Archive | TÊTE-À-TÊTE RSS feed for this section

Vous ne jouerez plus jamais à Guess Who

23 Oct

Malgré ce que Passe-partout vous a laissé croire depuis votre enfance, c’est véritablement l’automne qui est fait pour jouer. Le froid te convainc déjà de rester à l’intérieur et je sais que tu n’en peux plus d’écouter Netflix en boucle. Alors, invite des amis à jouer!

download

Crédit : Matthew Wiebe via Unsplash

Je vous présente les types de jeux à avoir sous la main pour des soirées entre amis. Votre curseur se dirige vers le « x » pour fermer l’onglet? Résister! Je vais vous convaincre. J’adore jouer. En prime, je ferai une blague de Guess Who à la fin. Psst! Prends des notes pour le temps des Fêtes, c’est terminé les charades!

Les sympathiques jeux rigolos

Il faut absolument les essayer cet automne si ce n’est pas déjà fait! Je parle d’Apples to Apples et de L’osti de jeu (le penchant québécois de Cards Against Humanity). Dans les deux cas, le principe est le même, soit d’associer deux cartes : une carte « chose » et une carte « description ». Chaque tour, un joueur pige une carte « description ». Dans le cas de Apples to Apples, cette description est un adjectif et dans le cas de L’osti de jeu, c’est une carte plus ou moins vulgaire ou drôle décrivant une situation. Les autres joueurs doivent donner la carte « chose » qu’ils ont dans leur main qui correspond le mieux à la description pigée et ce, anonymement. Le but : faire rire ou rappeler des anecdotes à celui qui doit décider de la meilleure option. À prévoir : du fun en masse.

12107912_10203657883247154_4014537073752389999_n

Crédit : Un fait vécu : match parfait.

Le jeu homemade

Le jeu du dictionnaire est l’un des plus simples et des plus amusants. Vite comme ça, ça l’air geek au boute et loin d’être amusant, mais détrompez-vous! À tour de rôle, vous choisissez un mot au hasard dans le dictionnaire. Vous ne devez pas connaître la définition de ce mot et vous devez être sûr qu’aucune personne ne la connait. La personne qui choisi le mot garde la bonne définition secrètement et ne fait que dire à voix haute le mot choisit. Le but des autres joueurs : de manière anonyme, écrire la définition de ce mot et la remettre au joueur qu’il l’a choisi. Ça peut donner des pas pire niaiseries. Celui qui se rapproche le plus de la vraie définition devrait l’emporter, mais vous pouvez aussi choisir de faire gagner celui qui est le plus drôle. Tsé.

Les jeux accessibles un peu plus geek

La semi-geek en moi est une grande fan de Les Colons de Catane. Vous aimez le jeu Risk (en vrai, je n’aime pas tant Risk), mais vous aimez aussi ne pas passer la nuit à jouer au même jeu? Vous aimerez Catane! En gros, vous construisez une colonie et exploitez des ressources. Expliquer les règles serait beaucoup trop long, mais cliquez sur ce lien et vous serez servi!

BANG! Voilà un autre jeu accessible qui est parfait pour les soirées entre amis! Très simple dans son exécution, le jeu recrée une fusillade entre cowboys de style western spaghetti. Vous avez des cartes à jouer avec des personnages et des rôles secrets. Le seul rôle à découvrir est celui du shérif. Vous êtes le Shérif? Votre but est de survivre contre les hors-la-loi avec l’aide de votre assistant shérif. Vous êtes hors-la-loi? Votre but est de tuer le shérif, mais votre rôle est secret, vous devez donc trouver vos alliés et ne pas vous attirer les foudres de ceux qui protège le shérif. Bonne chance là!

Le jeu idiot

Le jeu du dé 6. La définition la plus courante donnée à ce jeu : « Ce n’est pas compliqué pis c’est cave ». En gros, ça vous prend un dé et des amis avec des drôles d’idées. Le déroulement : vous dite un défi à voix haute en commençant avec cette formulation : « Si je roule un 6, je vais … », puis vous lancez le dé. S’il tombe sur le 6, vous devez relever le défi. C’est un espèce de « vérité/conséquence » laissé entre les mains du hasard. Pour un challenge de plus, jouez avec un dé 20 faces, les probabilités sont moins grandes et les gens se laissent aller dans des défis qui ont moins de bon sens. Pour jouer dans les règles de l’art : respectez la décision du dé et dites pas n’importe quoi avant de le lancer. 😉

Vous êtes toujours là? 🙂

Vous attendez probablement la blague Guess Who… En vrai, j’en ai pas, mais je vous laisse une image souvenir et vous partage mes highlights : Claire, Bill et Sam.

guesswho2

Toi, c’est quoi ton jeu préféré?

Amusez-vous bien ! 🙂

Karyan

La To-do List automnale

30 Sep

J’aime l’automne. Pendant l’été,  j’ai hâte à l’automne. Jugez-moi, mais une journée de grand vent et de pluie, ça m’inspire, ça me fait du bien…

Maintenant que j’ai fait ce coming out et que vous êtes toujours là, devant votre écran, à vous demander je m’en vais où avec ça… Eh bien, voici ma To-do pour un automne loin d’être morne 😉

autumn

Source: skitterphoto.com

Petite To-do List automnale, pour toi, hater des journées qui raccourcissent

  • Découvre une nouvelle série télé et habite ton divan sans remord.

Ma suggestion : The Mind of a Chef (dispo sur Netflix). Je sais, je ne suis pas au goût du jour, mais je me suis laissée tenter par cette série qui a débuté en 2012 produite et narrée par Anthony Bourdain. Psst! Des épisodes de 20 minutes, ça s’écoute très bien! 😉 Chaque saison suit un chef en particulier et on en apprend plus sur différents types de cuisine : c’est très bien fait!

  • Découvre ton quartier avec toi-même.

Vous sentez-vous submergés par les photos de vos amis en train de cueillir des pommes sur les réseaux sociaux? J’ai envie qu’on brise cette habitude de tout montrer ce que l’on fait. Encore une fois, je ne réinvente pas la roue, mais voici ton défi : Étape 1 – Cible un petit café, une boutique ou autre dans ton quartier… un endroit qui t’a toujours intrigué. Étape 2 – Vas-y… Seul. Entre, découvre, assis-toi avec un bon livre, prend le temps et enjoy. Étape 3 – Ne laisse aucune trace 2.0 de ton passage. Ma suggestion : Le lièvre & la tortue, 3e avenue, Limoilou (Québec). Ce sera ma prochaine destination avec moi-même : un salon de thé tout neuf qui semble très charmant.

  • Cuisine.

Je trouve qu’automne et cuisine, c’est un bon match. Le défi de l’automne : mettre de la courge ailleurs que dans un potage et cuisiner avec le thé. Deux aliments ultra consommés en automne qu’il faut oser apprêter de plusieurs manières.

  • Apprend.

Pour ton propre bénéfice. Je trouve ça beau les gens qui ne cessent jamais d’apprendre. Je m’explique, hors d’un contexte scolaire, apprendre c’est important et beau. Je trouve que l’automne est propice à ça. Ma suggestion : il y a une tendance culinaire qui prend de plus en plus de place et c’est la cuisine sans gaspillage, la cuisine plus « écologique ». Dans cet angle, j’aimerais lire le livre du nutritionniste Bernard Lavallée : Sauver la planète une bouchée à la fois.

  • Change d’air.

3 des 4 premiers points sur la To-do sont assez casaniers. Dernière suggestion, sort. Oui, il vente, il fait plus froid, mais les randonnées en nature sont encore plus belles. N’oublie pas : les belles feuilles d’automne colorées sont dans les arbres 5 minutes : la vie te crie d’en profiter. Alors que l’été on a des plans de grandeur, on veut tout voir, visiter tous les festivals et le Québec est « noir » de monde, l’automne, lui, rend le Québec plus calme en général et c’est un beau moment pour le découvrir!

T’as envie d’essayer quoi? D’ajouter quoi à cette liste?

Partage ton amour de l’automne, je me sentirai moins seule. 🙂

Karyan

Tête à tête avec Michaël L.H. du DesBouleaux Fest

11 Août

Vous êtes en quête d’un festival humoristique et musical qui vous fera apprécier le plein air du même coup? Le DesBouleaux Fest est alors certainement un événement qui vaut la peine d’être découvert! Tenu annuellement dans les Laurentides, le DBF en sera à sa 5e édition lors des 21 et 22 août prochain à l’aréna Jean-Laurin de Mirabel. Un festival abordable et offert à un public de tout âge qui nous donne envie d’aller faire une petite escapade dans ce beau coin de pays. Curieux d’en savoir plus? Voici mon tête à tête avec le créateur du festival, Michaël Lagacé Henripin.

Bonjour Michaël, tu vas bien?

Salutations Chloé, je magasine des lavabos en ce moment, fallait que je t’en parle, je trouve ça weird d’être rendu là dans ma vie, mais sinon ça va super bien !

Parle-nous donc un peu de ton projet, qu’est-ce que le DesBouleaux Fest?

Le DBF est un festival de musique et d’humour qui en sera à sa 5e édition et qui aura lieu à la fin août à Mirabel. Lors de l’événement, on vous propose une programmation plutôt diversifiée musicalement ainsi qu’un côté humoristique qui ajoute, selon moi, une valeur ajoutée au festival, le tout à 20$ seulement en prévente. Nous avons comme têtes d’affiche musicales Unearth (métal), Koriass (hip-hop), Fit For An Autopsy (death métal), Dance Laury Dance (hard rock) et plus d’une vingtaine de groupes à découvrir. Nous accueillerons d’ailleurs Alex Douville, Sam Breton, Guillaume Pineault et Simon Boisvert comme humoristes, le tout animé par Frank Grenier.

Comment l’idée du festival t’est-elle venue et qu’est-ce qui vous a poussé à concrétiser ce projet à Mirabel?

Ça faisait un bon moment que l’idée me trottait dans la tête suite à ma visite au Wacken Open Air 2008 en Allemagne, mais c’est vraiment au mois de juillet 2011 que le projet est né lors d’une soirée un peu arrosée avec des amis et quelques « t’es pas game ». Le lendemain de cette soirée, j’ai été acheter du bois, des vis et des advils pour construire une scène sur le terrain de la maison de mes parents sur la rue des bouleaux à Saint-Augustin (village de Mirabel). Après ça j’ai écrit à mon ami Bine de Harriers et des amis humoristes pour savoir s’ils voulaient embarquer dans mon délire et ils ont dit oui. Au début je n’avais aucune intention d’en faire une autre année consécutive, je me suis dit que c’était un one shot deal, mais après le succès de la première édition, j’ai décidé d’en faire une deuxième. C’est à la troisième édition que nous avons déménagé le site du festival derrière l’aréna Jean-Laurin et que nous avons décidé de devenir le phare de la culture alternative dans la région des Laurentides. J’habite ce village depuis 26 ans et j’étais tanné que les gens nous connaissent seulement à cause d’un aéroport abandonné, haha. En plus on est chanceux, c’est sur le coin de la rue des bouleaux donc je n’ai pas eu à changer le nom!

En trois mots, comment décrierez-vous votre festival?

Drôle, convivial et décontracte.

Qu’est-ce qui différencie le DesBouleaux Fest des autres festivals en région?

Je crois que c’est le côté convivial et relaxe de l’événement qui rend l’expérience unique avec le festival. La proximité avec les artistes est un facteur important que les festivaliers apprécient bien puisqu’il n’y a pas de barricades entre la foule et la scène.

Quels sont tes coups de cœur pour la prochaine édition des festivités? 

Je te dirais que de voir Unearth se stationner dans le parking de l’aréna est un moment que j’appréhende beaucoup ! Je vais seulement y croire quand ce moment va arriver. Il y a aussi Koriass et Caravane que j’ai très hâte de voir. Je crois que Antillectual et Hollow Earth vont agréablement me surprendre !

Où pouvons-nous nous procurer des billets pour le festival?

En personne au PLX Sport à Saint-Eustache ainsi qu’au EXO Shop de Québec et en ligne sur lepointdevente.com

Si le DesBouleaux Fest était un plat culinaire, quelle serait sa recette?

Un kebab végétarien, parce que c’est funky, c’est quand même exotique, c’est pas tout le monde qui connait ça, ça rend les gens curieux quand t’essayes de leur expliquer pis tu finis par puer après en avoir mangé, un peu comme le festival, haha!

 

Source | fabri-k

Les billets en prévente se vendent à 20 $ seulement, le tout pour une fin de semaine plutôt décontracte dans les Laurentides! Pour plus d’informations, rendez-vous sur la page Facebook ou sur le site internet de l’événement.

#STAYDBF

– Chloé

PRIMEUR FOÉ 2015 | Tête à tête avec Milk & Bone

28 Juil

EH OUI! Les organisateurs du Festival de l’Outaouais Émergent (FOÉ) nous ont dévoilés en primeur le retour du duo montréalais Milk & Bone lors de la 8e édition du festival! Si on a eu la chance de découvrir Laurence Lafond-Beaulne et Camille Poliquin lors de leur tout premier spectacle en tant que duo en Outaouais l’année dernière, nous aurons l’opportunité de savourer l’entièreté de leur album lors de la prochaine édition du FOÉ 2015!

Les deux chanteuses et claviéristes performeront le jeudi 10 septembre dans la région de la capitale-nationale et la programmation entière du festival sera dévoilée le 4 août prochain.

Source | nightlife.ca

Par les temps qui courent, vous avez fort probablement déjà entendu parler du duo distingué Milk & Bone, qui a lancé son premier album, Little Mourning, en mars dernier. Ces déesses musicales, comme j’aime bien les appeler, nous font découvrir un pop électro enchanteur qui s’assure de nous donner des frissons dès sa première écoute. Voici donc mon entretien avec les filles lors de leur retour du Festif de Baie St-Paul, le tout dans leur vanne avec comme trame sonore le nouveau Tame impala.

CP = Camille Poliquin
LLB = Laurence Lafond-Beaulne


Premièrement, quelle est la principale raison de votre union et qu’est-ce qui vous a poussé à produire votre musique ensemble? 

L’amitié et le désir de faire de la musique pour le plaisir. Le projet est vraiment né d’une envie de partager nos idées musicales ensemble pour le fun et finalement, ça a pris une tournure plutôt imprévue!

En peu de temps, vous avez réussi à grandement faire frissonner le public et à vous créer une certaine notoriété au Québec. Comment vivez-vous cette ascension vers la popularité?

Honnêtement on ne sent pas tellement la différence. On continue à travailler aussi fort et rester focus sur notre musique. La seule chose qui est toujours impressionnante est de voir le nombre de gens qui se déplacent pour venir nous voir en spectacle!

En trois mots, comment décrieriez-vous Milk & Bone?

Onirique

Mélancolique

Rêveur

L’un de vos premiers spectacles s’est tenu en Outaouais lors du Festival de l’Outaouais Émergent 2014 lorsque vous n’aviez que quelques chansons de complétées à ce moment. De même que pour toi, Camille, lors de ta prestation avec ton deuxième projet, KROY, au bar Le Petit Chicago dans le cadre des soirées découvertes offertes par L’Ambassade Culturelle. Étiez-vous surprises de constater que vous aviez déjà une scène à combler en région avant même la sortie de votre album?

Oui, c’est toujours une surprise de voir des gens dans nos salles quand on sort de notre ville (Montréal)!

Quels sont vos plus grandes inspirations musicales et quel est l’album ou l’artiste qui vous a le plus marqué personnellement ?

LLB : C’est difficile d’en choisir seulement un, mais ces temps-ci je crois que je devrais y aller avec Sufjan Stevens. J’ai vraiment trop écouté son dernier album. Ses arrangements, ses mélodies et ses textes me bouleversent.

CP: Je crois que c’est impossible de nommer un artiste ou un album qui m’a le plus marqué. Certains albums me marquent par leur franchise, d’autres par leurs arrangements, certains me bouleversent à cause de la voix de l’interprète. Il m’est impossible de n’en choisir qu’un.

Que devons-nous attendre de la part de Milk & Bone dans la prochaine année?

Pour cette année ce sera surtout des shows et du développement. On se déplace souvent à NY pour aller développer ce territoire et on aimerait voyager le plus possible avec notre spectacle. On continue toujours à écrire en même temps, mais c’est une année de spectacles surtout!

Source | Bruce Destombes

Si vous pouviez vivre dans une ère différente, dans quelle période de temps aimeriez vous être et pourquoi?

LLB : Je pense que j’aurais beaucoup aimé vivre dans les années 70. Une époque de grand changements, de révolte, de musique qui crie et qui dénonce, ça devait être plutôt fou être jeune dans ces années. Tout ça m’aurait certainement beaucoup inspiré.

CP: Right now’s fine.

Quel métier auriez-vous voulu pratiquer plus jeune?

CP: Je rêvais d’être chanteuse d’opéra et de tenir une pâtisserie. Biologiste marine, aussi.

LLB : Plus jeune j’étais très fan de Missy Elliot, je voulais donc être rappeuse.

Quels sont vos comptes Instagram favoris? 

CP: @oaknyc @ceeesk @frederiqueleg 

LLB : @Hsiaoroncheng @textsfromyourex @stylepx

Quel(s) artiste(s) ou quelle(s) chanson(s) font partie de votre répertoire de guilty pleasure?

CP: Coldplay.

LLB : Je me sens jamais mal de rien écouter. Par contre j’ai un amour incompris pour la chanson « Crapa Pelada » du Quartetto Cetra, un quatuor vocal italien. Je n’arrive pas à expliquer mon amour pour cette chanson. Chaque fois que j’essaie de partager mon enthousiasme avec les gens, ça rend les gens un peu mal à l’aise…

Vous êtes plus du style à aller faire du parachute ou relaxer sur la plage?

CP: Relaxer sur la plage. S’il fait 14 degrés et qu’il y a beaucoup de nuages. Et que j’ai une grosse couverte.

LLB : Sauter sur une plage. Je sauterais pas en parachute, quelle drôle d’idée, et je n’aime pas particulièrement rien faire sur une plage, je suis trop hyperactive pour ça.

Source | Bonsound

Ne manquez pas Milk & Bone dans le cadre des festivals Osheaga le 31 juillet, La Grosse Lanterne le 8 août ainsi qu’au FOÉ le 10 septembre prochain! D’ici là, vous devriez certainement en profiter pour aller vous procurer leur album, Little Mourning, dans un détaillant prêt de chez vous.

Chloé 

Tête à tête avec la belle Cynthia Dulude

19 Mar

484277_585155984830306_1029614245_n

Un mercredi comme les autres, fin d’après-midi, mon patron me demande de faire une recherche sur les YouTubers québécois. C’est là que j’ai découvert (très late, je sais) la belle Cynthia Dulude. À 22 ans à peine, elle possède la chaîne YouTube avec le plus grand nombre de vues et d’abonnés pour toutes les chaînes francophones au Canada ! Entretien avec une maquilleuse professionnelle spécialisée qui promet…

10710794_877999895545912_4941832190308296268_n

Comment tout ça a débuté?
J’avais fini mon cours de maquillage artistique et je réalisais que c’était difficile de faire sa place dans ce domaine, comme on m’avait prévenu… Comme je regardais moi-même d’autres filles en anglais sur YouTube, une idée a germé en dedans de moi ! Je me suis dit qu’avec mes connaissances (acquises de ma jeunesse par amour de la beauté + ma formation à InterDec), j’aurais du contenu à partager aux gens. YouTube est devenu mon occupation principale, avec mon blogue et mes contrats connexes (Uniprix et Flip TFO).

Avec 333 352 abonnés sur Youtube, 99 340 sur Facebook et même 58.9k sur Instagram, j’imagine que tu te fais reconnaître dans la rue ! Comment vis-tu avec ta popularité ?

Haha, oui ça arrive ! Au centre-ville de Montréal, c’est rendu immanquable. Il doit y avoir beaucoup de passionnées beauté/mode dans ce coin… Si j’ai une bonne journée ça va juste la rendre encore plus parfaite de passer quelques moments avec une abonnée. Mais il arrive comme tout le monde que je sois stressée ou en manque de confiance en moi, alors parfois rencontrer spontanément des gens qui me connaissent dans le métro peut me rendre gênée un peu sur le coup !… Mais ça fait tellement plaisir chaque fois que quelqu’un vient me parler !

1524567_959653930713841_4685342434000238274_n

À quoi ressemble ton quotidien ?

Ça varie selon les journées. Je suis à mon compte alors c’est à moi d’organiser mon temps. J’ai 2 journées par semaine où je filme, 1 où je monte, 1-3 que je consacre à mes articles pour mon blog… et quand il reste un peu de temps je réponds à mes emails, je fais des cours de maquillage, etc. !

Est-ce qu’il y a une équipe derrière toi (gérant, réviseur de français, monteur vidéo, gestionnaire de communauté)?

Pas vraiment non ! J’ai Brad Coudray qui est avec moi depuis que ma chaîne s’est mise à bien rouler. Il est en France et depuis presque 3 ans on fait tout à distance. C’est lui qui a construit mon portfolio et mon blog ! Il s’occupe aujourd’hui de la maintenance, mise en page et autres design au besoin. Pour YouTube par contre, je fais tout seule. Pas de caméraman, producteur, éclairagiste, monteur, réalisateur, promoteur, agence, réseau derrière moi.

10344833_855164204496148_8251833563412565809_n

De quoi es-tu le plus fière ?

De pouvoir vivre de ma passion, probablement. Je suis très reconnaissante en général dans la vie et surtout pour ce qui m’arrive en ce moment.

Parles-nous des dessous des YouTubers, vous connaissez-vous entre vous ? Qui sont tes Youtubeuses favorites ?

Au Québec, oui, pas mal tout le monde se parle et plusieurs s’entraident, même avec des petites chaînes. Comme partout ailleurs certains sont plus amis avec d’autres… Sinon, j’ai seulement le temps de suivre quelques youtubeurs et exclusivement en anglais (!), donc je suis surtout Tanya Burr, Pixiwoo, Lisa Eldridge, et j’en passe.

10400847_836748869671015_5017410436917151068_n

Quels sont les marques avec qui tu collabores ?

Il y en a trop pour les nommer ici ! Je crois que je collabore de temps à autre avec plus de 70 marques différentes !

Tes projets professionnels à long terme ressemblent à quoi?

Je veux continuer ce que je fais aussi longtemps que possible. Avoir ma marque de maquillage est un rêve que je caresse depuis 1 ou 2 ans maintenant. Et je voudrais peut-être lancer un livre!

QUESTION BEAUTÉ : quelles tendances seront incontournables cet été ?

Pour être 100% honnête, je suis incorrigible là-dessus !… Étonamment, on ne me demande pas souvent les tendances alors si je ne les vois pas passer sous mes yeux, je ne cherche pas forcément… (je me tape mes doigts de maquilleuse !). Mais j’ai fait mes recherches pour vous et je dirais : le pastel côté maquillage, le wet look pour les cheveux.

10411882_827662340579668_4035770083359630230_n

Dis-moi que tu es humaine et qu’il y a des journées où tu as un chignon sur la tête et où tu ne te maquilles pas? 😉

Hahaha, OUI ! Quand je fais des articles chez nous je suis tout le temps dans mon nouveau pantalon/legging de Lolë beaucoup trop confortable… avec un chignon all-the-time ! Et maquillée tout croche parce que je dois tester des produits chaque jour.
Tu pars bientôt en voyage en Suisse ?

J’ai super hâte, j’y serais  du 1-7 avril ! Polymanga m’a invitée comme youtubeuse pour aller faire une démo maquillage style manga et faire des meet-up chaque jour avec mes ‘fans’ suisses ! Ça sera 4 jours de bonheur, pas de travail.

10307241_903646492981252_4383096670028850254_n

Pourquoi devrions-nous te suivre?

Aller sur ma chaîne ou mon blogue, c’est profiter d’une foule de conseils gratuits sur le maquillage, la beauté et la mode! Vous apprendrez des vrais trucs de métier, le tout dans un contexte joyeux et parfois comique. Maquillage Cynthia c’est apprendre à se sentir bien à l’intérieur et à l’extérieur, tout simplement !

Suzie xox

Ce que les animateurs radio sont pu capable d’entendre

19 Fév

Capture d’écran 2015-02-18 à 22.42.59

Cette semaine, j’avais une recherche de blogues à faire pour le boulot. Même si c’était pour des blogues de voyages seulement (on finit toujours par s’y éparpiller un peu) j’suis tombée sur le blogue de gillianradio. Avec un excellent sarcasme, elle souligne des commentaires que les animateurs radio entendent très (trop) souvent. La radio, je l’ai dit souvent et je le répète, c’est le plus beau métier du monde. J’ai eu l’immense chance de l’exercer et j’ai profité de chaque moment de mon parcours, autant comme chroniqueuse culturelle (débutante!) à CHYZ ainsi que CISM, que morning girl à MIX ou animatrice à NRJ [j’en profite pour vous dire que je viens de me joindre à l’équipe de Montréal pour emporter à CIBL!]. Mais y’a des situations qui font un peu capoter. Comme #LesGens et leurs réactions quand un animateur radio dit ce qu’il fait comme métier dans la vie :

T’es chanceuse, t’es payée pour parler.

Avoir la parlotte facile, ça aide, beaucoup. Parce que derrière son micro, l’animateur fait ses interventions avec une main sur la console de mise en ondes, l’autre sur la souris d’ordi. Il a un œil qui balaie de son chrono à son journal et l’autre alterne entre le fil Twitter et les lignes de téléphone (qui se remplissent pour un concours). Lorsqu’il prend une bonne gorgée de café (froid), juste après avoir tapé le poteau, il se dit qu’il est chanceux d’être « payé pour parler ».

Je pourrais tellement avoir mon show de radio moi aussi. Ça pognerait tellement!

C’est un peu insultant! C’est comme si quelqu’un te disait qu’il peut faire ta job, mais en mieux, et avec zéro expérience. Être animateur requiert du talent, des connaissances techniques et beaucoup d’expérience. Bref, comme n’importe quel autre emploi.

Combien tu fais? ($)

Pardon? C’est TELLEMENT indiscret comme question! Surtout que la réponse est probablement moindre que ce que tu as en tête.

Peux-tu m’avoir des billets pour (n’importe quel) show?

Contrairement à ce que tout le monde semble penser, l’animateur n’a pas des billets pour tout, tout le temps. Même que plus souvent qu’autrement, les billets sont pour les concours de la station (et l’animateur est un peu jaloux des gagnants qu’il fait).

Ok, fac c’est quoi, tu veux être la prochaine Véro Cloutier-Céline Galipeau-Colette Provencher?

Lol. Il n’y a qu’une Véro-Céline-Colette. Ce n’est malheureusement pas la personne devant toi. L’animateur travaille fort pour trouver sa couleur et essayer de se démarquer de ce qui se fait déjà.

Honte à tous ceux qui aimeraient faire ce métier pour le fame. C’est un métier qui demande de la PASSION, pas l’envie de faire la une du 7 jours.

J’ai vraiment une bonne idée de show pour toi. Tu devrais…

Non. Juste, non.

C’est quoi ton plan B?

Pourquoi être animateur ne serait pas considéré comme une « vraie job »?

Jacques Marsan dit qu’il ne faut pas être humble pour choisir une carrière en radio. C’est tellement vrai. L’animateur a pris consciemment des risques et a connu assez de sacrifices (les multiples déménagements, le salaire moins imposant, les horaires atypiques, les nuits souvent très courtes) avant de connaître un succès et d’exercer sa passion au quotidien. Il ne veut pas d’un plan B.

Tu devrais faire de la télé.

La télé, c’est chouette. La radio aussi. Mais ce n’est PAS la même chose. Il s’agit de deux médiums distincts, qui demandent des compétences connexes, mais différentes. Pourquoi la radio est plus cool? Parce que l’animateur peut travailler en jogging ;).

Je m’excuse tellement, je n’écoute jamais la radio (ou la station de l’animateur).

L’animateur s’en fout. Pour vrai! Ce n’est PAS grave. Comme si quelqu’un qui travaille pour une banque s’offusquerait de savoir que l’on fait affaire avec une caisse. C’est un choix, ça ne se discute pas. Plusieurs écoutent la radio, d’autres pas, c’est tout. Ça ne vexe pas l’animateur, même s’il sait que tu mens quand tu dis que tu n’écoutes JAMAIS la radio. Tout comme tu n’as JAMAIS tapé du pied sur du Justin Timberlake.

Est-ce que tu voudrais animer ça? On n’a pas de budget, mais c’est seulement quelques heures.

Bon, (sauf si c’est pour un organisme de charité) c’est encore assumer que ce n’est pas une vraie job, que n’importe qui peut le faire, que ce n’est pas assez considéré pour être rémunéré. Dieu sait que l’animation donne le ton à un évènement; pense au dernier évènement où l’animation n’était pas à son meilleur. Oh que ça rend le tout pénible…

Je sais que tout le monde doit te demander ça, mais peux-tu parler de (business, spectacle, groupe de musique, vente de garage, minou égaré) en ondes?

Non seulement l’animateur risque sa crédibilité et sa job, mais en plus c’est comme lui demander de faire ce pourquoi il est payé gratuitement (again!). Surtout qu’il a de moins en moins de temps d’antenne, laissez-le choisir ce qu’il dit!

Dans la même veine, j’ai adoré 9 choses que vous devez savoir sur les journalistes. 🙂

À bientôt,
Suzie Q xox

Billet librement inspiré de ce texte.

%d blogueurs aiment cette page :