Juste une page

30 Mai

Les journées rallongent. En sortant de mon studio d’entraînement, il faisait encore soleil. Avec cette belle luminosité, je ne me résignais pas à rentrer à la maison pour me doucher et me mettre en pyjama. Je voulais profiter des quelques rayons et de l’air vivifiant. Je me suis rendue à la marina, près du studio où je sue trois fois par semaine.

Des garçons faisaient des tours de BMX dans le stationnement, un couple de touristes prenait les bateaux en photo. Je me suis assise sur un banc au bout du quai et j’ai regardé l’horizon.  Je me sentais étrangement zen. Comme si j’étais un peu décalée.

Et puis, sorti de nulle part, cette question m’est venue en tête : «Si tout devait s’arrêter demain, que regretterais-tu de ne pas avoir fait?».

Ayoye. Moi qui voulais juste prendre de grandes bouffées d’air avant d’aller rejoindre ma chatte Rita pour une fin de soirée sous les couvertures. Visiblement, l’ambiance était aux réflexions profondes.

Si aujourd’hui était ma dernière journée, est-ce que je regretterais quelque chose? Je ne regretterais absolument rien de ce que j’ai fait. Sauf peut-être d’avoir brisé le coeur au même garçon deux fois. J’étais au secondaire, je ne savais pas ce que je voulais…

Mais y avait-il une chose que je souhaitais faire et que je n’avais pas encore osé faire? Oui. Vous aussi probablement.

For-the-love-of-books-

Photo provenant du site Flickr.

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours souhaité écrire un livre. De quel type et pour quel public? Aucune idée. Mais écrire une histoire qui pourrait intéresser les gens, ça a toujours été un rêve. Or, n’écrit pas qui veut. Il faut de la détermination pour se rendre au bout du projet. Et il faut aussi avoir une histoire à partager. Le projet dormait depuis bien longtemps dans un recoin de ma tête. Le rêve persistait, mais il restait au stade de rêve.

Sauf que depuis mon retour du Bélize, une histoire me trottait en tête. Un petit bout d’histoire qui me hantait doucement mais avec lequel je ne faisais rien. Peut-être que j’avais la frousse de m’asseoir devant mon ordinateur et de commencer quelque chose d’un peu effrayant. Parce qu’écrire, pour moi, c’est un peu comme se mettre à nu. Et la nudité et moi, on s’apprivoise tranquillement.

Lors de cette soirée ensoleillée, assise face à la rivière, j’ai réalisé que je ne voulais pas regretter de ne pas avoir au moins essayé d’écrire. Je ne voulais plus courir le risque que tout s’arrête demain sans avoir fait une tentative de création littéraire. Alors je suis rentrée à la maison, j’ai ouvert mon ordinateur et j’ai commencé à aligner des mots. Sans me juger, sans me mettre de  pression. Je me suis lancée le défi d’écrire une page, une seule. Et puis d’écrire une seconde page le lendemain et une troisième le surlendemain. D’écrire une page par jour et de voir ce qui allait se passer. Que cette expérience se termine en livre ou pas, ce n’était pas important.

Depuis cette première page écrite dans un état d’urgence et de grande libération, j’en ai noircit une dizaine d’autres. Ce soir-là, je ne suis pas devenue écrivaine. Mais je suis devenue la femme qui ose faire un pas vers la concrétisation d’un rêve de fillette. Pour que, si demain tout s’arrête, je puisse dire que j’aurai au moins essayé. Et que je n’ai pas de regret.

Andrée-Anne Brunet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :