Archive by Author

Ha! Les fraises et les framboises!

4 Août

J’aime l’été. En fait j’adore l’été, et ce, pour plusieurs raisons. La première est certainement de ne pas avoir à déneiger quoi que ce soit. La seconde, c’est la baignade. Nager dans l’eau. Tout le temps. Partout. Enfin, et celle-là me fait réaliser que ma véritable saison préférée est peut être l’automne: la saison des récoltes. Si l’automne amène son lot de délicieux légumes à ramasser, l’été, c’est la saison des petits fruits. Grande gourmande et aventurière à mes heures, j’ai eu le plaisir de m’adonner à l’auto-cueillette des bleuets et des framboises cette semaine. J’ai appris PLEIN de choses.

Capture d’écran 2016-08-03 à 14.19.49

❤  Plusieurs agriculteurs permettent au grand public d’aller faire l’auto-cueillette des petits fruits. J’ai eu le plaisir de visiter les terres de Au pays des petits fruits, à Mirabel, avec mes copines Cynthia et Geneviève. J’ai été surprise de constater à quel point il s’agissait d’une activité aussi agréable qu’accessible. Remplir un 2 litres de bleuets, et un second de framboises chacune, nous a pris environ 2 heures. Planifiez un peu plus de temps, si vous êtes avec des enfants ou si vous savez avoir une forte tendance à vous remplir la pence au même rythme que votre panier. 😉

«Un pour le panier, un pour moi! Une pour le panier, une poignée pour moi! »

Mes recommandations:
+ Amenez votre bouteille d’eau, pour bien vous hydrater.
+ Amenez un chapeau pour protéger votre tête du soleil.
+ Portez de la crème solaire! Durant la cueillette, vous serez à la merci des rayons!
+ Evitez les grandes heures d’ensoleillement: entre 12h00 et 14h00, il fait vraiment trop chaud.
+ Bien qu’il soit tentant d’amener Luigi, votre fidèle enfant canin dans les champs, n’oubliez pas que ces derniers ne sont pas admis. Il vaut mieux le laisser à la maison.

Capture d’écran 2016-08-03 à 14.20.00

❤ Enfin, saviez-vous que vous pourriez avoir un bleuetier à la maison? Les arbres à bleuets sur lesquels nous avons fait la récolte étaient dans des pots! Par contre, ces dernier auront besoin d’entrer en dormance durant l’hiver.  La solution est donc de les laisser à l’extérieur, et de les abrier avec une toile de tissus géothermique, à l’automne. Clairement un projet de balcon pour moi cette année!

Psst! N’oubliez pas de protéger vos plans d’un filet ou d’un grillage, sans quoi les écureuils et les oiseaux se délecteront de votre butin, à votre place! HA!

 

Capture d’écran 2016-08-03 à 14.20.13

Sincèrement, nous avons toutes les trois eu beaucoup de plaisir. En plus de revenir à la maison avec un butin gourmand, la cueillette permet de relaxer et de reconnecter avec la nature. Une très belle activité à faire en famille. Pour les bleuets, vous avez jusqu’à la fin du mois d’août. Pour les fraises et les framboises d’automne, vous avez jusqu’à la fin septembre.  À vos bras, prêts? Cueillez!

Amour et petits fruits sucrés!

Véro

Publicités

Article commun d’août: Nos livres québécois préférés – Édition 2016

2 Août

Le 12 août est une date sacrée pour les Rockalouves: celle de l’événement Le 12 août, j’achète un livre québécois! Juste assez à l’avance pour que vous ayez le temps de faire vos choix, voici une liste des livres québécois que nous avons adorés ou qu’on a ajoutés à notre Pile À Lire (communément appelée PAL). Bonne lecture! 🙂

 

Véronique: Depuis que je suis toute petite, j’ai toujours eu une grande attirance pour les belles choses. J’aime être entourée de beaux objets. J’aime l’histoire des objets, leur bagage! J’aime les couleurs, les paillettes, le brillant. J’aime que ma maison ait une vibe enjouée et positive. Toujours à la recherche de nouvelles inspirations, j’ai craqué pour le livre 300 trucs pour une déco parfaitement imparfaite de Damask et Dentelle dernièrement… Bon sang, je ne regrette pas mon achat! Un livre dynamique, beau, efficace, comme je les aime. Et que dire du talent de l’auteure, Vanessa Sicotte, qui anime présentement Marché Conclu!, une émission dans laquelle elle restaure et donne une nouvelle vie à des objets de seconde main. Je suis fan! 🙂

 

Crédit photo: Compte Instagram de Damask et Dentelle

Crédit photo: Compte Instagram de Damask et Dentelle

Anne-Sophie: Quoi de mieux qu’un bon roman? Un bon roman inspiré de faits réels. À ce titre, La Femme qui fuit, d’Anaïs Barbeau-Lavalette, me semble particulièrement prometteur. L’auteure explore la vie de sa grand-mère Suzanne Meloche, signataire du Refus global et épouse du peintre Marcel Barbeau, ayant abandonné ses enfants lorsqu’ils étaient très jeunes, dans un récit sensible et efficace, dit-on. Je ne l’ai pas encore lu, mais ça semble un incontournable! 😉

Lisa Marie: Je ne suis pas très à jour dans la littérature québécoise, mais il n’y a pas si longtemps, j’ai relu toute la série Maud Graham par Chrystine Brouillet. Je lis ses romans depuis que je suis petite (elle écrivait pour la Courte Echelle, vous vous rappelez?) et je l’ai suivie en grandissant. En plus, il y a toujours des chats dans ses histoires! 🙂

Andrée-Anne : J’aime les romans qui me permettent de voyager entre deux voyages que je fais «dans la vraie vie». C’est pourquoi j’ai eu un gros coup de coeur pour le premier roman adulte de Marie Demers : In Between. On suit Ariane, jeune adulte qui vit difficilement le décès subit de son père et qui décide de s’en aller loin, de prendre une pause de la vie. On embarque avec elle direction l’Argentine, le Cap-Vert, l’Inde et l’Irlande, pour ne nommer que ces destinations. En quelque part, je pense que nous avons tous déjà eu le goût de tout laisser derrière soi pour essayer de se reconstruire… ou de se construire tout simplement 🙂

Vanessa: Je me suis découvert, il y a de cela quelques années, une profonde, très profonde, attirance envers les bandes dessinées québécoises. Une série a particulièrement attiré mon attention, d’abord pour son contenant et par la suite pour son contenu, bien sûr. La série Paul du bédéiste Michel Rabagliati a su occuper plusieurs de mes journées, de façon entière (je veux dire, j’en traînais une dans ma grosse sacoche!). Bourrée de situations réalistes et de faits historiques, la série nous envoûte en nous amenant carrément à vivre en symbiose avec les personnages. Un must, si vous ne l’avez pas déjà dévorée! 😉

 

PaulàQuébec

Paul à Québec – Michel Rabagliati

Laurie : L’an dernier, pour cette fête du livre québécois, je m’étais procuré Six degrés de liberté de Nicolas Dickner. Et je ne fus pas déçue! Sincèrement, l’oeuvre est complète et complexe, mais je l’ai quand même dévorée. Évidemment, ça nous sort illico de la chicklit (que j’apprécie aussi à l’occasion), mais ça vaut le coup. Une histoire de conteneurs, d’inventions, de non-dits et d’enquête. Bref, je reste vague, à vous de le lire!

Voilà! On espère que nos propositions vous plaisent et vous inspirent. Le Québec regorge d’auteurs talentueux. À nous de célébrer ce talent, le 12 août prochain!

Bonne lecture les lou-loups!

Vos louves

3 trucs qui m’ont aidé à me débarrasser de mon acné.

8 Juil

Salut la compagnie! C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai réalisé cette semaine que, depuis deux mois, je n’ai presque plus d’acné au visage, YAY! Pour le commun des mortels, ça peut sembler anodin, mais pour n’importe quelle personne ayant connu ce genre de problème, c’est une GRANDE VICTOIRE! Parce que j’aime partager et que je souhaite sincèrement pouvoir aider d’autres personnes qui ont à dealer avec le problème, voici quelques les quelques trucs qui ont fait LA différence pour ma peau.

Mais avant, voici un vidéo très puissant qui témoigne très bien de comment on peut se sentir quand on est aux prises avec l’acné d’adulte.

 

EXIT LE STRESS / ÉCOUTER SON COEUR:

La première leçon que j’ai retenue de ma crise d’acné de l’hiver dernier, c’est qu’il ne faut pas sous-estimer l’impact du stress sur notre peau. À l’époque, je lançais mon entreprise et j’apprenais à connaître mes limites, au niveau professionnel. Ce que j’ai envie de vous dire réellement, c’est que quand une situation devient stressante au point de faire des boutons, il ne faut pas hésiter et faire des changements. C’est ce que j’ai fait, en mettant certaines situations au clair ou en mettant un terme à certains contrats.

 

UNE RIGUEUR DIGNE D’UN ENTRAÎNEMENT MILITAIRE:
Ça peut sembler évident, mais comme on n’est que des humains, je le répète: respecter une routine de façon stricte fait TOUTE la différence dans la guerre contre l’acné. La routine qui m’a aidé à prendre le dessus est la suivante:

➔ Matin:
– Nettoyage et hydratation avec la gamme CALM de Arbonne
– Crème antibiotique topique (prescrite par mon le dermatologue adoré)

➔ Soir:
– Nettoyage avec ma divine Clarisonic (qui a vraiment changé ma vie), même savon que le matin
– Crème au Peroxyde de Benzoyle (toujours sous prescription)

➔ Une fois par semaine:
– Exfoliation au café (café moulu + huile d’olive)
– Le Thérapeutic Sulfur Mask par Tomas Roth (s’il y a UN SEUL masque qu’il faut vous procurer, c’est bien cette petite merveille!)

La clé, c’est d’être rigoureuse et de respecter sa routine! Promis, vos efforts porteront fruit!
FAIRE APPEL À UN EXPERT (et sa chimie):
Faire appel à un dermatologue a été un élément décisif dans mon processus de «guérison». Comme la situation pressait (les cicatrices commençaient à être vilaines), j’ai décidé de faire affaire avec une clinique privée. Je n’ai jamais regretté mon choix: des suivis constants et adéquats et un service  attentionné (genre pas l’impression de déranger parce que tsé, c’est yink des boutons).

En ce qui concerne les produits utilisés, je dois avouer que j’ai tendance à préférer tout ce qui est simple et naturel. Mais j’ai pour mon dire que quand on a besoin d’aide, il faut se laisser aider. Avec l’impact que ça avait sur ma vie personnelle et professionnelle, bouder les antibiotiques aurait été pour ma part vraiment stupide. À vous de voir et de faire le rapport risques- bénéfices. 😉

ENFIN:

Ma petite face de fille qui sort de la douche et qui aime les fleurs, 4 mois après avoir terminé les antibiotiques, et après 7 mois d'application d'une routine stricte.

Ma petite face de fille qui sort de la douche et qui aime les fleurs, 4 mois après avoir terminé les antibiotiques, et après 7 mois d’application d’une routine stricte.

Quand on parle d’acné, il n’y a pas de solution miracle. On a tous des corps, des personnalités et des contextes différents. Néanmoins, une bonne consultation avec un spécialiste pourrait vous éclairer et vous aider à prendre les bonnes décisions. Je le recommande vivement, moi, ça m’a permis de ne plus craindre le regard des autres et de vivre chaque seconde le coeur léger.

En espérant en avoir encouragé quelques uns/unes!
De tout mon coeur de louve, COURAGE!
xxxxx

Véro

Article commun de juin – Ode à nos papas

2 Juin

On entend souvent dire qu’un papa est le premier GRAND amour de sa fille. Après concertation, les louves de la meute vous confirment que oui.  Voici, en ce mois de la fête des Pères, notre ode à ces hommes, qui représentent beaucoup pour nous. ❤

Capture d’écran 2016-05-30 à 12.29.04

Andrée-Anne : Il n’y a pas une semaine qui passe sans que j’appelle mon père pour un conseil. «Papa, le garagiste dit que je dois changer tel machin, est-ce que je me fais avoir?» «Papa, je veux changer d’assureur, que penses-tu de telle compagnie?» Mon père, il sait tout. Et quand il ne sait pas, il peut bouger des montagnes pour trouver des réponses. Plus je grandis, plus je prends conscience de la sensibilité et de la belle vulnérabilité de mon papa. Plus je vieillis, plus je le trouve fort et formidable. Et moins je peux me passer de lui.  🙂

Laurie : Mon père c’est le plus fort (mais aussi le plus grognon et le plus ingénieux). À l’été 1995 et 1996, mon Papadou a fait ce que tout bon papa doit faire dans sa carrière de père : il m’apprenait à monter à vélo. Ceci dit, sa petite dernière ne fut pas de tout repos, elle était bien motivée et déterminée, mais carrément poche en équilibre. Il est revenu, plusieurs soirs par semaine, pousser sa jeune Laurie dans le dos jusqu’à ce qu’elle comprenne comment fonctionnait un vélo (non sans genoux en sang par contre). Dear Papa, je t’aime, merci pour ta main dans le dos quand j’en avais besoin, depuis 26 ans.

 

Sarah : Personne ne peut remplacer mon papounet, mon idole. J’ai beaucoup de souvenirs avec lui, mais ce qui me vient en tête est inévitablement lorsque j’allais « travailler avec lui » Mon père est journaliste à la radio depuis près de 40 ans et il m’amenait sur les lieux des accidents, des feux, enregistrer des annonces, me faire des cassettes avec les hits des années 90. Aller au bureau de papa, c’était cool, et encore aujourd’hui, quand j’ai la chance d’être en Beauce et de le saluer derrière le micro à 6 h 30 le matin, je suis vraiment fière. Papou, merci d’avoir partagé avec moi ton amour pour les communications. Il y a un peu, beaucoup de toi en moi. xx

 

91cb6415718f463ec5fb681f2ebb01c6

 

Anne-Sophie: Durant la majorité de ma vie, mon père a travaillé de nuit, et souvent à Noël. Ce qui m’a marqué de ces Noëls, ce ne sont pas ses absences, mais la possibilité rare et précieuse que j’avais d’entrer dans sa bulle, de le regarder se préparer, et surtout… de le voir se parfumer. Je ne sais pas combien de fois j’ai senti son Cool Water le soir de Noël, mais chaque fois qu’il s’en met une shot pour sortir, je repense à ces 24 décembre, et ça me rend heureuse. Merci papa pour ces petits moments, et tous les autres, et pour ce modèle atypique que tu es, avec ta passion de la lecture et ton horaire à l’envers, qui m’a montré très jeune qu’il n’y a pas qu’une seule manière de faire sa vie. Ça, ça n’a pas de prix.

 

Michèle : Mon papa, c’est un comique malgré lui parce qu’il est hyper lunatique. Je ne retiens pas du voisin. 😉 Ça donne lieu à toutes sortes de situations cocasses, et on aime le taquiner pour ça. Lorsque j’étais adolescente, il était celui qui venait me chercher ainsi que toutes mes copines tard le soir lors d’une fête, et maintenant il est celui qui me montre comment changer mes lumières encastrées. Il est toujours présent, disponible, prêt à tout pour me faciliter la vie et m’encourager dans mes projets. J’adore prendre un verre ou manger un bon repas avec mon père et philosopher sur la vie. Avoir un tel papa à mes côtés m’a donné une force et une confiance en moi inébranlable, j’en suis certaine.

 

Vanessa : Mon papa, c’est pas juste le meilleur à mes yeux mais un être doté de la plus grande ressource de cartes routières au monde, de la plus belle archive musicale, de l’inventaire le plus grand de jeux anodins au monde du type “t’as 15 secondes pour me trouver qui chante quoi, en quelle année et ce qu’il portait”, du caractère le plus dur et droit, mais probablement le plus doux et indulgent quand il s’agit d’être fière de sa “pride and joy” ou de devoir mettre du gaz dans son véhicule, devant chez lui, parce sa fille ne voulait pas avoir froid à la station service, de l’association goût-mémoire la plus développée, de la plus belle collection de pantoufles-souliers, mais surtout de la plus grande ressource inépuisable d’amour inconditionnel et ça, c’est mon papa.

7c799d698a3d18d0c7f6ca91546f2522

Voilà qui place la barre très haute pour les jeunes papas et ceux du futur. 😉
On vous souhaite de passer une fête des Père remplie d’amour!

Vos Louves

5 choses à savoir avant d’utiliser la Diva Cup

12 Mai

Ma planète, je l’aime. C’est l’une des principales raisons qui m’a poussé à faire le saut et d’utiliser la fameuse Diva Cup. Saviez-vous qu’une femme est en moyenne menstruée 520 fois dans sa vie? En tout, ça représente entre 10 000 et 15 000 produits hygiéniques, qui prennent environ 85 ans à se dégrader, par femme! Avouez que ça porte à réfléchir…

 

Capture d’écran 2016-05-09 à 22.24.26

 

Revenons à nos mouton. La Diva Cup.
Wow. Juste WOW. Une révolution. En plus d’être écologique, c’est beaucoup plus confortable et pratique que les tampons et les serviettes hygiéniques. Par contre, ça demande vraiment un temps d’adaptation. Après 6 mois de test, j’ai décidé de dresser une liste des cinq choses dont on entend un peu moins parler par rapport au Diva Cup, mais que j’aurais aimé me faire dire, avant de commencer! 😉

1) Il y a des tailles de Diva Cup

Ce n’est pas parce que vous n’avez pas accouché que la taille 1 (la plus petite) vous convient. Pour choisir votre coupe, je recommande plutôt de vous fier à la taille de tampons que vous utilisez habituellement.

+ Léger à régulier – Taille A
+ Super et super plus – Taille B

Je trouve ça beaucoup plus logique, notamment parce que le flux menstruel a un impact direct sur la taille de coupe dont vous avez besoin. Néanmoins, la méthode n’est pas infaillible, et aucune femme n’est faite de la même façon, il se peut que vous sentiez que vous avez besoin de plus grand, de plus petit, ou d’une autre forme. Un moooonde de possibilités s’ouvre à vous! 

2) Vous allez avoir des fuites.

Il ne faut pas se leurrer : installer une petite coupe en silicone dans son vagin n’est pas aussi facile que ça peut paraître. J’vous le dis, ça donne presque l’impression de redécouvrir son corps, haha! La bonne nouvelle, c’est qu’on s’habitue et qu’on finit même par devenir bonne! Mais attendez-vous à avoir des fuites au début.

Capture d’écran 2016-05-09 à 22.11.33

 

3) Il FAUT couper la petite tige.

Parce que sinon, ouch. N’essayez surtout pas de vous assoir sans l’avoir coupé. Ou de faire du vélo. Je suis sérieuse. De rien.

4) Une fois bien en place, vous aurez toujours l’impression qu’il y a fuite.

Je vous rassure, ce n’est qu’une impression. C’est le sang, qui s’accumule dans la coupe. C’est un peu agaçant au début, mais je vous jure que l’on s’habitue! Et au passage, il peut arriver de vous pincer avec le Diva Cup, en l’insérant, si vous ne le tenez pas bien. Rien de douloureux, mais c’est un peu surprenant.

 

Capture d’écran 2016-05-09 à 22.36.18

5) Vous devez être prêtes à vous salir les mains.

Surtout durant la journée où le flux menstruel est plus abondant. Vous allez en avoir dans les mains, et en échapper sur vous, sur le plancher. Ne vous en faites pas, on devient très habile avec le temps!

BONUS! Faire brûler son Diva Cup en le faisant bouillir pour le stériliser arrive beaucoup plus vite que vous ne le pensez. Surtout si vous avez tendance à avoir la tête ailleurs. J’me suis déjà fait prendre. DEUX FOIS. Mettez un timer 🙂

Voilà! J’espère sincèrement ne pas vous avoir effrayé, car je pense que l’utilisation du Diva Cup est l’une des meilleures décisions prises à vie. Je le pense sincèrement. Par contre, comme je trouve ne pas avoir assez parlé des bénéfices dans cet article, je vous laisse donc en compagnie de la sympathique Justine, qui vous expliquera le tout de long en large!

Bon visionnement!

Véro
xx

 

Article commun mai – Ode à nos mamans

2 Mai

On accueille toujours le mois de mai avec un peu FULL d’excitation. Mai, c’est le retour du beau temps, du soleil et de la verdure. C’est aussi un mois avec un événement bien spécial: celui de la fête des Mères, le 8. Parce qu’elles sont fabuleuses, inspirantes et ont souvent fait passer nos besoins bien avant les leurs, on a décidé de vous parler de nos mamans dans cet article commun, et de leur rendre hommage.

💐

 

Crédit photo: Pinterest

Crédit photo: Pinterest

Véronique: Dans ma famille, les vacances ont toujours été synonyme de roadtrip. Je nous vois encore, assises dans la voiture pendant des heures, à chanter à tue-tête les grands classiques de Robert Charlebois et des Rolling Stones. Aujourd’hui, après avoir organisé moi-même ce genre de voyage, je réalise tout le travail que ça peut représenter, surtout pour une maman monoparentale. Merci ma belle mamounie, d’avoir été aussi généreuse avec Cassandre et moi. Vivement notre prochain roadtrip. Je t’aime.

Lisa Marie: Quand j’étais en secondaire 1, ma mère m’a proposée de l’accompagner à Cuba pour une semaine dans un tout-inclus. Non seulement je ratais de l’école, mais je prenais l’avion pour la première fois, et c’était la destination la plus exotique que je découvrais du haut de mes 12 ans. On a tellement eu de plaisir ensemble qu’on a renouvelé l’expérience quelques fois: à Cuba encore quelques fois, à Disney World, en Turquie… J’ai donc la chance d’avoir une mère qui est aussi une super partenaire de voyage, et j’attends le prochain avec impatience!

Crédit photo Pinterest

Crédit photo Pinterest

Camille: Ma mère est pigiste. Elle travaille sur un horaire contraire à celui de tout le monde (soir et fin de semaine). On ne la voyait que pour souper la semaine et le dimanche après-midi qu’elle a toujours réservé à sa famille. J’ai donc souvent l’impression d’avoir rencontré ma mère quand je suis entrée au Cégep. Avant, elle était une figure maternelle et depuis, elle est devenue une personne. Nous avons toujours eu une belle relation, mais maintenant je peux dire que je suis proche de ma mère, que je la connais et que je l’aime comme elle est. Plein d’amour pour toi mamanouska 🙂

Laurie : Tellement de beaux souvenirs avec mes petits parents. J’avais une maman qui travaillait fort et qui jumelait du mieux possible sa vie familiale et sa vie professionnelle. J’ai suivi des cours de violon pendant 12 ans et chaque fois, elle venait me reconduire, m’attendait patiemment (y’avait pas de iPad à l’époque) puis écoutait mes fausses notes. J’avais un examen annuel, pour voir si mes cours avançaient (tsé!) et tout de suite après, on allait sur la rue Maguire, notre préféré, pour magasiner dans une petite boutique de bijoux qui s’y trouvait. C’était ma récompense pour les efforts et je me rappelle de chacun de ces moments. Beaucoup d’amour à ma maman qui, mon dieu, règle toujours mes problèmes, à tous âges.

Anne-Sophie: Je pourrais compter mes souvenirs d’enfance sur les doigts d’une seule main. Pourtant, une chose qui me frappe, c’est la présence de ma mère. Une présence si familière, si discrète que je l’oublie presque, un peu comme on oublie la radio lorsqu’elle joue trop longtemps tout en appréciant la musique. Ma mère, ce n’est pas un souvenir précis. C’est un sentiment de sécurité, une voix rassurante au milieu de mes cauchemars, une présence infaillible tous les jours, tous les soirs, toutes les nuits. Merci, maman, parce qu’encore aujourd’hui, tu es là pour moi. Toujours. Et j’espère que tu sais que moi aussi, je suis là pour toi. Toujours.

Michèle: À chacune de ses visites chez moi, ma maman débarque avec une glacière pleine de bonnes choses réconfortantes ou de nouvelles plantes parce que les miennes finissent toujours par mourir 😉 C’est ma mère: généreuse, dévouée, aux petits soins. Toujours là pour me soutenir, m’écouter sans jugement, et ce malgré les années qui passent. Elle agit ainsi avec ses trois enfants, ce que je trouve absolument admirable. J’ai toujours un sourire aux lèvres quand je reçois un message Facebook de sa part qui débute par “Coucou mimi” ou “Bonjour ma belle”. Je t’aime xxx

Crédit photo Pinterest

Crédit photo Pinterest

 

Sarah : Ma mère est toujours là pour moi. Elle voit tout et ressent tout ce que je peux vivre en dedans. Il serait faux de dire qu’on s’entend toujours bien, mais l’important est qu’on s’aime tellement et on se le dit souvent. Enfant, c’était la même chose, toujours à l’écoute et trop généreuse. Ensemble, on partage notre amour pour le magasinage et c’est l’un des souvenirs mère/fille qui nous rassemble. Mom, je sais que tu vas lire ce texte sans que je t’en parle, car tu es aussi curieuse et mémère que moi. J’ai du Lessard dans le corps tsé! xx

Andrée-Anne: J’ai eu 10 opérations dans ma vie. 10 fois, on m’a endormit pour me jouer dans le corps afin que celui-ci aille un p’tit peu mieux. Les 10 fois, ma mère me tenait la main jusqu’à la salle d’opération et elle était la première personne que je voyais à mon réveil. Ma mère est probablement la femme la plus forte que je connaisse. Jamais elle ne m’a montré qu’elle avait peur. Jamais elle ne m’a laissé tomber. Je ne le comprenais pas à l’époque, mais aujourd’hui, je réalise les sacrifices qu’elle a fait pour m’aider à devenir la femme que je suis. Pour cet amour inconditionnel et cette grande force qu’elle m’a transmise, je lui serai redevable éternellement. Je t’aime mamacita!

Une petite larme de versée? Voilà ce qui arrive en moment de surdose d’amour! 😉 Pour la fête des Mères, et toutes les autres journées, on vous en souhaite une brouette d’amour, chères mamans adorées!

xxxx

Les louves

DIY – Poignée de cuir!

7 Avr

Il ne sert à rien de tenter de résister: au printemps, on a besoin de changement! Toute ma vie, c’est en termes de vêtements que j’ai trouvé mon compte, quand j’avais besoin de nouveauté. Depuis que je suis une adulte (oui-oui j’vous jure), c’est la déco qui y passe!

Vous connaissez probablement déjà ma passion ardente pour les projets DIY ainsi que les vieux meubles! Aujourd’hui, je propose une idée facile, économique et très efficace pour pimper ce vieux meuble que vous adorez, mais dont les poignées vous font grincer des dents.


L’inspiration

C’est sur Pinterest que l’idée m’est apparue. Déprimée à l’idée d’avoir à regarder les poignées de mon vieux meuble ne serait-ce que quelques minutes de plus (j’exagère à peine), je suis tombée sur ces images. Il ne m’en fallait pas plus pour être conquise!

Ce dont vous aurez besoin

+ Une vieille ceinture de cuir véritable, que vous ne portez plus
+ Des vices à tête hexagonale (full plus sexé)
+ De la peinture dorée
+ Une perceuse
+ Des pinces longues
+ Des vis et des boulons 

 

Au travail1

Fafa-bébé-lala – Crédit photo: Véro Ovando

 

Les étapes

+ Avec la peinture dorée en canette, aspergez uniquement la tête de vos vis. Assurez-vous d’être dans un endroit frais et aéré. Mettre deux couches. Attendre 1 heure entre les deux, puis 24 heures avant de les manipuler.
+ Ensuite, on mesure l’espace entre les deux vis des poignées précédentes, histoire de couper le cuir en bandelettes assez longues. Ajoutez 2 à 5 pouces à cet espace et ça devrait donner la longueur que doit avoir votre morceau de cuir.
+ Percez le cuir, à l’aide d’une perceuse ou d’un poinçon à cuir.
+ Donnez la forme que vous désirez aux embouts. J’ai personnellement opté pour un style pointu.
+ Installez le tout à l’aide de pinces longues.

Le résultat final

Rockalouves

WOW – Crédit photo: Véro Ovando

 

Pas pire pantoute hein? En plus, ça doit sérieusement m’avoir pris uniquement une heure et demie pour tout faire, en excluant l’attente pour le séchage de la peinture, évidemment.

Et vous, la folie du printemps vous a-t-elle aussi gagné-e-s? Quels sont vos projets de déco en cette saison de renaissance?

xxxxxx

Véro

Article commun : 3, 2, 1… SANTÉ!

1 Avr

Le 7 avril prochain est une date très spéciale: celle de la Journée mondiale de la santé! Pour souligner l’événement, on a envie de partager avec vous nos petits trucs, au quotidien, pour s’assurer de demeurer en bonne forme. Parce que tsé, le juicing, c’est ben cool… mais ça a ses limites! 😉

Bonne lecture!

❤ Véronique : J’aime le sport. En fait, je dirais même que j’adore le sport. Par contre, malgré toute ma bonne volonté, je n’arrive pas toujours à glisser mes séances de dégourdissage de pattes dans mon horaire chargé : toutes les excuses sont bonnes pour remettre un entraînement, right? Mon truc, pour contrer ce petit problème, c’est de planifier mes séances à l’avance et d’y inviter une copine. Simple, mais drôlement efficace: la procrastination est beaucoup moins tentante quand on sait que notre amie nous attend pour une petite course. En plus, ça rend mes entrainements tellement plus agréables! J’vous l’dis! L’essayer, c’est l’adopter!

 

giphy (11)

 

❤ Camille : Dans la vie, je suis zéro matinale. Donc, avec le temps, je me suis concocté une routine du matin qui me met dans un bon état d’esprit pour entamer le reste de la journée… du bon pied! Tout d’abord, j’ai téléchargé une application de cycle de sommeil qui me réveille au meilleur moment possible (le but ici est de réduire l’impression qu’on m’a arrachée de mon précieux dodo). Ensuite, je déjeune copieusement et je me prépare pour ma séance quotidienne de yoga!!! 30 minutes d’étirements et d’enchaînements de positions de yoga pour réveiller mon corps et réduire mon stress. Après, je fais quelques minutes de « méditation », où je fais juste fermer les yeux assise en indien sur mon matelas, installé en plein milieu de mon salon, et je me concentre sur ma respiration. Je vous le jure, depuis que je fais ça, j’ai non seulement plus d’énergie, mais je suis plus efficace et concentrée!

 

❤ Lisa Marie : J’ai un poids assez variable, et un goût pour le sucre permanent. J’avais pris du poids l’an dernier, trop d’excès de bouffe et pas assez de sport… En plus de me retrouver à l’étroit dans mes vêtements, je ne me sentais pas bien dans cet enrobage! En janvier, j’ai fait une diète protéinée (merci au gym de ma maman!) que j’ai suivie scrupuleusement sur une période de 40 jours. J’ai repris la course le midi au travail, un petit 5 km 2-3 fois par semaine, selon l’envie et la météo. Après 17 livres en moins et mon poids stabilisé, j’ai recommencé les écarts et les restos, mais je continue à faire relativement attention à la maison en mangeant plus de légumes, tout en coupant le gras et le sucre!

 

❤ Gabrielle : Je fais TOUJOURS mon lunch la veille pour être certaine d’avoir un bon dîner soutenant pour rester concentrée pendant la journée et éviter les grosses faims qui me pousseraient à trop manger en revenant à la maison. À force de le faire, c’est devenu une véritable partie de ma routine… et mes lunches font des jaloux au bureau!

giphy (10)

❤ Michèle : Mon mardi soir est consacré au gym. En y allant toujours le même soir, je m’assure d’avoir un souper rapide de prêt et de ne pas être disponible pour d’autres sorties. Avec le temps, je me suis rendu compte que ça me stressait d’y aller plus d’une fois par semaine; je me sentais mal quand je n’arrivais pas à y aller plus d’une fois et je me sentais mal quand je refusais certaines activités pour l’entraînement. Aussi, j’ai une petite routine d’exercices pour les abdos et les fesses avant le dodo, que j’arrive (presque) à faire tous les soirs. 😉

 

❤ Andrée-Anne : Eau, source de vie! On répète souvent qu’il faut boire huit verres d’eau par jour. Mais huit verres d’eau, ça ne veut rien dire pour moi. Je suis visuelle, je dois voir les huit verres d’eau devant moi pour comprendre tout le liquide que je dois ingurgiter. Et comme je me balade rarement (jamais!) avec huit verres d’eau pleins avec moi, j’ai calculé le nombre de verres d’eau qui entrent dans ma gourde dont je ne me sépare jamais. Je sais donc que chaque fois que je vide ma gourde, ce sont trois verres d’eau bus! Je m’arrange pour l’avoir toujours à portée de main, devant l’ordinateur comme durant les meetings. Rien ne peut donc m’empêcher de m’hydrater convenablement. 🙂

 

❤ Laurie : Depuis deux ans, j’ai fait de ma santé l’élément le plus important de ma vie, même si mes amis et ma famille diront que je suis toujours malade. Alors oui, c’est vrai, j’ai un poids qui varie, un rhume aux trois semaines et une maladie XYZ qui se pointe aux quelques mois. Pourtant, je m’entraîne, je mange sainement. Quel est le problème? La réponse : LE DODO. Je me suis rendu compte que j’avais besoin de plus de sommeil et d’un réveil en douceur et en bonne humeur. Dormir de 21h30 à 6h, pour aller m’entraîner de 6h30 à 7h30 trois fois par semaine, c’est ce que j’essaie de maintenir pour être au top de ma santé. 🙂

giphy (9)

 

❤ Karyan :J’ai lu une nouvelle tout dernièrement qui m’a marquée sur La Presse. En bref, monter des marches réduirait le vieillissement du cerveau. Donc, tous les jours pour me rendre au bureau, je boude l’ascenseur. Tel que dit dans l’article, gravir 15-20 marches seulement au quotidien aurait un impact. C’est un mini truc, mais dur de l’oublier! 🙂 Pour être en santé, il faut modifier ces petites habitudes banales une à la fois, car trop de changements en même temps, c’est décourageant!

Et voilà! On espère de tout coeur vous avoir inspiré-e-s à prendre soin de vous et de votre petite santé!

Sinon, avez-vous aussi des trucs ou de petites astuces pour demeurer au sommet de votre forme?

Bon printemps!
xxx

La meute

Ast*e d’acné

24 Mar

C’est drôle quand même: l’acné est un problème aussi commun qu’incompris. La semaine dernière, je suis tombée sur cette photo de Maripier Morin, le visage sans maquillage, assumant ses petites imperfections.

 

Pendant les 30 secondes qu’a duré la contemplation de ladite photo, j’ai eu envie de la serrer dans mes bras : premièrement pour la rassurer, parce que je la trouve très belle quand même… et pour la remercier. Avec les critères de beauté aujourd’hui exigés, surtout dans le domaine des communications et de la télévision, ça prend des couilles pour s’assumer ainsi. Bravo!

Et puis après, j’ai lu les commentaires. T%barn*k.

 

http://hollywoodpq.com/2016/03/18/maripier-morin-se-confie-sur-ses-problemes-dacne-a-eric-et-les-fantastiques-2/

Crédit photo: Maripier Morin – Éric et les fantastiques

«Du courage ? Moi je trouve que ça prend pas mal
plus d’estime de soi 
pour sortir dehors
que du courage… Rendu là c’est juste des boutons, c’est naturel.
»

– Signé, une personne qui ne fait visiblement pas d’acné et n’en a probablement jamais fait.

giphy (7)

 

Pas « easy as ABC »

Bon sang. Il y a tellement de choses à dire sur le sujet, qui m’est très sensible. J’aimerais commencer avec une question très simple : dicteriez ou jugeriez-vous la réaction et les comportements d’une personne qui développerait une forme sévère d’eczéma au visage? Pourquoi diantre tant de personnes, dont une très grande majorité NE SOUFFRANT PAS D’ACNÉ, se sentent-elles investies de la mission de nous dire comment on devrait dealer avec notre face de pizza? C’est inconcevable. Inacceptable. YO.

L’acné, parlons-en… mais pas n’importe comment!

On est tous là, à dealer ou à connaître au moins une personne qui deal avec un acné modéré à sévère au day to day… et la maladie demeure toujours aussi incomprise. Je pense qu’au même titre que le Zona, par exemple, elle gagnerait à être démystifiée. Enfin, n’oublions pas que l’acné est une condition médicale sérieuse sur laquelle seul un médecin spécialiste en dermatologie peut statuer. DE GRÂCE… cessons, chers-ères ami-e-s d’essayer d’aider les personnes acnéïques à trouver une solution miracle… L’acné n’arrive pas en une journée. Si la personne en face de vous a une vingtaine de boutons ou plus au visage, il y a de fortes chances qu’elle se lave déjà le visage 2 fois par jour avec un savon doux et ait entrepris des démarches pour régler le problème. Avec un spécialiste.

Merci, mais non merci. #FaitVécu

Moi pis mes boutons

Mon histoire à moi, c’est d’avoir toujours eu une légère tendance à faire de l’acné, et d’avoir assisté à une poussée massive de boutons, sur mon doux visage, à l’âge de 27 ans. Je ne sais pas ce qui est le pire : avoir des boutons à l’âge adulte ou à l’adolescence… Par contre, une chose est certaine, l’acné fait mal à l’estime de soi. Malgré mon front de boeuf et ma personnalité extravertie, j’ai préféré m’isoler. J’en ai même pleuré. D’incompréhension, de désespoir, de frustration. Et beaucoup.

Depuis quelques mois, la situation s’est beaucoup améliorée. Je suis présentement sous médication, histoire de bien me débarrasser de mon petit problème. J’essaie aussi quelques solutions alternatives. Dès que j’aurai réglé tout ça, promis, j’reviens vous emmerder, avec MA solution miracle! 😉

***

Psst! Je sais comment on peut se sentir insécure et incompris dans une telle situation. Je propose et recommande de suivre Cassandra Bankson sur Youtube, une jeune femme dynamique et inspirante, aux prises avec un acné sévère. Elle y partagent ses réflexions, trucs et expériences. Sa chaîne m’a aidé à comprendre beaucoup de choses et à me sentir moins démunie! J’espère qu’il en sera de même pour vous.

 

 

J’aimerais terminer cet article en soulignant que, si toutes les personnes sont différentes, une chose nous rassemble: personne n’aime se sentir jugé. On devrait avoir le droit de dealer avec l’acné, de la manière qui nous est naturelle et instinctive. Et puis, c’est déjà assez pénible comme ça! Partageons donc l’amour. ❤

Chocolat d’Pâques et vent de printemps,

Véro
xx

 

 

#MexicoLove – L’autre Cancun

23 Fév

S’il y a un avantage à être son propre boss, c’est bien la liberté de pouvoir choisir le moment et la durée de ses vacances! Encore faut-il bien être entouré, mais ça, ce sera le sujet d’un prochain billet. 😉 Toujours est-il que je reviens tout juste d’un agréable voyage à Cancun et j’ai envie de vous partager mon expérience!

Si vous nous suivez depuis un moment déjà, vous saurez que je suis de ceux qui aiment les voyages différents. Les formules tout inclus des grands hôtels étant complètement contre nos valeurs, le lover et moi-même avons choisi de vivre la vraie vie de Cancun, avec les locaux.

Il faut être un peu aventureux, mais je vous assure que le jeu en vaut la chandelle: rien de tel pour prendre le pouls de la ville et de ses habitants!

 

Mexicolove6

Mexico Love – Crédit photo: Jimmy St-Amand

Le transport – Mexican style

Nous avons longtemps hésité à nous louer une voiture avant notre départ et nous nous sommes félicités de ne pas l’avoir fait : le transport en commun est super bien organisé et rapide, et puis… avez-vous déjà entendu parler de la conduite mexicaine? Soyons gentils et disons simplement que c’est assez freestyle! 😉

Pour passer du centre-ville de Cancun à la zone des hôtels (là où se trouvent les plages et les touristes), vous pouvez prendre la R1 et la R2. Ces dernières passent littéralement TOUT LE TEMPS! Il vous en coutera 12 pesos par personne, et disons-le, l’expérience en vaut la peine. Pas certain de l’endroit où vous allez? Les chauffeurs sont généralement très aimables et se feront un plaisir de répondre à vos questions, même en anglais!

Astuce : lors de votre arrivée à l’aéroport et lors de votre départ, choisissez de prendre les autobus ADO plutôt que les taxis. Il s’agit d’autobus à la Orléan Express, qui font le trajet pour le quart du prix des taxis (140 pesos vs 650 pesos).

 

mexicolove7

Même en roulant LES PORTES OUVERTES, y fait chaud! – Crédit photo: Jimmy St-Amand

Manger & boire

Même si la bouffe mexicaine semble – et est – délicieuse, je recommande chaudement de porter une attention particulière aux endroits que vous choisissez pour manger et aux choix de plats. Une seule et très très bonne raison: la tou-ris-ta. Ha, et j’espère que vous aimez les tacos, la purée de bines et les avocats!

De grâce, ne buvez pas l’eau du Mexique et achetez des bouteilles d’eau à l’épicerie. En fait, la seule eau qui est considérée comme « sécuritaire », au Mexique, c’est la Corona. 😉 Enfin, si vous êtes comme mon lover et moi et que vous adorez la téquila, je vous recommande de faire une dégustation guidée! L’alcool est beaucoup moins cher au Mexique, alors profitez-en pour vous ramener quelques bouteilles de téquila de luxe!

Magasiner

Pour le shopping classique, c’est à la Plaza America qu’il faut aller. C’est un centre d’achat classique, je ne m’étirerai donc pas sur le sujet. 😉

❤ Par contre, j’ai eu un grand coup de cœur pour le Mercado 28! Il s’agit d’un marché aux puces où vous pourrez vous procurer des vêtements traditionnels, des souvenirs et des pièces artisanales pour le quart du prix proposé à la zone hôtelière. J’ai tout simplement adoré! Je recommande chaudement. Par contre, soyez prêts à négocier!

 

Mexico Love

Market 28 / Mercado 28 – Crédit photo: Jimmy St-Amand

3 choses à ne pas manquer

+ À la découverte des Mayas : Je suis une AMOUREUSE d’histoire et d’archéologie. L’un des moments phare de mon voyage a été la visite de Xchen Itza, un ancien site Maya. Saviez-vous que les Mayas pratiquaient le sacrifice humain? Saviez-vous qu’ils ont inventé le papier pratiquement en même temps que les Chinois (sans communication)? Une visite très intéressante que je recommande grandement!

+ XPLOR : Il s’agit de l’une des activités que propose l’agence Xcaret. C’est un parc d’amusement pour adulte. On y retrouve, entre autre, des tyroliennes de 4 km qui vous feront découvrir la nature mexicaine d’un autre angle, vous feront passer dans des rideaux d’eau et vous propulseront dans un grand bassin d’eau, en finale. J’ai beaucoup aimé! Par contre, même si le repas est inclus, c’est un peu cher : 150$ canadiens par personne.

+ La playa : Quoi? Parler de la plage dans le top des activités? OUI! La tendre moité et moi-même ne sommes pas fous de la plage et du bronzage, même si nous A-DO-RONS jouer dans l’eau. Nous y avons passé un après-midi et nous avons bien aimé. Ce qu’il faut savoir : la plage est libre d’accès et gratuite. Vous y trouverez, à tous les 2 km, des endroits pour aller aux toilettes et vous changer. Par contre, ces lieux sont ouverts aux heures commerciales (pas le soir). Enfin, vous pouvez y manger et boire ce que vous voulez, mais pas le droit aux bouteilles de verre. That’s it! Pas mal hein?

 

mexicolove5

Xchen Itza – Crédit photo: Jimmy St-Amand

Mon coup de cœur : Isla Mujeres (l’île des femmes)

Tout ça pour en arriver à mon coup de cœur du voyage : notre visite à l’île des femmes! Les Mayas ont sacré le lieu à la gloire de Ixchel (sur la photo ci-bas), la déesse de la lune et de la fécondité.

Au centre-ville de l’île, vous trouverez tout ce dont on peut rêver pour relaxer et s’amuser : des boutique colorées, des bons restaurants, la plage, etc. Toutefois, il est possible de louer une petite voiturette de golf (oui-oui), à bord de laquelle vous pourrez vous rendre dans les parties moins touristiques, où habitent les mexicains. Nous avons même eu le privilège de visiter un magnifique cimetière. Tant d’amour et de couleurs : un lieu fabuleux et sacré qui nourrit encore aujourd’hui mes réflexions.

 

mexicolove4

Isla Mujeres – Crédit photo: Jimmy St-Amand

 

Eh oui, déjà terminé!
Cancun est une ville très inspirante qui a tellement plus à offrir que les chaises longues des grands hôtels. J’ai absolument adoré mon voyage et j’espère vous avoir donné envie d’aller y faire un tour. Cerise sur le gâteau, les mexicains sont vraiment très aimables.

Hasta Luego!

VéroniLo(u)ve
xxx

 

Article commun – spécial love: nos pires dates EVER!

2 Fév

Ahh l’amour… la recherche du Grand Amour… Comme le mariage, ça peut être pour le meilleur et pour le pire ! Pour le mois de l’amour, nous avons décidé de vous raconter… NOS PIRES DATES ! Allez vous chercher du popcorn et préparez-vous à rire.

Bonne lecture! 😉

❤ Anne-Sophie: Ce n’était pas vraiment une date. Ça faisait environ un mois ou deux que je sortais avec le gars. Ce matin-là, je sors mon souper à décongeler, mais il m’arrête: « Nononon, sors rien pour souper, je vais t’en faire, moi! » J’étais plus que sceptique, parce que je ne l’avais jamais vu cuisiner. J’accepte finalement de mauvaise grâce, me disant que ce sera au moins une occasion de ne pas faire à manger. En fin de compte, quand l’heure du souper est arrivée, il n’avait plus envie de cuisiner alors il m’a emmenée au McDo! Sans payer mon repas! Quel manque de classe, quand même… Pas besoin de vous dire que ça a été la dernière fois que je l’ai laissé « m’inviter » à souper.

 

Ho no!

 

❤ Laurie: Il était une fois, une ancienne date qui m’écrit en pleine nuit, trop chaud pour vivre. Le lendemain matin, il m’appelle pour s’excuser et m’invite à déjeuner. C’est juste que je ne savais pas qu’il allait m’emmener déjeuner chez Québec Broue… #wow »

WHAT?

❤ Michèle: Je choisis l’endroit, un petit bar sympa au Centre-ville où je vais souvent. Il trouve que ça pue et que les gens sont bizarres… On commande deux bières que la serveuse nous fait payer immédiatement.

Serveuse: Ce sera une ou deux factures?
Lui (très fort): DEUX!

Que tu ne veuilles pas payer mon verre, c’est bien correct. Que tu le clames haut et fort, c’tun peu gênant. Il sort ensuite une poignée de change de sa poche et l’étale sur la table. Il se met à compter la monnaie pour payer sa bière. La serveuse et moi échangeons un petit regard gêné. La suite est une discussion où il déteste apparemment tout ce que j’aime et vice versa.

Quelques jours plus tard, par texto:
Lui: Oserais-tu venir au spa avec moi?
Moi: …(really le spa!) Non écoute, je préférerais qu’on en reste là.
Lui: Je comprends, je ne peux pas plaire à toutes.

…fin de l’histoire 😉

NERVER!

 

❤ Stéphanie: J’ai été plutôt chanceuse en terme de date jusqu’à maintenant. Certains m’ont fait découvrir des parcs avec un verre de champagne à la main et un fromage fin dans l’autre. D’autres m’ont invité dans les meilleurs restaurants de Québec sans que je n’aie une cenne à débourser (limite très gênant en voyant la facture à la fin ). Par contre, ma pire date en est pas vraiment une puisque j’étais en couple avec ledit homme.

Le soir de mon anniversaire, il m’invite au restaurant pour célébrer. À la fin de souper, il lève son verre pour faire un petit cheer’s et me dit textuellement : «J’espère que tu es consciente que tu es chanceuse que je sois avec toi ce soir puisque j’ai vraiment d’autres choses à faire.» ET IL NE PLAISANTAIT PAS. Je vous rappelle que c’est le soir de mon anniversaire. Pas besoin de vous mentionner que je me suis levé et que j’ai quitté à ce moment-là.

O M G

❤ Lisa Marie: C’était ma première date trouvée avec un site de rencontre. Avec son (unique) photo, le mec en question avait l’air normal, ni moche ni canon. On se retrouve le soir devant un pub. Première impression : un peu petit, pour le reste il fait noir. Une fois les salutations faites, merde il zézaye. Une fois à l’intérieur… plutôt très moyen physiquement mais allez, y’a toujours moyen de passer une soirée sympa. On prend un verre au bar en attendant une table : enfin, je prends une vodka, lui prend un Sprite. Ah oui, il ne boit pas d’alcool… On nous trouve une table, il enlève sa veste : chemise dans le pantalon bien haut, le cliché geek ! Le comble : gros manque de sujets de conversation, il faut que je me démène pour éviter le malaise du silence. Je ne l’ai pas revu et j’ai quitté le site le lendemain !

 

❤ Véronique: C’est drôle parce que, à la base, ma date avait juste trop bien commencée: mon amoureux et moi célébrions nos 4 ans de couple et, pour l’occasion, il avait décidé de me surprendre en nous réservant un séjour hôtel/spa. La première journée a été absolument géniale. C’est en soirée, que ça s’est un peu gâché, quand, en voulant faire le tour des bains chauds, je suis tombé sur pas un mais DEUX couples en trin de plouplou. Dans l’eau. La même dans laquelle je baignais. DEPUIS 30 MINUTES.

Qu’on s’entende, moi aussi j’aime faire l’amour. Pis je trouve ça bien cool des humains qui s’aiment. Mais dans un bain chaud PARTAGÉ, en public, je trouve ça irrespectueux. Gardez vos fluides chez vous, les chums!

Bref, j’ai rejoint la tendre moitié, on est sortis. Je n’y suis plus retournée du séjour. Huhuhuhuhuhuhu!

NENON!
Voilà qui termine notre article commun! Même si elles ne sont pas toujours très cool à vivre sur le coup, il faut avouer que les mauvaises dates font de bien meilleures histoires à raconter! 😉

Bon mois de l’amour!
xxxx

Vos Rockalo(u)ves

Vos vêtements vintages… ajustés SUR MESURE!

29 Oct

La mode – La mode – La mode…

À l’aube de mes 27 ans, je dois avouer que je ne sais pas toujours exactement ce que je veux. Par contre, je commence à savoir ce que je ne veux plus. À l’aube de mes 27 ans, je sais que j’adore la mode. Je sais aussi que je n’ai plus envie de surconsommer et que j’aime avoir des vêtements de qualité, qui vont durer et qui ont une histoire.

Vintage Love - Pinterest

Vintage Love – Pinterest

Vous connaissez tous déjà mon amour pour le vintage et les veilles choses. Le problème avec le pré-loved, c’est qu’il est très rarement possible de pouvoir choisir sa taille! Les vêtements trop longs, trop petits ou trop amples font donc légion! Ma solution? La retouche sur mesure!

Avant / Après - Manteau modifié par Lise-Marie Cayer

Avant / Après – Manteau félin raccourci et modifié par Lise-Marie Cayer

 

Quelques pensées-pièges à éviter…

+ Oui… mais ça doit être cher: Dans les faits, le prix dépend de la personne avec qui vous travaillez et de l’envergure du projet. Avec l’expérience, j’ai compris qu’il vaut mieux payer une couturière expérimentée, dont le taux horaire peut être plus élevé, mais qui fait le travail beaucoup plus rapidement et sans erreur… Après tout, votre pièce vintage est probablement unique!

+ Ça ne vaut pas la peine: Déterminer si un vêtement pré-loved vaut la peine d’être ajusté n’est pas une mince affaire. Mon truc ultime pour valider le tout? REGARDER LES ÉTIQUETTES! Sérieusement, au delà de vous indiquer la marque du morceau, les étiquettes vous informeront de la provenance du produit, de la composition des tissus et peuvent vous donner un indice sur l’âge du vêtement. Ensuite, il y a vos valeurs. Consommer local et seconde-main est, pour moi, une priorité. Et tout ça, sans parler du fait qu’en plus d’être écologique, ce choix est souvent très économique!

+ Je n’ai pas confiance: WOW, vous venez tout juste de trouver une robe Denis Gagnon seconde main… qui aurait par contre besoin d’un petit ajustement? À qui la confier? Je vous présente Lise-Marie Cayer! Designer, consultante en gestion de production et styliste à ses heures, la créatrice possède des années d’expérience en confection! Suite à une restructuration professionnelle, Lise-Marie offre désormais un service de retouche et de création sur mesure. Quel bonheur!

Lise-Marie Cayer, en plein coeur de l'action, dans son atelier

Lise-Marie Cayer, en plein coeur de l’action, dans son atelier

Et mon expérience? J’ai ADORÉ! Avec Lise-Marie, j’ai eu l’impression d’accomplir un rêve de petite fille: imaginer quelque chose et la regarder le faire, sous mes yeux… Ce qui est génial, c’est qu’elle possède aussi un excellent sens du style. Pas certaine de la longueur à laquelle il faut couper le manteau? On laisse Lise-Marie nous guider! #FafaBébéLala

Manteau seconde main - Ajusté par Lise-Marie Cayer

RÉSULTAT: Manteau seconde main – Ajusté par Lise-Marie Cayer ( ce manteau a été raccourcit de 5 pouces et les manches, allongées de 5 centimètres).

 

 

 

Manteau félin - Ajusté par Lise-Marie Cayer

RÉSULTAT: Manteau félin de seconde main – Ajusté par Lise-Marie Cayer

 

Je peux vous assurer que ce projet de retouche n’est certainement pas le dernier. Dans un soucis de consommer local, j’ai même décidé de carrément refaire tout l’habillage de ma cuisine sur mesure par Lise-Marie. Promis, je vous tiens au courant des résultats! 😉

À l’amour, à bientôt!

Véronique
xx

Psssst! Allez donc liker la page Facebook de Lise-Marie! Vous pourrez ainsi voir défiler quelque uns de ses projets! 🙂

Porter sa beauté intérieure avec Julie Bessette. OUI!

19 Sep

Aujourd’hui, je vous présente une artiste envers laquelle j’éprouve de l’admiration. Mon premier contact avec elle fut lors d’une de ses livraisons, alors que j’étais étudiante et travaillais à l’atelier-boutique de Harricana. Je me souviens m’être dit à quel point je la trouvais lumineuse. Quelques années plus tard, j’ai la chance de travailler avec cette dernière. Inspirante, profonde, spirituelle, talentueuse, et cute (disons-le), voici Julie Bessette, en 4 questions.

Julie Bessette - Créatrice d'art portable

Julie Bessette – Créatrice d’art portable

Comment est née l’aventure Julie Bessette?

La marque Julie Bessette est née d’une envie envie de partager, de ses expériences de vie et d’un élan artistique. Depuis qu’elle est toute petite, il faut dire que Julie se démarque par son sens esthétique. Et puis, il y a eu les voyages en Inde et un peu plus tard, la maturité qu’apporte de devenir mère.

Capture d’écran 2015-09-16 à 10.27.44
Quelles sont tes inspirations quand tu crées une parure?

Pour Julie, l’inspiration émane souvent des objets eux-mêmes: chaque matériel a une présence unique. Le patrimoine ancestral des objets attirent aussi son intérêt. Elle choisit ainsi des matériaux et des matières portant une histoire ou ayant un fort potentiel de le faire. Julie aime les matériaux qui disent: « Ici, l’humain est passé! »

Création de Julie Bessette - Crédit photo Stephotographie

Création de Julie Bessette – Crédit photo Stephotographie

Quelle est ta ligne directrice pour ta collection d’automne?

Fidèle à l’ADN de la marque, la collection d’automne-hiver 2015-2016 est inspirée des peuples ancestraux et du sacré. On retrouve toujours la présence de la fourrure, du cuir et des pierres. De plus, Julie a incorporé le talisman à ses créations, cette saison. Elle rend le tout très actuel et dynamique en s’inspirant de la géométrie sacrée pour les formes.

Julie Bessette - Collection automne-hiver 2025-2016

Julie Bessette – Collection automne-hiver 2025-2016


Où se procurer tes créations?

Cette saison, retrouvez Julie Bessette à la Grande Braderie de mode Québécoise de Montréal, du 22 au 25 octobre 2015, à Vancouver pour le Circle Craft Chrismast Show du 11 au 15 novembre ainsi qu’au One Of A Kind Show de Noël, à Toronto, du 26 novembre au 6 décembre.

Il est toujours possible de commander ses créations sur sa boutique en ligne, par ici. 😉

Julie Bessette, ça vous parle autant qu’à moi? Suiviez-la sur Facebook, Instagram et Pinterest!
Bonne découverte!
xx

Véro

À moi de moi – Mon sac LECAVALIER

3 Sep

À quand remonte la dernière fois que vous vous êtes fait vraiment plaisir avec un gros cadeau?

Depuis ma plus tendre enfance, je suis une passionnée de mode. J’apprécie le design et j’aime beaucoup l’idée qu’un vêtement ou un accessoire soit quelque chose que l’on habite, jour après jour. Pour moi, la mode est non seulement un moyen d’expression, mais aussi une source d’inspiration, de surprises et de plaisir. En me questionnant par rapport à cette passion, j’ai un jour réalisé que par dessus tout, ce que j’aime de ce milieu, est le contact avec les créateurs: leur passion, leurs rêves, leur univers créatif.

Au day-to-day, je n’ai pas encore les moyens de m’offrir tout le temps des vêtements 100% faits au Québec, et je crois que ça ajoute encore plus au plaisir de me procurer un morceau de mes créateurs chouchous, quand j’en ai l’occasion. Il n’y a pas plus d’une semaine, j’ai craqué pour un sac sur-mesure LECAVALIER.

Sac à main - LECAVALIER

Sac à main – LECAVALIER

Mon amie et créatrice Marie-Ève Lecavalier a été dans la mire de plus d’un médias depuis la fin de son BAC en design de Mode à l’Université du Québec à Montréal. Il faut dire que le talent et le savoir-faire de la jeune créatrice attire l’oeil. Pas étonnant qu’elle ait été sélectionnée par la marque Alexander Wang pour son stage universitaire. 😉

Mon ambitieuse amie désire apprendre davantage et continuer son ascension dans le monde de la création de mode. Cette dernière vient tout juste de partir pour Genève, où elle fera un Master en Design Mode et Accessoire à la HEAD. C’est TELLEMENT excitant! Ayant besoin de fonds pour partir, elle a décidé de se départir de quelques pièces. J’avais déjà, depuis quelques mois, un oeil sur son sac à bandoulière. Je lui ai passé une commande spéciale, aux mesures d’une grande fille de 6 pieds. Le résultat est fantastique. Je partage avec vous, 2 photos qu’elle m’a envoyé durant le processus la confection.

11911075_10155979580945258_433982464_n

11940156_10155980017490258_229350248_n

La création sur mesure est un service dont on parle peu. Pourtant, beaucoup de créateurs québécois l’offrent, et ce, à un prix bien plus accessible que ce que l’on peut penser. J’en parlerai dans un prochain article. D’ici là, je dois trouver un nom pour ma belle chose. Avez-vous une idée? Hihi!

Amour de FashionisLouve,
xxxxxxx

Véro

5 tendances à oser pour la rentrée

3 Août

Les vacances terminent à peine que l’on commence déjà à se préparer pour la rentrée! Histoire de vous aider à planifier le tout, Rockalouve style, voici la liste de mes tendances favorites de la rentrée!

C’est parti!

À l’école – Les carreaux
Qu’ils soient colorés, grunges ou plus classique, les carreaux sont encore très présents cet automne. Pour l’école, on porte le motif aussi bien sur un manteau, une jupe ou une chemise!
######## <—— (C’est des carreaux dans ma tête.)

Prada, Vivienne Westwood, Giambattista Valli -  CloserMag

Prada, Vivienne Westwood, Giambattista Valli – CloserMag

Au travail – La jupe plissée
Classique indémodable, la jupe à plis est parfaite pour le bureau. Pratique et facile à agencer, on la choisi assez longue, soit juste en dessous du genou ou à la mi-mollet. Envie d’originalité? Osez le cuir ou la laine!

Salvatore Ferragamo, Balmain, Gucci - Vanity Fair

Salvatore Ferragamo, Balmain, Gucci – Vanity Fair

Pour la fin de semaine – La veste de mouton
Comment ajouter du kick à une tenue très relaxe et confortable? La veste sans manches en mouton! En famille, en couple ou entre copines, vous irez cueillir des pommes avec style cette année!

Anna Sui - Cosmopolitan

Anna Sui – Cosmopolitan

Pour une sortie entre filles – La botte haute/la cuissarde
Pour un look qui sort de l’ordinaire, mon accessoire chouchou de l’heure est la botte haute/la cuissarde. On la porte pour une sortie entre copines. Attention, si vous optez pour la cuissarde à talon haut, je recommande de ne pas porter une jupe courte en combo. Préférez un jeans skinny, porté à l’intérieur. Ah, et exit le décolleté, si vous voyez ce que je veux dire! 😉

dun, BCBG MaxAzria, Altuzarra - Marie Claire

dun, BCBG MaxAzria, Altuzarra – Marie Claire

Pour une soirée très spéciale –  Les paillettes
Les paillettes à tous les jours, c’est non, mais pour une occasion spéciale, c’est absolument parfait! Vous pouvez les choisir très brillantes, colorées ou discrète selon le type d’occasion. Ahooooouuuuu!

Dries Van Noten, Carven,  Baczynska - Marie-Claire

Dries Van Noten, Carven, Baczynska – Marie-Claire

Même si je ne suis pas encore prête à en parler (profitons de l’été!), j’adore l’automne et sa mode! Et vous, quelle tendance adopterez-vous pour la rentrée?

xxxxx

Véro

Cheveux frisés: pour faire la paix avec l’humidité!

24 Juil

«Il pleut il mouille, c’est la fête à la grenouille»

Difficile d’y échapper, surtout si vous habitez dans la grande région Montréal. Si l’été nous énergise avec sa puissante lumière et sa végétation luxuriante, la belle saison amène aussi son lot de jours de pluie et d’humidité!

Crédit: Huffington Post

Crédit: Huffington Post

Il y a quelques semaines, je vous ai partagé mon amour pour une gamme de produits coiffants révolutionnaires pour les cheveux frisés. Bien qu’ils soient effectivement très efficace pour définir vos belles boucles, ces produits on une certaine limite et, en cas de pluie ou d’humidité extrême, préserver la netteté de vos boucles demeure un combat de tous les instants! #LatinaHair #J’saisd’quoij’parle

 

«Alors? Quelle est ta solution miracle?»

L’un des privilèges d’être mannequin est d’avoir accès à des conseillers expérimentés en mise en beauté, en plus de pouvoir essayer des looks qui sortent complètement de nos habitudes. C’est donc lors d’un contrat pour mon amie Stéphanie Goguen – Artiste du cheveu que j’ai découvert les bonheurs du wetlook. OUI-OUI, LE LOOK MOUILLÉ!

Flash Dance

Flash Dance


Simple. Accessible à toutes les longueurs de cheveux. Facile. Efficace contre l’humidité. Féminissime. Séduisant. Hydratant. Nourrissant.

Avant de vous donner la recette secrète, voici de quoi vous convaincre complètement:

 

«OKAY! Mais comment qu’on fait?»

J’essaie toujours de créer ce look dans mes dernières journées avant le lavage, mais comme on ne choisi pas les jours de pluie, à vous de voir! AH, et… Je ne suis pas très produits à cheveux. Je vous propose donc une alternative complètement naturelle. 🙂

1) Humidifier les cheveux. Avec de l’eau dans une bouteille pouish-pouish.
2) Séparer la chevelure en section. Pas besoin d’être égales, ce qu’on veut, c’est s’assurer de distribuer du produit partout.
3) Faire fondre de l’huile de noix de coco dans la paume de vos mains et en enduire votre tignasse. Section par section.
4) On ajoute une touche d’huile d’amande ou de noisette, qui n’est pas trop grasse, pour la finition.
5) On coiffe. Avec mes cheveux longs, j’aime beaucoup la tresse ou le chignon bas.

Pssst! Pour un effet plus nutritif, on remplace l’huile de noisette par l’huile d’avocat, mais attention! L’odeur de cette huile pourrait rebuter certaines d’entre nous. À valider, avant de se lancer! 😉

Vous n’avez pas encore votre bouteille d’huile en main et appréhendez déjà l’étape du nettoyage? Ne vous en faites pas. Les huiles naturelles partent très facilement, à l’aide de votre shampoing habituel.

ET VOILÀ!

Que vos journées de pluie soient tendances
et chargées de compliments!

Véro 
xxxx

%d blogueurs aiment cette page :