de chaque rayon de soleil!

Marianne ❤ 

À l’automne, je revis. C’est sans aucun doute ma saison préférée parce que j’ADORE être dehors… genre tout le temps là! Ceci dit, j’ai justement vraiment pas envie de m’enfermer dans mon bureau pour travailler alors je dois me trouver une bonne raison pour être concentrée au travail, alors mon truc, c’est de planifier des projets. Au niveau professionnel, je booke mes événements à l’automne, je m’arrange pour que mes gros dossiers tombent dans ces dates-là, comme ça, pas le choix de suivre la cadence! Et comme on a souvent le deadline « tout doit être fait avant les Fêtes », eh bien on n’a pas le temps de se tourner les pouces.

england-2666066_1920

Marie-Andrée ❤ 

Bien sûr, comme la majorité des louves, l’automne rime avec motivation et renouveau. C’est l’occasion de se recentrer et de repartir en neuf, mais sans vouloir me vanter, tout au long de l’année la motivation est au rendez-vous. Je crois que mon truc pour garder le cap est de me concentrer sur ce que je peux changer/contrôler et toujours regarder en avant. Pour les jours moins faciles, j’essaie de toujours de m’accorder des petits bonheurs, genre un café supplémentaire ou de me faire une liste de choses à faire, de passer à travers et de me récompenser. D’un point vue plus superficiel, le fait d’avoir des belles choses m’aident à rester motivée. Genre un beau cahier de notes, un pouch-pouch pour le comptoir qui sent bon ou pour une journée importante un kit de vêtements que j’aime. Mais je crois que pour rester motiver il faut accepter les moments un peu plus lazy et prendre un peu de temps pour SOI !

Mariève ❤ 

L’automne, c’est un synonyme de recommencement pour moi. La routine reprend sa place dans la vie, et c’est les batteries le plus rechargées possible que je l’entreprends. Si le retour du vent frisquet invite au cocooning, c’est plutôt en mettant le nez dehors que la motivation se maintient! Rien de mieux que l’odeur de la pluie, du soleil timide qui sèche les feuilles au sol et de la nature qui s’endort tranquillement pour conserver une belle énergie. Les activités extérieures ne s’éteignent pas avec l’été, il suffit de prendre le temps d’en profiter. Ce qui rend cette période encore plus adorable, c’est de rentrer chez soi, bien au chaud après avoir rempli ses poumons de cet air si particulier. Automne, j’apprécie beaucoup plus que tes couleurs!

Pascale ❤ 

Je ne sais pas si c’est mon passé d’étudiante qui revient en force, mais lorsque la température tombe de quelques degrés, que toutes mes amies mamans publient des photos de la rentrée scolaire et que les p’tites laines me sont proposées dans mon newsfeed Facebook, je suis heureuse ! Et au contraire, j’ai un soudain surplus de motivation. Refaire le monde, pour une énième fois, en ayant l’impression de pouvoir tout accomplir bien emmitouflée dans un tricot couleur crème, bonheur ! Excellente chose puisque dans mon domaine, c’est la saison la plus prisée et donc, la plus occupée ! Sans même me forcer, je me lève au crack of dawn (J’adore cette expression ! En intégrant l’accent du sud, c’est encore mieux !), je planifie mille et une activités et mon énergie est à son comble. Un peu comme un sugar rush, je prends tout ce qui passe avant que le froid nordique vienne diminuer mes ardeurs. L’automne est définitivement un moment magique où tout le beau du monde se présente devant nos yeux.

Et vous, quels sont vos trucs pour rester motivées cet automne?

La meute

Des desserts de chef… devant vous!

29 Août

Vous aimez les desserts? Votre chaîne de télé préférée, c’est Zeste, avec ses millions d’émissions de cuisine en tout genre? Hé bien, j’ai une suggestion pour vous: assistez donc à un cours de Patrice Demers, pâtissier hors pair, dans sa pâtisserie-boulangerie-bistro de Montréal.

J’ai assisté en juillet au cours de desserts aux petits fruits. Au programme: trois desserts mettant en valeur fraises, bleuets et framboises préparés devant notre petit groupe de douze personnes par Patrice Demers lui-même. Durant trois heures, on regarde cuisiner le chef, on prend des notes au cas où on voudrait reproduire une recette, et surtout… on goûte! Après chaque préparation, le bras droit de Patrice nous sert une portion du dessert, que l’on finit de déguster pendant que le chef commence la recette suivante.

