Concerto à la mémoire d’un ange

18 Août

Personnellement, les recueils de nouvelles ne m’ont jamais vraiment attirés. Pourquoi? Aucune idée. Peut-être parce que je suis plus du genre « grosse brique » et que l’idée d’une petite histoire ça me rend triste puisque ça se termine trop vite. À peine on s’attache que c’est déjà terminé. Peut-être aussi que celles que j’ai lu dans le passé (bref comme lecture obligatoire à l’école) m’ont déprimé. Mais en même temps, qui ne serait pas déprimé par l’oeuvre d’un vieux russe alcoolique et suicidaire ou d’une histoire qui raconte comment un père tue son fils pour une histoire de chèvre volée (me semble que c’était ça l’histoire haha!). Bref! Tout ça pour dire que depuis peu j’ai recommencé à en lire pour mon bon plaisir. En grosse partie parce qu’une de mes amies fait sa maîtrise en littérature….et étudie la nouvelle. Alors je croule sous les recommandations! Ainsi donc, aujourd’hui je vous parle du recueil de nouvelles intitulé « Concerto à la mémoire d’une ange » écrit par Éric-Émmanuel Schmitt.

9782253160304FS

Présentation du recueil

Bien que toutes les histoires présentées dans cet ouvrage, un total de quatre nouvelles, soient en apparence sans aucune rapport les unes avec les autres, elles font parties d’une même idée. Une sorte de continuation ou variation sur un même thème, car oui, il y a un thème. On nous présente des personnages qui ne sont si totalement bons ni totalement mauvais. Des personnages qui, le temps de quelques pages, évoluent voire se transforment. Chacune de ces petites histoires est belle à sa façon et porte le lecteur à réfléchir.

Nous avons ainsi en premier « l’empoisonneuse » (un titre assez évocateur merci!), suivi de « Le retour », puis de « Concerto à la mémoire d’un ange » et finalement « Un amour à l’Élysée ».

L’empoisonneuse 

Une vieille femme dans un petit village de province a été accusée d’avoir tué tous ses maris. Elle devient une curiosité locale et même une attraction touristique! Malgré sa réputation, elle reste une femme très pieuse, voire en paix avec elle-même…?

Le retour

C’est un homme qui travaille dur pour gagner sa vie. Un homme qui n’est que rarement à la maison. Pourtant, ce n’est pas la bonne compagnie qui manque à la maison. Pourquoi s’enfuir ainsi alors? Et surtout…pourquoi revenir?

Concerto à la mémoire d’un ange

Une rivalité adolescente peut-elle perdurer jusqu’à l’âge adulte? Est-ce que les conséquences de ce qui semblait presque innocent, de la compétitivité, peuvent changer les individus? Pourtant, dans le petit univers de la musique classique, une saine compétition entre étudiants ne fait que les stimuler…

Un amour à l’Élysée

Les relations changent avec le temps. Probablement parce que les gens changent. On grandit, on mûrit, on fait des choix et un beau matin: on ne se reconnaît plus. Que faire alors quand le miroir nous renvoie l’image de quelqu’un d’autre? Une personne pourtant importante, un personnage public, qui n’est finalement personne?

On aime

  • Tout! J’ai été complètement séduite! En fait, je dois l’avouer, je suis devenue complètement obsédée. je ne voulais pas lâcher mon livre avant d’avoir terminer ma nouvelle en cours.
  • Le journal d’écriture de l’auteur à la fin du recueil. Éric-Émmanuel Schmitt nous fait un beau cadeau en nous présentant ses notes et idées au fur et à mesure que son processus d’écriture avance.
  • Ma préférée, je l’avoue, est la première….ou serait-ce la dernière? C’est dur de choisir. Mais de toute façon les quatre sont bonnes!

Bonne lecture!

Camille xxx

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :