CULTURE

Pourquoi tout le monde devrait écouter la série TROP

Cette série a pour mission (brillamment réussie) de démystifier la maladie mentale. Elle nous aide à comprendre ceux qui vivent avec un trouble de bipolarité et nous fait sentir un petit peu plus fou à chaque fois et c’est ça qu’il faut. Je dis fou, oui, fou, parce que c’est cette douce folie qui nous fait apprécier le chaos. La ligne est si mince entre la folie et la maladie. Des fois, je me dis que ça prendrait pas grand-chose pour que mon esprit se désorganise. Où est-il ce fameux équilibre? N’importe qui peut-il l’atteindre? Et les limites, on les respecte ou on les dépasse?

Dans cette série, on aborde des sujets primordiaux tels que le post-partum, , la fidélité (infidèle), l’anxiété, la transgenralité, l’abus de pouvoir, la famille dysfonctionnelle, le #MoiAussi avec une grande délicatesse et une intelligence qui nous font froncer des sourcils, nous tendre les épaules, nous chavirent le cœur et nous déposent un petit sourire en coin. L’authenticité et la vulnérabilité de chacun des personnages permet de retrouver des bribes de soi et de composer avec ses faiblesses plutôt que de les dissimuler à travers un masque de sourire ou une photo figée.On nous montre des humains tellement humains qui peuvent être toi, moi, n’importe qui…

Dans mon cas, c’est la fin de la première saison qui fut révélatrice. Ça m’a complètement chavirée, j’étais sans voix devant autant de véracité, de malaise et de complicité. J’ai eu envie que l’on mette fin au tabou entourant la maladie mentale. J’ai eu envie de prendre le bord d’Anaïs et de collaborer au malaise pour en mettre d’autres sans voix. J’ai eu envie de me retrouver dans cette salle de spectacle où tout a basculé. Il faut voir l’épisode du 4 décembre 2017.

Crédit: ICI Radio-Canada.ca

Le personnage d’Anaïs qu’interprète avec une extrême sensibilité Virginie Fortin, assume (maintenant) sa condition avec une humilité déconcertante. Elle me fait du bien. Elle me fait rire, me fait pleurer, j’ai envie d’être son amie. Oui elle est intense, limite rushante, mais elle est vraie et si c’était mon amie je lui dirais ceci: Tu es une personne fabuleuse.

Sa sœur Isabelle, interprétée par Evelyne Brochu est un exemple de courage et de vulnérabilité inouï. Une femme entrepreneure aux valeurs ancrées dans le cœur et qui fait passer tout le monde avant elle. En bonus, on envie son look, ses cheveux et son ex (chum) aka Eric Bruneau.

Crédit: ICI Radio-Canada.ca

Mettre en lumière des petites faiblesses de l’être humain. Faire en sorte que les défaut d’une personne viennent simplement la compléter , la rendent perméable et vulnérable, moi, j’ai besoin de voir ça, j’ai besoin de croire à l’imperfection dans toute sa splendeur. Des héros qui ne sont pas des robots, des surhumains… ça fait du bien.

La bonne nouvelle, c’est que les deux sœurs Desbiens reviendront de leur voyage pour nous faire vivre encore des émotions fortes dans une troisième saison sur ICI Radio-Canada à l’automne prochain.

Laura

You Might Also Like

No Comments

    Leave a Reply