Quoi de mieux, honnêtement, que de regarder faire de la bouffe délicieuse et de la manger après? Ça me semble l’idée la plus géniale du monde.

Le concept, convivial et efficace, donne à voir toute l’expertise de Demers et permet aux apprentis-pâtissiers de poser toutes les questions qui leur passent par la tête, ce qui enrichit souvent notre compréhension des recettes et permet de mieux saisir la délicate chimie derrière la richesse et l’équilibre des saveurs et des textures. Je ne pensais sincèrement pas qu’une tartelette pouvait demander autant de soin pour être parfaitement croquante! C’est de là que vient mon maigre talent en cuisine, j’imagine! 😉

IMG_1441

Cette tartelette à la crème de yuzu et aux bleuets était tout simplement fantastique!

En plus, Patrice Demers lui-même est accessible, humble, et il n’hésite pas à nous montrer les dessous de son commerce. Nombre de desserts préparés par jour, temps de préparation, de cuisson, de re-cuisson… Si on pose les bonnes questions, on apprend beaucoup de choses sur la charmante boulangerie-bistro du chef.

La formule ultra-simple permet de bien assimiler les détails des recettes et de mieux comprendre toute l’expertise derrière chaque petit gâteau ou tartelette. En plus, on a même droit à une pause-café au milieu du cours, comme à l’université. De quoi laisser le temps de digérer toutes les complexités de la chose… et aussi les desserts eux-mêmes!

Bref, cette activité semble tout indiquée pour les amateurs de desserts. Pour ma part, je n’ai pas le talent pour m’essayer de faire un des magnifiques desserts auxquels on a goûté, mais ma mère, elle, s’est lancée à pieds joints, heureuse de mettre ses talents à l’épreuve. Finalement, ça a donné ces fantastique petits gâteaux (des financiers, si vous voulez le terme exact) accompagnés d’un pot-de-crème au chocolat:

20729725_1637248052953692_6188693095406804988_n

Miam!

En plus d’être beau, c’était délicieux!

Pour information: http://www.patricepatissier.ca/#

L’horaire des cours est annoncé via Facebook et Twitter en janvier, avril, juillet et octobre.

Bon appétit! 😉

Anne-Sophie

L’été, c’est fait pour pique-niquer!

17 Août

 

Le pique-nique, quelle belle occasion de se réunir avec des gens que l’on aime à l’extérieur sous le soleil et en partageant de bonnes choses à manger. Je ne parle pas ici d’un pique-nique de sandwich au jambon, avec un sac de chips et une boisson gazeuse, quoique bien sympa par moment, mais,  je parle plutôt des pique-niques du samedi où on se permet quelques folies culinaires et je dois dire que J’ADORE ÇA! Voici quelques idées pour vos prochains pique-niques.

Allo mon coco! Pour ce genre de repas, l’œuf n’est pas à sous-estimer. C’est l’occasion de réinventer la classique sandwich aux œufs en y ajoutant de petites herbes fraîches (basilic ou coriandre) ou encore en mettant quelques tranches d’avocat. On peut aussi faire des œufs mimosa et varier l’assaisonnement de la garniture. Une garniture classique avec de la ciboulette, une garniture avec un peu de sauce piquante ou ajoutez-y de petites crevettes nordiques avec un peu d’aneth.

Les salades (ci-dessous quelques liens vers des recettes de salades)  de toutes sortes sont toujours un must dans ce genre de repas. Il y a aussi les crudités avec une trempette originale ou pourquoi pas une gaspacho. C’est aussi l’occasion de laisser aller sa créativité culinaire en faisant des wraps que l’on peut servir en sandwichs ou en petites bouchées. Il ne faut pas non plus oublier le dessert, petit gâteau ou une salade de fruit colorée concluront à merveille le repas.

Pour vos prochains rassemblements au  parc ou dans un champ de blé,  je vous propose MA recette de salade de patates.

Bon pique-nique!

Salade de patates aux asperges de Marie-Andrée

Ingrédients:

  • Un paquet de patates grelots
  • Une botte d’asperges parées et coupées en tronçons (environ 2 cm)
  • Tranches de prosciutto ou bacon – au goût
  • 2 échalotes vertes hachées
  • 1 citron (zeste et jus)
  • ⅓ de tasse de mayonnaise
  • ⅓ de tasse de yogourt nature ou de crème sure
  • Herbes fraîches

Préparation:

  1. Cuire les patates grelots dans une casserole d’eau bouillante. Faites attention pour ne pas trop faire cuire vos petites patates. Laisser refroidir et réserver.
  2. Entre-temps dorer les tronçons d’asperges dans une poêle ou les faire blanchir. L’important est de conserver un peu le croquant de l’asperge. Laisser refroidir et réserver.
  3. Faire cuire le bacon selon les instructions ou mettre le prosciutto quelques secondes au micro-onde et le couper en petit morceau. Laisser refroidir et réserver.
  4. Mélanger le zeste et le jus du citron, les échalotes, la mayonnaise, le yogourt et les herbes fraîches dans une grand bol. Ajouter les patates, les asperges et le bacon/prosciutto et bien mélanger. Saler et poivrer.

 

Suggestions de recettes de salade :

Crédit photo :

Bonnie Kittle

Écosse, la belle

14 Août

Il y a les voyages de dernière minute, ceux que l’on planifie depuis longtemps, ceux dont on rêve et ceux que l’on reporte en se disant «un jour…». Pour mon homme et moi, l’Écosse était un endroit à visiter depuis longtemps, il entrait cependant dans la catégorie « un jour », privilégiant d’autres destinations puisque nous avions catégorisé ce voyage dans le « à faire avec enfant ». L’enfant étant désormais des nôtres, c’était donc le moment idéal pour découvrir les grands espaces au nord du Royaume-Uni.

Nous avons donc mis le cap vers Cullen, charmant village bordé par la mer du Nord accompagné de bébé et de quelques membres de ma famille, donnant à ce voyage un aspect de gang. La famille de mon homme ayant souvent visité la région, nous étions bien au fait de ce qu’il y avait à voir, à faire, à manger, en plus d’avoir la chance de loger dans une charmante demeure, empreinte de l’histoire de ceux qui y ont habité.

Nous avions souvent rêvé des grands espaces, des falaises près de la mer, de la beauté des Highlands, des moutons bien tranquilles dans les champs, des ruines de château chargées d’histoire… à ce niveau, l’Écosse ne nous as pas déçus, bien au contraire. C’est d’ailleurs là la grande beauté de ce pays, la seule balade en voiture (une mention spéciale à l’homme qui a su adapter sa conduite à travers les routes dans le sens inverse, demandant à son cerveau de déconstruire ses habitudes!) de l’aéroport jusqu’à Cullen m’avait déjà démontré une grande partie de la beauté écossaise; le vert y est plus vert, les champs d’orge plus dorés et les moutons plus… nombreux!

Remis du décalage horaire et de la fatigue du voyage, nous avons créé un itinéraire en respectant les intérêts de chacun. La particularité de notre séjour, c’est qu’à l’exception d’une escapade en train jusqu’à Édimbourg au milieu de la quinzaine écossaise, nous devions retourner chaque soir à « Craigmar », le nom de la maison (à Cullen, la plupart des maisons ont des noms). Il nous fallait donc user de stratégie pour éviter de passer les journées complètes en voiture et profiter au maximum (avec un petit humain de 18 mois) de ce beau pays du nord. C’est donc en six points que je détaille mes incontournables écossais.

IMG_4044

Les Highlands: l’amour des grands espaces y est totalement comblé, les montagnes qui s’alignent, l’impression d’une perte de vue de beauté. Les vallées, les lochs et les moutons semblent ralentir le temps. L’air y est différent, pur. Malgré les routes à mon avis un peu périlleuses, l’aventure vaut la peine, ne serait-ce que pour entendre le Jacobite (le célèbre train d’Harry Potter) siffler dans les montagnes avant de franchir le viaduc de Glenfinnan (nous avons manqué ce moment de quelques minutes, cette occasion ratée nous a tout de même permis de monter dans le fameux train). Le loch Ness est aussi un incontournable touristique, il n’est cependant pas plus beau que d’autres lacs des Highlands, il vaut tout de même le détour si vous avez la chance d’y apercevoir Nessie. À la porte des Highlands, on trouve Inverness, une ville agréable à marcher, petites boutiques et décors grandioses.

Les distilleries: Cullen se trouve sur la route du whisky: peu importe la route à prendre pour sortir du village, c’est par dizaine qu’on les croise. N’étant pas une grande connaisseuse de cette boisson, j’ai tout de même eu un grand plaisir à découvrir le processus de fabrication, tout en tradition, en histoire et même en poésie. La série d’alambics et l’entrepôt sombre rempli de tonneaux de la distillerie Glennfiddich valaient vraiment la découverte, l’odeur ambiante particulière et la dégustation finale furent un moment fort de l’épopée.

Les châteaux: nous ramenant dans le temps, racontant un bout d’Histoire avec un grand « H », les châteaux, ou plus souvent ruines de châteaux, sont très nombreux. Impossible de tous les visiter et également inutile à mon humble avis puisque plusieurs ruines se valent, nous avons tout de même sélectionné certain d’entre eux sur notre itinéraire. Dunnotard Castle fut pour moi un coup de cœur. Ayant passé à côté de l’entrée principale par mégarde, nous avons dû faire une agréable randonnée de plusieurs minutes le long des falaises abruptes pour découvrir ce mythique château dressé sur un piton rocheux au-dessus de la mer (déchaînée cette journée-là). L’histoire des joyaux de la couronne s’y rattachant, ainsi que les dramatiques évènements liés à l’épopée de William Wallace rendent l’endroit plus qu’impressionnant.

Les terrains de golf: n’étant pas une joueuse et ignorant pratiquement tout de ce sport, j’ai tout de même apprécié les nombreux et splendides terrains se trouvant sur le territoire écossais. Les premiers terrains de golf de l’histoire s’y trouvent d’ailleurs, dont le mythique Ancient Golf Club of St Andrews. Un des membres de notre groupe de voyage étant joueur et passionné, cette visite était un incontournable. Au-delà du terrain de golf qui est en outre magnifique et historique, la plage et la ville sont de toute beauté. Visuellement, c’est par contre le golf de StoneHeaven qui m’a le plus impressionnée, niché au sommet des falaises bordant la mer, j’imagine qu’y claquer quelques balles doit être un moment hors du commun, ma faible connaissance en la matière limite par contre mon opinion à une impression.

Cachemire, laine et mouton: Si je cumule chacun des moutons que j’ai vus dans ma vie, en plus de ceux que j’ai comptés pour m’endormir, je n’arrive pas au nombre de ceux qui ont croisé notre chemin en Écosse. Des champs parsemés de petites taches blanches et quelques fois noires, c’est le paysage commun sur les routes. Qui dit mouton dit donc laine, et cachemire. J’ai adoré les nombreuses boutiques de lainage, les tartans et l’histoire des clans derrière chacun de ces carreautés. Dorénavant, lors de mes voyages, je tente de ramener très peu de souvenirs, seulement quelque chose de très significatif et utile. J’ai jeté cette fois-ci mon dévolu sur une magnifique écharpe de cachemire de Jonhston of Elgin, un réputé fabricant Écossais de ce type de lainage. On se doit par contre d’être prudent, de nombreuses boutiques touristiques tentent de vendre un semblant de cachemire qui n’a d’écossais que le motif.

Édimbourg: l’impératrice du Nord mérite pleinement son surnom, elle est splendide et grandiose. Dès la sortie de la gare, c’est les yeux vers le ciel qu’on la contemple. Le château qui la surplombe, les ruelles en pavé, la vieille ville séparée par la gare de la nouvelle ville, les boutiques, les joueurs de cornemuse, les pubs à chaque coin de rue, Édimbourg est vivante. À la sortie des quartiers touristiques, on retrouve de fabuleux petits jardins, devant chaque maison, la grande majorité magnifiquement entretenues et là est toute la beauté. J’ai beaucoup envié ces petits coins de verdure, remplis de rosiers et bordés de haies minutieusement taillées. Édimbourg, c’est aussi l’histoire et les musées (tous gratuits en Écosse, quelle idée formidable!). Bref, du pur amour pour cette belle ville que j’aurais explorée avec plaisir encore quelques jours.

Ce fut un voyage de découverte et d’émerveillement, un voyage à un rythme tout autre que notre habitude (bébé et membres du groupe obligent), mais très ressourçant. Mon homme rêvait de l’Écosse depuis longtemps, et ces quelques jours lui ont permis de découvrir à son tour une partie de sa propre famille, d’une histoire qu’il avait souvent entendue. Cette liste est bien personnelle de ce qu’il y a a à découvrir et à faire, l’Écosse c’est la marche, mais aussi la pluie, c’est le Haggis (mets traditionnel d’abat) et beaucoup de crème glacée (un beau contraste avec la température), c’est les petites routes, mais les grandes étendues, la ville et la mer. L’Écosse, c’est surtout un retour dans l’Histoire, de grandes respirations de cet air merveilleux et un petit scotch avec le coucher du soleil très tardif.

Un nouveau voyage, une nouvelle histoire d’amour.

Mariève

%d blogueurs aiment cette page :