Les nuits de Laitue

14 Nov

D’accord je l’avoue…j’ai acheté ce livre uniquement pour la couverture. Et oui! Je suis ce genre de personne qui, parfois, choisit son vin en fonction du design de l’étiquette et ses livres selon le titre et les couleurs de la page couverture. J’étais au Archambault en train de me demander sur quoi j’allais écrire mon billet lecture du mois quand tout à coup, j’ai vu ce petit livre coloré. Je l’ai pris, j’ai lu le premier paragraphe et hop! À la caisse!

Alors, mon coup de tête en a été un heureux et je vous présente « Les nuits de laitue » de l’auteure brésilienne Vanessa Barbara

les-nuits-de-laitue-624568

 

Résumé

L’auteure nous propulse dans une minuscule bourgade aux rues sinueuses et aux maisons colorées. On y suit les petites aventures des habitants de cette communauté unique en son genre. Le nœud de l’histoire raconte toutefois comment Otto, qui vient de perdre sa femme Ada après plus de 50 ans de mariage, doit désormais apprendre à vivre sans elle. Son quotidien rempli de reportages animaliers, de déjeuners décadents, de romans noirs et de tisanes de laitue est donc soudainement chamboulé par cet événement tragique. Vieillard un peu grincheux, il comptait sur sa défunte femme pour survivre aux suivre les péripéties du voisinage. Il se retrouve donc confronté à une nouvelle réalité: il doit désormais nouer des liens avec les habitants de son quartier. Or, plus les jours avancent, plus il est persuadé que ses voisins lui cachent quelque chose…

Personnages

Otto et Ada: ils forment le couple de petits vieux idéal. Ils ont leurs routines et continuent de s’aimer et de compter l’un sur l’autre tout en se gavant de chou-fleurs à la milanaise.

Ensuite, il y a Nico, le préparateur de médicaments à la pharmacie qui est obsédé par la natation, Térésa qui fait de la dactylo et qui chasse les cafards, Iolanda qui est sourde comme un pot et qui a plein de chihuahuas, Anìbal, le facteur fantasque et chanteur, Mariana la jeune mariée anthropologue, M. Taniguchi un vétéran japonais de la Deuxième guerre mondiale et sa fille Mayu.

On aime

  • que ce livre soit une incursion dans un monde rempli de personnages étranges et attachants qu’on finit par adorer.
  • que l’histoire prenne une tournure quelque peu mystérieuse ce qui donne davantage de substance au roman.
  • le personnage de M. Taniguchi parce qu’il a passé 30 ans à combattre aux Philippines pour l’armée japonaise alors que la guerre était terminée depuis belle lurette!

Ce roman de 223 pages est l’équivalent littéraire d’un « feel good movie ». Le genre qui nous fait sourire et rire tout en nous émouvant sincèrement.

Bonne lecture!

Camille xxx

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :