Acquérir une oeuvre d’art.

20 Août

Il nous arrive de flâner dans les cinémas, les bibliothèques. D’acheter un film, un livre.

Il nous arrive de flâner dans les musées, les galeries, de reluquer le travail d’artiste sur les réseaux sociaux, sur quelques sites.

Pourquoi ne se permet-on pas d’acheter une œuvre d’art, au même titre?

On dirait qu’il y a une question d’inaccessibilité derrière cette idée. Et pourtant. On aime des vêtements au prix démesuré. On se gâte. Pourquoi ne pourrait-on pas investir un brin dans une œuvre qui nous plait? Est-ce le prix qui fait peur? On achète des reproductions en pensant que ça vaut le montant indiqué, pourquoi une œuvre unique ne mériterait pas cette attention?

Un jour, on comprend, le déclenchement se fait. Il faut un coup de foudre. Une étincelle dans les yeux. Un air subjugué. Un silence d’admiration. Une sensation imagée. Un moment quelque peu inespéré.

Il y a environ 5 mois, j’ai fait ma première acquisition d’œuvre d’art.
Perséus, de Valérie Boivin.

perséus

Perséus par Valérie Boivin

Drôle de sentiment qu’un coup de foudre artistique. Ce moment, où, le travail d’un(e) artiste nous touche, nous charme. Qu’on se sent soudainement interpellé. Qu’on s’y identifie. Et que de ce fait, nous voulions ancrer ce sentiment dans le temps, sentiment vécu devant l’œuvre. Le répéter indéfiniment.

Chaque jour depuis ce moment, je vois l’œuvre sur mon mur de chambre et je souris. Comment se tromper quand on a le sentiment que l’œuvre a été conçu pour soi? Comment se tanner? Un coup de cœur visuel, ça reste, c’est d’autant plus sa force et sa beauté.

Il y a quelques semaines à peine, j’ai flanché une deuxième fois.

Je jasais avec des amis sur les Plaines, tous deux designers graphiques. Je savais l’une d’eux faisait du collage, un art qui m’intéresse de plus en plus, par sa patience et sa minutie. Les artistes que je suivais généralement, lesquels en faisaient, vivaient à l’étranger, si bien que je n’ai jamais pu penser pouvoir m’en procurer un. Eh bien. Plus Aleks Saki parlait de sa future exposition au Collectif blanc, plus j’étais tentée d’aller voir son travail. Ce que je me suis empressée de faire le lendemain.

Eliott m’a charmé dès les premiers instants, je l’avoue. Sa simplicité, son surréalisme, ses teintes douces. Je savais qu’il conviendrait parfaitement à mon univers, je me voyais déjà l’apposer sur mon mur immaculé, près de ma table « perruche verte », où mes bambous, Martha et Stewart de leurs prénoms, placotent tranquillement.

eliott

Eliott par Aleks Saki

Encourager un(e) artiste est aussi significatif pour l’acheteur que pour l’artiste en soi. Et je vous invite à le faire, lorsque vous ressentirez la même chose. Nombreux sont les talents qui nous entourent, c’est notre travail de faire en sorte qu’ils puissent continuer d’exister. De les protéger avec attention et d’en admirer les moindres détails.

Pour ma part, j’ai vendu six oeuvres. Chaque fois, c’est une surprise touchant. Un espèce de marque de confiance inattendue. Un compliment envers le visuel crée. Une expérience significative, au delà de la création en soi.

 

Les louves nous raconte leur acquisition passée ou future :

Suzie : J’ai eu un immense coup de coeur à Charlevoix pour une toile, j’étais vraiment à ÇA d’en faire l’acquisition. C’est ma conscience qui me demandait REALLLLY? Tu vas faire des paiements mensuels pour une toile, quand tu paies encore tes prêts et bourses? La toile est toujours dans ma tête, je ne dis pas que je ne flancherai pas…

Karyan : J’ai acheté une illustration d’Amélie Legault dernièrement.

Laurie : C’est dans mes plans, quand j’aurai un véritable coup de coeur.

Lisa Marie : J’avais contacté Sonke parce que j’avais un gros coup de coeur pour son style que j’avais découvert en voyage à Athènes dans la rue. Je l’ai contacté, il devait me peindre une toile juste pour moi, une de ses petites madames, mais avec un chat pour personnaliser! Comme il venait à Paris, il devait m’apporter que la toile que j’aurais fait poser sur chassis. Il l’a perdu dans un bus… quelqu’un profite aujourd’hui de ma toile pour laquelle j’étais prête à payer 300 euros pour la première fois de ma vie!

 

Laissez-vous charmer artistiquement parlant, ça en vaut le coup!

NADIA

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :