L’étape

Période dans le cours d’un évènement. La vie est un évènement en soi. Pleine d’imprévus, de rebondissement, de moment de tranquillité, de hauts, de bas. Elle est parsemée de ces petites pauses, de ces moments où l’état des choses demeure intact, rarement longtemps. Et puis, arrive la prochaine étape. Inévitablement, elle arrive, parfois accompagnée de hâte, d’énervement et d’autres fois de nostalgie, celle de laisser les petits moments derrière soi.

Être un parent, c’est voir la progression, l’avancement avec un autre regard. On avance tous, un petit pas à la fois ou au grand pas de course, mais rien n’avance plus vite que les étapes d’évolution d’un tout-petit. Les premières fois viennent marquer une étape franchie de plus, un pas de plus vers le grand humain. C’est l’émerveillement qui m’attend à chacune de ces étapes, le premier sourire, la première bouchée, les premiers pas et hop, c’est à la vitesse du son qu’il dit son premier mot, sa première phrase et même sa première blague.

Si, comme bien des parents, j’aimerais mettre sur pause quelques étapes, figer dans le temps sa première blague histoire de m’en émerveiller pleinement, je suis aussi rassurée de le voir s’épanouir, grandir, bien, en santé. Chaque nouvelle étape me rassure sur son développement, c’est comme si faire un casse-tête de plus de cinq morceaux me confirmait qu’il a, tout comme le casse-tête, les bons morceaux aux bons endroits. Des étapes de vie comme une check-list, chaque crochet me confirme que ça va, et chaque point qui n’obtient pas son crochet me fait me questionner sur son développement, son environnement, nos compétences parentales…

C’est peut-être une déformation professionnelle, travailler avec des élèves en difficulté me fait douter. C’est peut-être aussi seulement la parentalité, ce moment où la personne que vous croyiez être se perd un peu dans une mer d’incertitude et de questionnement.

Ma première année de maman, j’écrivais beaucoup. Chaque étape, aussi petite soit-elle, était soulignée dans son beau livre, son « ramasse morceaux de vie ». Puis, il a grandi, je suis retournée à mes élèves et lui gagne son autonomie à la garderie. Les écrits se sont espacés, et pourtant, les étapes continues d’être traversées, une à la fois, mais trop rapidement. La mémoire est une faculté qui oublie, et je crains d’échapper ces moments à travers notre course quotidienne.

Un matin, mon petit humain a répondu « moi-ssi » à mon « je t’aime ». Banal peut-être, mais pour moi, il venait de comprendre la réciprocité d’un sentiment. La première fois que son « moi ssiii » n’était pas associé à de la nourriture, que sa réponse à mes mots d’amour n’était pas un écho. Une autre étape de franchie, et celle-ci, je l’écris ici, simplement parce que, indépendamment du développement de l’enfant ou de celui du voisin, un enfant reste unique, et ses étapes, ils font partie d’une belle histoire qui vaut tous les doutes du monde.

Mariève

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>