Louis-Jean Cormier à l’Impérial

713498-dommage-pour-ceux-heurtes-portes

Photo © Francis Gagnon, Festival d’été de Québec

Difficile de mettre en mots ce que l’on vit lorsque l’on va voir un spectacle de Louis-Jean Cormier « solo ». Entouré d’excellents musiciens et de la voix angélique d’Adèle Trottier-Rivard, les chansons du chanteur de feu Karkwa (« feu » temporaire, on l’espère) nous transportent littéralement!

Parlant de Karkwa, j’avais d’autant plus hâte de voir Louis-Jean en solo pour la première fois, alors que j’ai vu le groupe 5 ou 6 fois auparavant et que je n’avais jamais été déçue. Mes attentes étaient élevées pour le chanteur!

Après la première partie assurée par David Marin, qui en est à son deuxième album, Louis-Jean Cormier (non sans nous avoir fait attendre, on avait hâte au max, ça bien fonctionné) a entamé l’excellente Bull’s eye devant un public conquis d’avance.

(D’ailleurs, c’était beau de voir ce public qui remplissait l’Impérial à sa capacité maximale : des têtes blanches, des dames dans la quarantaine, des jeunes… ensemble. Qui sait si La Voix ou l’ADISQ ont poussé des gens à être curieux et à sortir de chez eux pour vivre un moment musical… Si c’est le cas, je dis tant mieux folks!)

Au courant de la soirée, en plus de faire le tour de son son album solo, Louis-Jean Cormier nous également donné l’immense bonheur d’interpréter deux chansons de Karkwa : L’épaule Froide et Échapper au sort (trop peu de Karkwa pour moi, mais j’aurais passé la soirée à l’écouter…) De plus, ayant fait parti du spectacle 12 hommes rapaillées en 2008, nous avons eu droit à la poésie des mots de Gaston Miron, puis à une chanson de Félix Leclerc.

Scoop! (lol) Louis-Jean Cormier a également partagé avec le public une nouvelle chanson qui, à mon souvenir, est assez prometteuse pour la suite!

Après deux rappels, dont un complètement acoustique, on ne peut sortir de ce spectacle qu’en se disant « c’était une maudite belle gang et un maudit beau moment de musique ».

Pour vrai.

Je vous conseille vivement d’aller vivre un moment comme celui-là si Louis-Jean passe dans votre coin. Visitez la section « Spectacles » de son site web pour plus d’info!

Pour le moment, je m’en vais réécouter encore son album et les albums de Karkwa. Pis…. je vais décrocher… 😉

P.S. Au même moment, dans la salle de spectacle voisine, Le Cercle, il y avait un excellent groupe de la Ville de Québec, Mauves, qui lançait leur album Le faux du soir. Un band à découvrir si ce n’est pas déjà fait!

Karyan

0 thoughts on “Louis-Jean Cormier à l’Impérial

  1. […] 2013, j’ai officiellement découvert et capoté sur Louis-Jean Cormier (Karyan vous en parlait ici!), que le restant du Québec a pu découvrir dernièrement grâce à l’émission La Voix. Son […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>