Le jardin d’Éden: la tentation prend toutes sortes de formes

31 Juil

Je viens de terminer mes vacances. Dans mon cas, qui dit vacances dit «farniente» au soleil (lol…) en lisant toute la journée au bord de la piscine (ha!) en sirotant des bloody ceasars (miam! ). Or, pour cette lecture providentielle, j’avais choisi un roman que j’ai acheté au Salon du livre de Québec en avril dernier: Le jardin d’Éden d’Ernest Hemingway.

Ernest Hemingway, source inconnue

Ernest Hemingway, source inconnue

Il y a un vieil adage qui dit « un lecteur avisé en vaut deux » et bien, chers amis, considérez-vous avertis. Ce roman est à la fois complexe, déroutant, choquant et un peu étrange. Que dire sinon que c’est un plaisir de voir un génie à l’oeuvre, mais une inquiétude de se demander tout le long de sa lecture où l’auteur s’en va. Il faut savoir que Hemingway s’est suicidé avant de l’avoir terminé et que le résultat est le produit d’une édition tardive et peut-être…généreuse. Ce qui expliquerait notamment les trous dans l’histoire.

Mais c’est bon pareil là! Lisez-le jusqu’à la fin!

Crédit photo: Babelio

Crédit photo: Babelio

Résumé

Catherine et David Bourne sont en lune de miel sur la côte d’Azur et en Espagne. Un décor en chanteur pour un couple jeune et à la mode. Lui est écrivain, elle, héritière. Il vient de sortir son deuxième roman, elle rêve de devenir noire. Ils passent leurs journées à manger, à boire, à se faire bronzer et à faire l’amour. Un vrai conte de fée pour jeune couple marié. Survient alors un changement dans la dynamique de leur relation: elle veut tout changer, se changer. Peut-être s’ennuie-t-elle? Peut-être est-ce pour ça qu’elle invite la jeune Marita à rester avec eux. Ou peut-être est-ce par défi qu’elle impose cette nouvelle compagne à leur couple, ouvrant ainsi de nouveaux horizons érotiques et étouffant leur quotidien…?

On aime

  • La langueur qu’il y a dans ces journées remplies de martinis, de caviar et de plage. Les jours se répètent mais ne se ressemblent pas. Hemingway arrive à nous faire sentir à la fois la paresse qui vient avec la chaleur et les vacances et l’urgence de vivre chaque instant pleinement.
  • La nouvelle histoire que David écrit. Ça parle de la chasse à l’éléphant avec son père en Afrique quand il était petit. Même si le sujet n’est toujours reluisant, la narration, elle, est incroyable.
  • L’intrigue qui se corse tranquillement et qui resserre son étau jusqu’au point de rupture. Après tout, le jardin d’Éden est connu pour ses péchés et ses tentations…

Qu’est-ce qui rend ce roman si intriguant?

Afin de répondre à cette question, j’ai dû faire quelque chose que je ne fais jamais, c’est-à-dire lire la préface (oui, oui…je sais!). Or, ce Michel Mohrt de l’Académie française m’a fait réaliser quelque chose: la majorité de l’action n’est pas écrite. C’est au lecteur de déduire les tenants et les aboutissants des décisions des personnages.  Dans le fond, c’est probablement ce qui rend le roman à la fois intéressant et déroutant!

Bonne lecture!

Camille xxx

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :