Saison 15/16 de La Bordée – Réflexions et fous rires

6 Avr

J’aime le théâtre. Certains diront qu’ils aiment le théâtre par amour du jeu, d’autres par amour de la culture en général, moi c’est parce que ça me fait réfléchir. Bon, certains films aussi me font réfléchir, mais je vais principalement au théâtre pour réfléchir. Le divertissement vient avec. Pourquoi? Je ne sais pas exactement, mes raisons sont complexes. J’imagine que c’est parce que souvent, les pièces que je vois sont à propos de jeux psychologiques ou d’enjeux sociétaux. J’imagine aussi qu’il y a le facteur humain en cette ère de virtuel et de Netflix; la présence des acteurs sur scène, des spectateurs dans la salle et de leurs réactions. J’aime autant regarder les acteurs jouer qu’analyser les comportements des spectateurs autour de moi. Et tout ça me porte à réfléchir.

La bordée identité visuelleMercredi, je suis donc allée au lancement de la saison 15/16 de La Bordée, où le théâtre présentait aussi sa nouvelle identité visuelle, créée avec l’aide de l’agence Brad. Celle-ci est, selon le directeur artistique Jacques Leblanc, « plus actuelle est plus près de ce que nous sommes, […] le reflet de La Bordée; un théâtre créatif, humain et accessible. »

Mon amie et moi étions un peu étonnées d’y voir surtout des personnes de 50 ans et plus, mais nous avons compris plus tard que les invités à cette soirée spéciale étaient surtout les abonnés de longue date. Je ne suis pour ma part pas une habituée de La Bordée, mais avec la programmation présentée mercredi, il se pourrait que je le devienne!

BousilleLa saison débutera en septembre avec la nouvelle mouture d’une pièce qui a connu un succès retentissant à La Bordée il y a 30 ans de cela, Bousille et les justes de Gratien Gélinas. Cette pièce québécoise créée en 1956 reste drôlement d’actualité, puisqu’elle traite d’une famille « respectable » qui souhaite sauver son honneur et les apparences en usant de corruption et d’intimidation sur le pauvre Bousille, qui représente la justice et l’honnêteté.

Trainspotting

D’octobre à novembre, la pièce écossaise Trainspotting d’Irvine Welsh, adaptée pour le théâtre par Harry Gibson, viendra certainement bouleverser notre vision de la vie. La pièce, avec son regard lucide et amer sur le monde, met en scène de jeunes héroïnomanes dont la vie oscille entre shoot d’héroïne, overdose et sevrage, vols, sexe, violence et mort.

Tu te souviendras de moi

On aura aussi droit à une pièce récipiendaire du Prix Michel-Tremblay, en accueil du 24 novembre au 5 décembre, Tu te souviendras de moi. Cette production du Théâtre de La Manufacture aborde le délicat sujet de la maladie d’Alzheimer en présentant l’histoire d’Édouard, professeur d’histoire à la retraite au caractère bouillant, qui commence à perdre la mémoire.

Bey bye 15Suite au succès du Beu-Bye 14, le collectif du Temps qui s’arrête réitèrera avec sa revue de l’année 2015 Beu-Bye 15. On nous promet une soirée haute en couleur où chansons, sketches et caricatures se marieront pour notre plus grand plaisir.

Mateo L’année 2016 débutera avec la pièce québécoise Matéo et la suite du monde, coproduite avec Entr’actes, cocréée par des comédiens issus du réseau habituel de la scène québécoise et des interprètes vivant avec les limitations fonctionnelles. Cette pièce nous fera entrer dans le quotidien d’un jeune homme féru de cinéma vivant avec le syndrome d’Asperger. On en ressortira très probablement avec une meilleure compréhension du syndrome, ainsi que la rate bien dilatée.

Feydeau

En mars, on changera complètement de registre avec le spectacle éclaté Feydeau, mis en scène par le directeur artistique de La Bordée Jacques Leblanc. Plusieurs courtes comédies de Georges Feydeau, auteur dramatique français et maître du vaudeville, y seront mises en scène dans une ambiance de cabaret de la « Belle Époque » parisienne. Fous rires garantis!

Virginia Woolf

La saison se terminera en avril-mai avec la pièce américaine d’Edward Albee Qui a peur de Virginia Woolf?, traduite par Michel Tremblay. On est catapultés dès le début dans une scène de ménage impitoyable d’un couple de quadragénaires, dans laquelle sera impliqué bien malgré lui un jeune couple rencontré plus tôt dans la soirée. « Mais, souligne le metteur en scène, ce qu’il faut retenir c’est qu’en fait le couple s’aime, mais ne sait plus comment se le montrer! »


QUELQUES NOUVEAUTÉS

Les Samedis 2 pour 1 pour les 30 ans et moins
Les 30 ans et moins seront heureux d’apprendre que La Bordée leur offrira la paire de billets au coût de 35$ pour le premier samedi de chaque production! (J’ADORE, merci La Bordée <3) Après la représentation, le foyer du théâtre s’animera avec de la musique et des prestations d’artistes de Québec, le tout organisé au profit d’une jeune compagnie de théâtre de Québec.

Billets de dernière minute
Ponctuellement au cours de la saison, des billets de dernière minute, au tarif unique de 20$, seront mis en vente quelques heures avant la représentation. L’information sera publiée sur les réseaux sociaux et affichée dans les vitrines de La Bordée, rue Saint-Joseph.

Alors, ça vous donne envie à vous aussi de laisser Netflix le temps d’une pièce? Je l’espère bien 😉
Marie-Soleil xox

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :