Pièce La déprime : parce qu’il faut en rire!

3 Nov
Photo courtoisie

Photo courtoisie

– EUGÈNE : Mon porte-monnaie, j’ai perdu mon porte-monnaie!
(Il s’avance au centre, la guichetière vient le rejoindre.)

– LA GUICHETIÈRE : Où est-ce que vous étiez?

– EUGÈNE : Au terminus.

– LA GUICHETIÈRE: (Elle se met à chercher autour.)
Vous savez, les portes-monnaie, c’pas comme nous aut’, ça reste pas tout seul longtemps!

– EUGÈNE : Y était pas tout seul!

– LA GUICHETIÈRE : Ah non?

– EUGÈNE : Non, ma valise était avec lui. J’espère qu’y sont encore sur le quai!


Cet extrait, je l’ai lu, relu, rerelu des dizaines de fois… puisque j’ai joué le rôle d’Eugène Sauli, un vieil homme perdu (qui perd tout) dans la pièce La déprime, que nous avions présenté à mon école secondaire! Imaginez donc ma surprise (et mon énervement, j’avais l’air d’une puce qui vient de trouver un chat) lorsque j’ai vu qu’elle allait être présentée au Théâtre du Rideau Vert et en tournée partout au Québec! Présentée par quatre acteurs professionnels cette fois, et non quelques 20 élèves boutonneux…

Photo courtoisie

Photo courtoisie

Cette nouvelle mouture de La déprime, jouée pour la dernière fois il y a 30 ans, nous transporte dans un terminus d’autobus de Montréal dans les années 80. C’est après que le NON ait remporté au référendum, en pleine crise économique. Il y a de quoi être déprimé… On sent d’ailleurs une pointe de découragement bien particulière chez chacun des 45 personnages. Ils transportent tous leur petit brin d’histoire aussi humaine… qu’absurde! C’est terriblement drôle. Tous les spectateurs rient à gorge déployée à chaque scène.

Photo courtoisie

Photo courtoisie

Un aperçu des personnages : des guichetiers, des chauffeurs, un homme qui se prend pour Goldorak, une universitaire timide qui fait un voxpop sur la timidité, un vieil homme qui réussit à perdre ses souliers, un vendeur d’objets sexuels, un homme qui manque son autobus pour se rendre à son propre mariage, deux vieilles amies qui font des roadtrips, un chauffeur et sa femme qui se voient à la va-vite entre deux allers-retours, etc.

Photo courtoisie

Photo courtoisie

Photo courtoisie

Photo courtoisie

Bref, c’est divinement bien joué, c’est surprenant et c’est drôle à souhait, tellement que je veux y retourner!


Quand? Du 24 octobre au 6 novembre 2014, supplémentaire 8 novembre 16 h

Où?
Théâtre du Rideau Vert
4664, rue Saint-Denis, Montréal
Téléphone : 514 844-1793

Dates et lieux de tournée au Québec : CLIQUEZ ICI

Durée : 1 h 45 min + entracte de 20 minutes


Une pièce de
JULIE VINCENT, DENIS BOUCHARD, RÉMY GIRARD, RAYMOND LEGAULT

Mise en scène
DENIS BOUCHARD

Assistance à la mise en scène
MAUDE ST-PIERRE

Distribution
ANNE-ÉLISABETH BOSSÉ, PASCALE DESROCHERS, BERNARD FORTIN, ÉRIC PAULHUS

 

Bon théâtre!

Marie-Soleil

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :